Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Sur le vif

Affaire Khashoggi : pourquoi la Turquie est en colère contre la France

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 13 Novembre 2018 à 14:18

           


Les propos de Jean-Yves Le Drian, autour de l'affaire Khashoggi ont fait bondir la Turquie. Plus d’un mois après l’assassinat du journaliste dans le consulat saoudien d'Istanbul, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré, lundi 12 novembre sur le plateau de France 2, « ne pas avoir connaissance » des enregistrements portant sur le meurtre de Jamal Khashoggi alors même qu'Ankara affirme les avoir partagé avec plusieurs pays, dont la France. Il a estimé, sans aller jusqu'à dire que les autorités turques ont menti, que le président turc Recep Tayyip Erdogan s’adonne un « jeu politique particulier » dans cette affaire.

La Turquie a aussitôt répliqué en dénonçant des « propos inacceptables » de Jean-Yves Le Drian. Fahrettin Altun, directeur de la communication de la présidence turque, a attesté l’envoi de ces « preuves » qui ont été « partagées avec les institutions concernées du gouvernement français » dès le 24 octobre. « Un représentant des services de renseignement français a écouté l’enregistrement audio », a-t-il précisé.

Pas de sanctions françaises en vue

Des déclarations du Premier ministre canadien - en froid avec l'Arabie Saoudite - abondent dans le sens de la Turquie dans la mesure où Justin Trudeau a reconnu, lundi 12 novembre, avoir été « pleinement informé de ce que la Turquie avait à partager ».

« S’il y a un problème de communication entre les différentes institutions au sein du gouvernement français, il appartient aux autorités françaises et non à la Turquie de régler ce problème », a fait part Fahrettin Altun. « Accuser notre président de jouer un jeu politique est extrêmement impoli », a affirmé pour sa part le chef de la diplomatie turque Mevlüt Çavuşoğlu.

Mais la France veut-elle vraiment prendre des sanctions contre l'Arabie Saoudite ? Le gouvernement français a indiqué, fin octobre, être prêt à prendre des sanctions « si la responsabilité de l’Arabie saoudite est avérée » dans le meurtre, et si les faits sont « corroborés par nos services de renseignement » mais, jusque là, rien à l'horizon pour mettre à mal les bonnes relations franco-saoudiennes. Le royaume saoudien est, rappelons-le, le deuxième plus gros acheteur d'armes de la France, derrière l'Égypte... La chancelière allemande Angela Merkel, qui a décidé de suspendre les ventes d’armes de l’Allemagne à l’Arabie Saoudite peu après que l'affaire Khashoggi ait éclaté, et a exhorté ses partenaires européens à faire de même

Que contiennent ces enregistrements ?

Bien qu’aucune information officielle sur le contenu de ces enregistrements n’ait été divulguée, le quotidien turc Yeni Safak a affirmé avoir eu accès à ce document sonore. Le journal a rapporté des propos du consul saoudien Mohammad al-Otaibi qui aurait notamment dit : « Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes. »

Toujours selon ce quotidien turc, le meurtre a eu lieu dans le bureau du consul et aurait duré 7 minutes. Les assaillants envoyés spécialement par l’Arabie Saoudite, dont le médecin légiste Salah al-Tubaigy, auraient coupé les doigts du journaliste alors qu’il était encore vivant, avant de le décapiter. « Quand je fais ce travail, j'écoute de la musique. Vous devriez (le) faire aussi », a-t-il indiqué. Son corps n'a pas été retrouvé mais, selon Ankara, le journaliste aurait été démembré avant d'être dissous à l'acide.

L'Arabie Saoudite a reconnu la mort de Jamal Khashoggi dans l'enceinte du consulat mais s'est dédouanée de toute responsabilité.

Lire aussi :
Une enquête autour de la guerre au Yémen en toile de fond de l’élimination de Jamal Khashoggi
L'Arabie Saoudite reconnaît la mort de Jamal Khashoggi dans le consulat d'Istanbul




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par François Carmignola le 13/11/2018 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les détails scabreux sur un meurtre sordide qu'un tyran turc nous assène sont navrants pour lui: coutumier et artiste de meurtres variés, sans parler du soutien à l'état islamique et de la non reconnaissance de génocides, il nous dégoute encore une fois.

2.Posté par Drum le 17/11/2018 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Coutumier et artiste de meurtres. Sacré François. Toujours aussi barré et aussi complotiste.
Je dis n'importe quoi tranquille et je m'en bats les couilles.
Vous avez voté en France pour qui vous le souhaitiez et les turcs idem votent pour qui ils le souhaitent.
Erdogan a été élu et meme re élu.
Que ça puisse vous déplaire c'est autre chose mais tout le monde s'en bat les couilles.
Qu'il puisse déplaire à des quidams français est quasi obligatoire. Comme Macron peut également déplaire à des turcs.
Vous n'avez rien compris comme d'habitude. Le sujet n'est pas qu'un dirigeant puisse vous déplaire. Mais de la communication de l'Etat français sur une affaire bien précise.
Il n'est au courant de rien dit-il.
Cette affaire est utilisée pour une fois de plus et par ricochet pour taper sur Erdogan rien de plus. Personne n'est dupe.
Pour connaitre la ligne politique de l'Etat français il n'y a qu'à lire la presse française. Elle appartient à de grands industriels proches du pouvoir et est leurs larbins. Erdogan ce salop, ce tyran, cet islamiste....etc. Elle vous premache et vous vous faites son perroquet. Bééé! Je répète. Bééé!

3.Posté par Drum le 17/11/2018 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les informations occidentales sont des informations occidentales.

4.Posté par Drum le 17/11/2018 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sans les informations des services secrets étrangers on est quasi pas grand chose. A jouer à ce jeu là on est plus perdant qu'autre chose. Que l'on se mette à ne plus avoir d'informations émanant des services secrets étrangers (turcs ou autres) tout seul ça va etre vachement rock'n roll. A trop mythoner c'est ce que l'on risque à force. Et pour le coup on pourra dire on était au courant de rien.

5.Posté par Absynthe le 21/11/2018 20:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Untel est mort n'est pas une information François.
Il a disparu, il est mort est un fait mais pas une information.
Il est mort pose les questions suivantes chez celui qui lit, ou, quand, comment, pourquoi.
Mais untel a disparu ou est mort n'est pas une information puisqu'il peut s'etre suicidé, avoir été tué accidentellement, avoir eu une crise cardiaque, etc. Il y a mille façon de mourir et il peut y avoir mille raison de disparaitre. Comment, ou, pourquoi, là est l'information.
Mais il est mort n'est pas une information. Un fait à lui seul n'est pas une information.