Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Aucun candidat au retour en Birmanie parmi les Rohingyas

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 19 Novembre 2018



Aucun candidat au retour en Birmanie parmi les Rohingyas
Un flop. Ce mot résume la tentative de rapatriement des Rohingyas du Bangladesh vers la Birmanie, contre l’avis de l’ONU qui a estimé que les conditions ne sont pas encore réunies pour la sécurité de cette minorité ethnique qui est la cible de ce que l’organisation définit comme un projet de « nettoyage ethnique ».

À moins de deux mois des élections prévues le 30 décembre, les autorités bangladaises comptaient sur le projet de rapatriement pour séduire un électorat de plus en plus hostile par rapport à la présence des milliers de réfugiés Rohingyas en territoire bangladais. Cependant, l’opération a essuyé un échec cuisant, personne ne s’étant présenté à la frontière entre les deux pays où des bus attendaient les premiers volontaires.

La Birmanie et le Bangladesh s'étaient mis d’accord sur une première vague de rapatriement de 2 251 réfugiés, à raison de 150 individus par jour. Jeudi 15 novembre, à 16 h (heure locale), la mission a été officiellement suspendue. Si le gouvernement bangladais a réitéré qu’aucun réfugié ne serait obligé de retourner en Birmanie, aucune information sur les mesures qui seront dorénavant prises n’a émané des autorités.

« Nous avons prié Allah pour notre salut. Et notre prière a été entendue. Nous remercions les autorités du Bangladesh pour leur compréhension de notre position concernant le rapatriement », a affirmé l’imam Houssain, après la prière du vendredi 16 novembre.

Pour l’heure, les Rohingyas ne sont pas prêts à revenir en Birmanie. Ils exigent l’octroi d’une nationalité et des droits civiques qui vont avec avant d’y retourner, ce que le gouvernement birman n'est pas prêt à leur accorder.

Lire aussi :
Rohingyas : Amnesty International retire à Aung San Suu Kyi son prix le plus prestigieux (vidéo)
Propagation de la haine contre les Rohingyas : Facebook reconnait sa responsabilité
L’ONU alerte sur le danger du retour des Rohingyas exilés au Bangladesh vers la Birmanie