Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Angers : un élu démissionne avec fracas contre l'islamophobie en France

Rédigé par Christelle Gence | Jeudi 12 Février 2015



Angers : un élu démissionne avec fracas contre l'islamophobie en France
Membre du conseil municipal d’Angers depuis 2008, Abdel-Rahmène Azzouzi a annoncé sa démission dans une tribune intitulée « Devrais-je faire semblant ? » et publiée mardi 10 février sur Le Monde des religions, pour protester contre la « politique islamophobe de l’Etat français ».

Il n’y a pas de raisons locales à sa démission, a confirmé l'élu de gauche à Ouest France, il ne veut plus « cautionner la dérive avec les Français de confession musulmane, dans les tribunaux, dans les écoles ».

Selon le chef du service urologie du CHU d’Angers, un régime d'exception visant systématiquement les musulmans est instauré en France. « Des lois visant implicitement les Français musulmans se succèdent », affirme-t-il dans sa tribune. « Insidieusement, la France est probablement devenue la nation démocratique la plus islamophobe du monde », où « des millions de Français de confession musulmane vivent quotidiennement dans le malaise et l’incertitude » s’emporte l’urologue. Pour lui, les hauts responsables politiques sont coupables de « de jeter en pâture toute une partie de la population française, parce que musulmane, à la vindicte populaire ».

Abdel-Rahmène Azzouzi s’offusque aussi du dévoiement de la laïcité, « devenue en réalité l’arme ultime et exclusive contre les musulmans de France », selon lui. « Devrais-je faire semblant d’ignorer cette lecture de la laïcité à géométrie variable par le gouvernement français qui demande aux musulmans d’être invisibles dans l’espace sociétal français, mais qui termine ce merveilleux élan républicain du 11 janvier dans la synagogue de la Victoire, en présence des Premier ministre et ministre des Affaires Étrangères du gouvernement israélien sous les cris de "Bibi" et de nombreux drapeaux israéliens agités dans un lieu de culte par des citoyens français de confession juive ? », s’interroge l’ex-conseiller municipal. « Le camp des éradicateurs est activement à l’œuvre et couvre les voix et actes du camp des conciliateurs. (...) Aussi petite fut ma contribution, mon retrait n’est pas une défaite pour moi mais pour vous. »

Lire aussi :
Après les attentats, le CCIF en alerte face à l'intensification de l'islamophobie
Affaire Ahmed : l'enfant de 8 ans témoigne dans une vidéo du CCIF
Hollande à l'IMA : les musulmans de France « doivent être protégés »
La France en guerre contre l’islam ? Le CCIF et SOS Racisme portent plainte
Islamophobie : 116 agressions signalées depuis l’attaque de Charlie Hebdo




Loading