Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Bordeaux : l'AMG reste aux mains des proches de Tareq Oubrou

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 26 Janvier 2012



La cour d'appel de Bordeaux a tranché. Ce sera l'équipe dite « historique », proche de l'imam Tareq Oubrou, qui prendra la présidence de l'Association des musulmans de Gironde (AMG).

La plainte venait de l'ancien président, Jawad Rhaouti, reconduit dans ses fonctions lors d'une assemblée générale, le 27 novembre 2010. Plusieurs membres de l’association, dont El-Mohltar Nouri et Charafeddine Mouslim, pointaient alors des irrégularités, au cours de l'assemblée, et convoquent une assemblée générale extraordinaire. C'est au cours de cette deuxième réunion que M. Nouri prend la tête de l'organisation.

Alors que M. Rhaouti porte plainte, M. Nouri et M. Mouslim dénoncent une tentative d'OPA de M. Rhaouti, sur l'association. Ils lui reprochent «un manque d'ouverture vers la société civile » mais aussi d'avoir « laissé le projet de la grande mosquée en sommeil ».

Pour M. Rhaouti, cette guerre de succession vient de sa volonté de « réformer l'AMG », notamment en contestant la « main-mise de l'UOIF sur l'association ». L'UOIF est d'ailleurs très bien implantée à Bordeaux où elle a été en partie fondée.

« Son attitude est démagogique. Il est lui-même un enfant de l'UOIF, et maintenant il vient cracher dans la soupe ! », a déclaré Tareq Oubrou, à propos de l'attitude de M. Rhaouti. L'imam a exprimé sa satisfaction a l'annonce du jugement. « Tout est bien qui finit bien ! La démocratie et le droit ont triomphé. J'ai été obligé de prendre position. Vous n'allez pas renoncer à ce travail de 30 ans. Vous n'allez pas renoncer à votre histoire. À Bordeaux, nous menons un travail doctrinal en profondeur pour un islam en phase avec la société civile. Cela dépasse largement le cadre de l'AMG », a-t-il affirmé.

Lire aussi :
Tareq Oubrou, un savant moderne en lumière
Tareq Oubrou, un imam dans tous ses états




Loading