Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Allemagne : les manifestations anti-islam s'intensifient, une mosquée profanée

Rédigé par La Rédaction | Mardi 23 Décembre 2014



Une mosquée en construction à Dormagen a été la cible de tags racistes le 21 décembre, dans un contexte d'intensification des manifestations anti-islam en Allemagne.
Une mosquée en construction à Dormagen a été la cible de tags racistes le 21 décembre, dans un contexte d'intensification des manifestations anti-islam en Allemagne.
La condamnation d’Angela Merkel n’y aura rien fait, les manifestations anti-islam se poursuivent en Allemagne. Elles gagnent même de l’ampleur semaine après semaine. Lundi 22 décembre, la 10e manifestation de Dresde a réuni 17 500 personnes, parmi lesquels des néonazis et des militants d’extrême droite qui entendent lutter contre « l'islamisation de l’Occident ».

En réponse à ces mobilisations, des contre-manifestations ont réuni environ 20 000 personnes dans plusieurs villes du pays pour dénoncer les « Manifs du lundi », lancées par le mouvement Pegida. A Dresde, ils étaient 4 500 contre-manifestants à défiler, à l’appel de l’alliance « Dresde sans nazis ». A Munich, le rassemblement anti-Pegida a réuni 12 000 personnes, 2 500 à Bonn (ouest), 2 000 à Kassel (centre) et 700 à Würzburg (sud).

Les condamnations sont de plus en plus nombreuses. Gerhard Schröder, l’ancien chancelier social-démocrate allemand, a appelé, lundi 22 décembre, à une « révolte des honnêtes gens ». Il avait déjà employé cette expression en 2000, après l’incendie d’une synagogue à Düsseldorf.

L’évêque protestant de Saxe, Jochen Bohl, a dénoncé l’utilisation de symboles chrétiens par Pegida, qui cherche, selon lui, à « exploiter les symboles chrétiens et une tradition chrétienne dans un but politique ».

Le président du Conseil central des juifs d’Allemagne, Schuster a pour sa part condamné des manifestations qui appellent à « dénigrer toute une religion », et des rassemblements qui « mélangent néo-nazis, partis tout à fait à l’extrême droite et citoyens qui affirment pouvoir enfin s’épanouir dans leur racisme et leur haine de l’étranger ».

C’est dans ce contexte que dans la nuit du 20 au 21 décembre, une mosquée en construction à Dormagen, dans le nord-ouest de l’Allemagne, a été couverte de croix gammées, de slogans pro-Hitler et de messages à la gloire des SS. La multiplication d’incidents violents, comme l’incendie criminel d’un hôtel pour étudiants étrangers en Bavière, soulève des craintes sur les actions conduites par l’extrême droite en Allemagne.

Lire aussi :
Angela Merkel condamne les manifestations anti-islam en Allemagne
Allemagne : l’islam radical, « menace critique » pour la sécurité du pays
Une « police de la charia » sévit en Allemagne
L’Allemagne inquiète de l’immigration illégale provenant de France
Allemagne : la colère des musulmans espionnés dans les mosquées
Allemagne : une plainte contre l’interdiction du burkini















Votre agenda