Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Conseil Français du Culte Musulman, chronique d’une mort annoncée ?

Rédigé par Renet Jean claude | Mercredi 8 Décembre 2004

Le Conseil Français du Culte Musulman a connu des heures difficiles ces dernières semaines. Entre les blocages du Conseil d’Administration par la Grande Mosquée de Paris, les menaces de scission des présidents de conseils régionaux, les déclarations parfois très virulentes des représentants de l’Union des Organisations Islamiques de France et de la Fédération Nationale des Musulmans de France, le CFCM a frôlé l’implosion pure et simple après un peu plus d’un an seulement d’existence.



Le Conseil Français du Culte Musulman a connu des heures difficiles ces dernières semaines. Entre les blocages du Conseil d’Administration par la Grande Mosquée de Paris, les menaces de scission des présidents de conseils régionaux, les déclarations parfois très virulentes des représentants de l’Union des Organisations Islamiques de France et de la Fédération Nationale des Musulmans de France, le CFCM a frôlé l’implosion pure et simple après un peu plus d’un an seulement d’existence.

 

Le Ministère de l’intérieur a dû intervenir énergiquement pour calmer le jeu et ramener tous les protagonistes autour de la table des discussions. Mais les événements de ces dernières semaines laisseront des traces indélébiles dans les esprits

 

Une naissance longue et complexe

Face à la diversité des organisations représentatives de la communauté musulmane en France, le gouvernement souhaite depuis longtemps  harmoniser la situation et avoir un interlocuteur unique représentant l’ensemble de cette communauté. Pierre Joxe alors ministre de l’intérieur, choisit en 1989 de mettre sur pied une structure de concertation avec les musulmans de France. Le CORIF, Conseil de réflexion de l’Islam de France voit ainsi le jour. Mais ce n’est qu’en 1999 que les négociations qui vont conduire au CFCM se mettent réellement en place sous l’impulsion de Jean Pierre Chevènement. La COMOR, Commission d’Organisation, est alors chargée de fixer un règlement commun régissant l’organisation du culte musulman. Issu de plus de quatre années de tractations entre les différentes organisations représentatives de la communauté musulmane, sous l’impulsion des Ministres de l’Intérieur successifs, en particulier de Nicolas Sarkozy, le Conseil Français du Culte Musulman tient enfin sa première assemblée générale les 2 et 3 mai 2003.

 

Le rôle du CFCM tel qu’il a été défini est donc essentiellement de résoudre en liaison avec les instances gouvernementales, les différents problèmes que peuvent rencontrer les musulmans Français dans l ‘accomplissement de leur religion: Construction de mosquées, création de carrés musulmans dans les cimetières, organisation des fêtes religieuses (abattage rituel,…), nomination des aumôniers, formation des imams, etc.

 

Le séminaire de Nainville-les-roches des 19 et 20 décembre 2002  a jeté les bases constitutionnelles du CFCM. Celui-ci est composé d’un bureau comprenant 17 membres cooptés pour le mandat 2003-2005. Le conseil d’administration comprend quand à lui 41 membres élus et 154 délégués.

Ces membres ont été élus en 2003 par un collège de 4042 électeurs,  représentants eux même les 992 lieux de culte recensés et participants au scrutin.

Le CFCM s’appuie également sur 25 Conseils Régionaux du Culte Musulman centrés sur les zones où la représentation de la communauté musulmane est la plus importante  en province et en Ile de France.

 

Les élections des 6 et 13 avril 2003 ont donc consacré la Fédération Nationale des Musulmans de France qui est arrivée en tête du scrutin avec 16 représentants sur 41 membres au conseil d’administration. Celle-ci est suivie de près par  l’Union des Organisations Islamiques de France avec 13 représentants.  La Grande Mosquée de Paris était quand à elle en déroute avec seulement 6 représentants au conseil d’administration du CFCM. Cependant, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur est intervenu personnellement  pour  convaincre le recteur de la mosquée de Paris, Dalil  Boubekeur, de se maintenir à la tête du conseil.

