Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 


Sur le vif

Birmanie : un coup d'Etat de l'armée renverse Aung San Suu Kyi

Rédigé par | Lundi 1 Février 2021 à 12:40

           


© CC SA-BY 3.0/Claude Truong-Ngoc
© CC SA-BY 3.0/Claude Truong-Ngoc
L’armée birmane vient de signer son quatrième coup d’état en 63 ans. Les militaires ont arrêté, lundi 1er février, la cheffe du gouvernement civil, Aung San Suu Kyi, et ont déclaré dans la foulée l’Etat d’urgence pendant un an. L’armée a aussi annoncé l’organisation prochaine de nouvelles élections et nommé par intérim le vice-président du gouvernement, Myint Swe, président par intérim.

De son côté, Mynt Nyunt, le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), parti d’Aung San Suu Kyi, a révélé que cette dernière ainsi qu’un certain nombre de cadres du parti, sont détenus dans la capitale birmane, à Naypydaw. Interrogé par le média local The Irrawaddy, il a déclaré la prise de pouvoir de l’armée était « une tentative de coup d’Etat, même si les militaires peuvent toujours prétendre que ce n’est pas le cas en forçant le président à demander la réunion d’un conseil national de sécurité qui donnerait officiellement le pouvoir à l’armée ».

Pour remplacer les dirigeants évincés, des généraux ont été placés aux principaux postes de pouvoir. Sur leur chaîne de télévision, les militaires ont affirmé vouloir préserver la « stabilité » de l’Etat. Ils accusent, par ailleurs, la commission électorale conduite par le gouvernement d'Aung San Suu Kyi, de ne pas avoir corrigé « les énormes irrégularités » qui ont eu lieu d’après eux pendant les législatives de novembre 2020, massivement remportées par la NLD. De fait, ils avaient exigé que la liste des électeurs soit publiée dans le but de procéder à des vérifications, ce que la commission n’avait pas fait.

Des condamnations immédiates en nombre

Après l'annonce de ce coup d’Etat, de nombreux dirigeants à travers le monde ont immédiatement réagi. « Les Etats-Unis s'opposent à toute tentative de modifier le résultat des récentes élections (...) et prendront des mesures contre les responsables », a ainsi averti la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, dans un communiqué.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a condamné « fermement » l’arrestation d'Aung San Suu Kyi. Avec « la déclaration du transfert de tous les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires aux militaires », « ces développements portent un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie », a-t-il indiqué. Les dirigeants des institutions européennes ont demandé le rétablissement du gouvernement civil légitime et « la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes détenues »

Aung San Suu Kyi a, quant à elle, exhorté la population à ne pas accepter le coup d'Etat. Si la cheffe du gouvernement jouit d’une grande popularité au sein de son pays, l'ancienne prix Nobel de la Paix est vivement critiquée pour sa gestion de la crise des Rohingyas ces dernières années. De ce point de vue, rien ne change pour cette minorité musulmane. Dernièrement, des centaines de réfugiés rohingyas au Bangladesh ont été transférés sur une île isolée du Golfe du Bengale malgré l'opposition d'organisations de défense des droits humains.

Lire plus :
Birmanie : deux musulmans élus sous l'étiquette du parti d'Aung San Suu Kyi, silence sur les Rohingyas
Rohingyas : la Birmanie sommée de prendre des mesures pour prévenir un génocide