Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Australie : l'islam un pays, la boulette d'une femme politique (vidéo)

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 9 Août 2013



En Australie, la campagne officielle des élections législatives s'est ouverte il y a quelques jours. Stéphanie Banister, une candidate du parti ultra-nationaliste One Nation s'est illustrée par son ignorance. Ainsi, pour la jeune femme de 27 ans, l'islam est... un pays !

C'est lors d'une interview accordée à la chaîne australienne 7 News, mercredi 7 août, que cette candidate d'un parti s'opposant à l'immigration a expliqué le plus naturellement du monde qu'elle ne peut « pas s'opposer à l'islam en tant que pays », même si elle « a le sentiment que leurs lois (du pays que serait l'islam, ndlr) ne devraient pas être les bienvenues ici en Australie ».

Si l'islam existe dans sa carte du monde, Stéphanie Banister a aussi vraiment du mal avec les concepts de « halal » (licite) et « haram » (illicite) et poursuit dans l'interview en déclarant que « 2 % des Australiens suivent le haram ». La jeune politicienne voulait probablement parler du... Coran.

Fine connaisseuse de l'islam (!), elle en connaît également un lot sur la religion juive. « Les juifs ne suivent pas le haram. Ils ont leur propre religion, celle de Jésus-Christ », dit-elle, l'air de rien, pour défendre le casher. Son parti veut en effet bannir la nourriture halal d'Australie.

Face à tant de bourdes, la presse internationale l'a rapidement comparée à Sarah Palin, l’ancienne candidate républicaine au poste de vice-président des Etats-Unis en 2008, qui pensait notamment que l'Afrique était un pays.

Moquée également sur les réseaux sociaux, la « Sarah Palin australienne » comme elle est à présent surnommée s'est défendue au lendemain de l'interview en arguant que ces propos avaient été sorties de leur contexte et qu’elle avait voulu parler de « pays islamiques ». Durant l'interview, la jeune femme avait concédé ne pas connaître l'identité de ses adversaires à Brisbane dans le Queensland où elle brigue un siège, et avoir encore des choses à apprendre en politique. Énormément même, dira-t-on.

Son ignorance vis-à-vis de l'islam va de pair avec la sévère animosité qu'elle nourrit envers cette religion. Stephanie Banister est actuellement poursuivie pour avoir collé sur des produits dans un supermarché des étiquettes sur lesquelles était inscrit « Attention ! La nourriture halal provoque le terrorisme ». Si elle est reconnue coupable pour ces faits, la Commission électorale australienne pourrait décider de son inéligibilité pour les élections législatives qui se tiendront le 7 septembre prochain.





Loading