 

Ce bref raccourci historique met en évidence le fait que ces longues années de discussion ont accouché dans la douleur d’un Conseil Français du Culte Musulman  au fonctionnement complexe et obscur pour la base. La communauté musulmane ressent ainsi l’impression  légitime de ne pas être représentée de façon satisfaisante par des délégués qui ne sont pas eux même directement et démocratiquement  choisis par l’ensemble des musulmans de France.

 

Une crise constitutionnelle profonde

Le mode électoral retenu lors de la création du CFCM, on le voit, ne permet pas à l’ensemble de la communauté musulmane de s’exprimer d’une façon satisfaisante dans le choix de ses représentants  et cela constitue à l’évidence même la source de tous les problèmes actuels.

Initialement prévues pour avril 2005, les élections du conseil d’administration du CFCM sont sérieusement remises en question. Dalil Boubekeur avait annoncé le 15 septembre 2004 que son organisation ne participerait pas à ces élections si le mode de scrutin n’était pas modifié.

Dalil Boubekeur n’a en effet jamais accepté l’actuel règlement électoral du CFCM qui selon lui désavantage son organisation par rapport aux autres fédérations. Ce règlement électoral fixe en effet le nombre de délégués électeurs en fonction essentiellement de la surface des mosquées. La Grande Mosquée de Paris qui fédère un nombre limité de mosquées a donc proposé d’introduire d’autres critères comme la qualité des services offerts aux fidèles, l’ancienneté des lieux de culte ou la présence d’imams attitrés aux heures de prière.

Outre ce désaccord fondamental sur le fonctionnement du CFCM, d’autres incidents sont récemment venus aggraver la situation déjà relativement tendue.

 

·        La Grande Mosquée de Paris, proche du gouvernement algérien a vivement protesté contre la visite de Mohamed Bechari, chef de file de la FNFM et vice président du CFCM auprès de Abassi Madani, chef de l’ex-Front Islamique du Salut algérien à Doha au Qatar. Cette visite  intervenait dans le cadre de la tournée au Moyen Orient de la délégation du CFCM pour intercéder en faveur des journalistes Français retenus en otage en Irak.

 

·        La Grande Mosquée de Paris, l’Union des Organisations Islamiques de France et la Fédération Nationale des Musulmans de France ont annoncé séparément cette année le début du Ramadan. Cette dissension est un signe ostensible majeur de la division qui règne au sein même du Conseil Français du Culte Musulman.

 

·        Le recteur de la Grande Mosquée de Paris a convoqué la réunion du conseil d’administration du CFCM en urgence le 8 novembre pour contrer les menaces de scission venant des présidents des CRCM, ces derniers devant se réunir sous l’égide de l’UOIF le jeudi 11 novembre pour tenter de contourner le CFCM en créant une « coordination des présidents de CRCM ». Fouad Alaoui, secrétaire général de l’UOIF et Mohammed Bechari, secrétaire général de la FNMF n’ont pas assisté à la réunion du bureau du CFCM et ont   fait des déclarations très dures allant jusqu’à  remettre  en cause la place de Mr Dalil Boubekeur à la tête du CFCM. 

 

 De plus, et ce n’est un secret pour personne, les divergences qui entravent le bon fonctionnement du CFCM proviennent également de l’implication de certains Etats ou organismes étrangers auprès des différentes fédérations qui composent le CFCM. La Grande Mosquée de Paris et son recteur Dalil Boubekeur sont très proches du gouvernement algérien, la Fédération Nationale des Musulmans de France est soutenue par le pouvoir marocain et l’Union des Organisations Islamiques de France est réputée proche des Frères Musulmans. Ces ingérences aux objectifs forcément divergents ne facilitent évidemment pas les relations au sein même du CFCM.

 

Quel avenir pour le CFCM ?

Le départ du trésorier du CFCM Kamal KABTANE, également recteur de la mosquée de Lyon semblait confirmer de plus en plus l’éventualité d’une implosion du CFCM à court terme. Ce dernier était d ‘ailleurs pressenti pour prendre la tête de la « coordination des présidents de CRCM »lors de la réunion du 11 novembre 2004.

Kamal KABATANE  reprochait notamment  un manque sérieux de communication au sein du CFCM. Il regrettait  également que les problèmes ne soient traités qu’au sein des instances parisiennes en fonction d’enjeux dans lesquels ne se reconnaissent plus les musulmans.

