Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Sur le vif

Accusé de menaces de mort contre Pascal Praud, le rappeur Sneazzy s'explique

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 11 Mars 2020 à 17:29

           


Accusé de menaces de mort contre Pascal Praud, le rappeur Sneazzy s'explique
Le titre Zéro détail, interprété par le rappeur Sneazzy en duo avec Nekfeu, est à la source d’une polémique depuis sa sortie le 6 mars. L’artiste est accusé d’avoir proféré des menaces de mort à l’encontre de Pascal Praud, journaliste et animateur des débats dans l’émission matinale L’Heure des Pros sur CNews. En cause, ces paroles dans le titre : « « Les journalistes salissent l’islam, sont amateurs comme Pascal Praud. Ça mérite une balle dans le cervelet, le canon au fond de la bouche. »

Tandis que de nombreuses personnalités ont témoigné de leur soutien envers Pascal Praud, Sneazzy s’est expliqué, lundi 9 mars, pour déplorer le fait que « ces couplets, sortis de leur contexte, ont été mal compris ». « Ils peuvent interroger mais je ne suis pas là pour viser ou mettre au ban qui que ce soit ».

Indiquant au préalable que ce n’est pas Nekfeu qui a signé ces paroles mais bien lui, il déclare, en tant que rappeur, qu’il « jongle avec les mots/maux pour faire passer des messages et des émotions personnelles à travers des punchlines ». Il s’agissait pour lui, à travers la figure de Pascal Praud, de dénoncer « certains journalistes qui ont tendance à éditorialiser leur point de vue, ciblant très souvent le même groupe de personnes ».

Quant au « ça » dans la phrase « Ça mérite une balle dans le cervelet, le canon au fond de la bouche », le rappeur ne renvoyait pas à Pascal Praud mais à « la haine qui peut exister contre les musulmans et la volonté de les faire taire, le tout imagé par la métaphore de la balle dans le cervelet (pour dire : "ne pensez plus") et du canon dans la bouche (pour dire : "ne parlez plus") ».

« Je n’ai, en aucun cas, voulu attiser la haine ni proférer des menaces envers M. Praud. Je ne souhaite aucune violence, puisque je dénonce justement celle qui peut s’abattre sur la communauté musulmane. Je me battrai toujours pour que tout le monde ait le droit à la liberté d’expression. Car ma seule forme d’expression est ma musique et mes seules armes sont mes mots ».

Saura-t-il convaincre le parquet de Paris avec de telles explications ? Si Pascal Praud a fait savoir qu’il ne portera pas plainte contre les rappeurs Sneazzy et Nekfeu, le parquet a décidé, rapporte L’Express mercredi 11 mars, d’ouvrir une enquête pour « provocation non suivie d’effets à la commission d’un crime ou d’un délit par moyen de communication au public par voie électronique ».

Lire aussi :
Mennel face à Cyril Hanouna : « Je veux être un modèle de résilience »
« L'affaire Mila » ou l'élément révélateur des fragilités de la société et des communautés musulmanes