Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Angela Merkel condamne les manifestations anti-islam en Allemagne

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 12 Décembre 2014



Angela Merkel condamne les manifestations anti-islam en Allemagne
La chancelière allemande a condamné, vendredi 12 décembre, « avec la plus grande fermeté » les manifestations « anti-islamisation » qui se déroulent en Allemagne depuis plusieurs semaines, principalement à Dresde, dans l’est du pays.

« Il n'y a pas de place en Allemagne pour la haine religieuse, quelle que soit la religion d'appartenance », a déclaré la porte-parole d’Angela Merkel, Christiane Wirtz. « Il n'y a pas de place en Allemagne pour l'islamophobie, l'antisémitisme, la xénophobie ou le racisme », a-t-elle insisté.

Un groupe baptisé « Européens patriotes contre l’islamisation du pays » (Pegida) organise depuis quelques semaines des « manifestations du lundi », calquées sur celles qui ont conduit à la chute du régime communiste de l’ex-RDA. Pegida, emblématique de cette mouvance populiste, a récupéré le slogan de l’époque, « Nous sommes le peuple ». Lundi dernier, il a crée la surprise en réunissant 10 000 personnes à Dresde (et 9 000 contre-manifestants), en surfant notamment sur les fantasmes quant à l'influence de l'islam dans les société européennes.

Les manifestations hostiles aux étrangers et aux musulmans se sont multipliées au cours des dernières semaines, alors que l’Allemagne est la principale destination d’immigration en Europe. Des rassemblements organisés ou soutenus par des mouvements d’extrême-droite ou néonazie, qui ont regroupés jusqu’à plusieurs centaines de personnes, ont été organisés à Düsseldorf, Würzburg, Rostock, Bochum ou Munich.

Pour le professeur en sciences politiques Hajo Funke, ces manifestations ont pour objectif « de faire naître du ressentiment, de désigner un ennemi ». Cet appel à se défendre « contre l'islamisation du pays » fait écho aux croisades et à la propagande nazie, analyse Hajo Funk, cité par l’AFP. La multiplication des manifestations anti-islam a même fait dire à Rainer Wendt, président du Syndicat des policiers allemands, que de nombreux participants « ont échoué dans leur vie et leur travail et projettent sur les autres leurs propres échecs. Ils cherchent des bouc-émissaires ».

Les autorités allemandes s’alarment de la montée d’une vague de populisme, et de sentiments islamophobes et antisémites dans le pays, d’autant que sa population vieillit, et que, dans les années à venir, l’Allemagne aura besoin d’immigrants pour éviter une crise démographique. La condamnation d’Angela Merkel survient en plein débat sur l’immigration outre-Rhin.

Lire aussi :
Allemagne : l’islam radical, « menace critique » pour la sécurité du pays
L’Allemagne inquiète de l’immigration illégale provenant de France
Allemagne : la colère des musulmans espionnés dans les mosquées
Allemagne : une plainte contre l’interdiction du burkini





Loading












Recevez le meilleur de l'actu