Dalil Boubekeur a planché  de son côté en relation avec Abderrahmane Dahmane, président du Conseil des Démocrates Musulmans et opposant de la première heure au CFCM à la formation d’une instance de remplacement sous la forme d’une « Confédération des Musulmans de France ». Cette confédération serait ouverte aux associations turques et africaines, au conseil des imams de France, au conseil des musulmans laïcs.

Messieurs BECHARI et ALAOUI envisageaient de leur côté un CFCM sans la Grande Mosquée de Paris au risque de déplaire fortement au gouvernement français.

 

Pour empêcher l’éclatement du CFCM, le ministère de l’intérieur a multiplié ces dernières semaines les rencontres, ce qui agace d’ailleurs certains protagonistes qui voient là une ingérence déplacée de l’Etat. Le ministre de l’intérieur, Dominique de Villepin, a notamment proposé aux trois grandes fédérations (Grande Mosquée de Paris, UOIF et FNMF) de former des listes uniques pour le prochain scrutin prévu le 26 avril 2005. Contrairement à son prédécesseur, Nicolas Sarkozy qui prône une révision de la loi de 1905 sur la laïcité, Mr De Villepin a également avancé l’idée de la création d’une « fondation des œuvres musulmanes » chargée d’orienter en toute transparence les contributions financières des fidèles , voire de pays étrangers pour permettre la construction de lieux de culte ou encore servir à la formation des imams. Cette dernière proposition a, semble-t-il, eut raison des querelles internes puisque les protagonistes ont depuis accepté de reprendre les négociations sur ce sujet avec, il faut le préciser, un ultimatum de 3 mois pour finaliser le projet de « fondation des œuvres musulmanes ». On ne peut douter que le Ministère de l’Intérieur qui s’est profondément investi dans la création du CFCM va tout mettre en œuvre pour tenter de sauver le Conseil Français du Culte Musulman.

 

Paradoxalement, deux menaces graves pèsent désormais  sur l’avenir du CFCM :

 

·        D’une part, si les trois fédérations majeures qui composent le CFCM refusent de céder du terrain pour trouver un accord satisfaisant dans les semaines qui viennent, le CFCM risque de ne pas  survivre  aux prochaines élections prévues en avril 2005. Quoi qu’il en soit, tant que les représentants de la communauté musulmane n’auront pas adopté un mode de scrutin équitable, démocratique et qui correspond aux aspirations de chacun, les divergences réapparaîtront périodiquement à l’approche de chaque échéance électorale.

 

·        D’autre part, si le gouvernement français intervient de façon trop directive dans le règlement de ce conflit en cédant au vieux démon d’une gestion colonialiste de l’islam, le CFCM perdra alors l’indépendance dont il aurait pu se prévaloir face à l’Etat et qui aurait légitimé son existence vis à vis de la communauté musulmane.

 

Dans les deux cas, les principaux perdants seront de toute façon les musulmans français.

Un sondage IPSOS réalisé pour le Figaro du 1er au 3 avril 2003 sur un panel de 523 musulmans montrait que 81% des sondés estimaient que le CFCM permettrait une véritable reconnaissance du poids de l’islam et des musulmans de France. En outre, 74% pensaient que le CFCM les aiderait à résoudre les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans la pratique de leur religion.

 

Or les faits montrent qu’un an après,  les musulmans Français sont toujours confrontés aux mêmes problèmes : Comment faire pour mettre en place des carrés musulmans dans les cimetières français ? Comment organiser la concertation pour la construction des mosquées ? Comment assurer la formation et le travail des cadres religieux ? etc. Jusqu’à présent certaines solutions sont trouvées sur le plan local mais cette situation n’est absolument pas satisfaisante.

Les luttes intestines qui divisent les trois organisations majeures composant le CFCM desservent totalement  la cause des musulmans. Quel exemple donnent ainsi les représentants des trois fédérations sensés incarner la sagesse et le respect mutuel au regard de la jeunesse musulmane ? A l’heure où des décisions importantes  pourraient  et devraient être prises concernant l’avenir de la communauté musulmane en France,  celle-ci a plus que jamais besoin d’être soutenue et représentée devant les instances de la République par un organisme uni et parlant d’une même voix.