Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

A Stains, une rue portant le nom de la femme du Prophète attise la haine de la fachosphère

Rédigé par Lionel Lemonier | Jeudi 22 Septembre 2022 à 15:30

           


© Twitter
© Twitter
Les meilleures intentions reviennent parfois comme un boomerang dans la figure de ceux qui les ont affichées et concrétisées. À Stains, en Seine-Saint-Denis, un projet artistique et participatif financé par le bailleur social CDC Habitat a rassemblé les habitantes des quartiers Maroc et Avenir autour de la place des femmes dans l’espace public. Mené par l’association Mémoires Croisées et le photographe Philippe Monges, il est soutenu par la mairie, la Direction régionale des Affaires culturelles et Plaine Commune qui regroupe neuf commune séquano-dyonisien.

« J’ai souhaité inviter à réfléchir sur la place des femmes dans l’espace public, dans nos villes et plus généralement dans la société. L’intention est de leur redonner plus de place en renommant nos rues, nos résidences, nos bâtiments publics avec des noms de femmes qui nous inspirent par leur parcours ou leurs combats », expliquait le photographe dans le magazine municipal en juin dernier.

Depuis janvier 2022, le photographe anime des ateliers. Les participantes ont choisi des figures historiques ou contemporaines et ont travaillé sur un texte présentant les raisons de leur choix. Parmi les personnages féminins mis en avant, on trouve Joséphine Baker, Greta Thunberg, Aïcha Khalil, Aïcha Ech-Chenna, Mère Térésa, Fatima Mernissi ou encore la reine Esther. Mais le choix de l’une d’entre elles provoque des réactions haineuses sur les réseaux sociaux depuis quelques jours : Khadija Bint Khuwaylid.

L'engagement renouvelé de la municipalité vers une féminisation de l'espace public

La première épouse du Prophète Muhammad est présentée sur une plaque apposée rue de Pontoise et prévue pour rester quelques semaines. Sur fond de couleur lilas, le nom de Khadija Bint Khuwaylid s’affiche avec le texte suivant signé d'une habitante de Stains : « Elle me pousse, m’encourage, me donne la force de vivre dans notre société. Elle fut la première épouse du Prophète Mohamed et une grande commerçante au cœur du VIIe siècle. En tant que femme active de confession musulmane, les enseignements et les valeurs qui émanent de son histoire m’animent au quotidien, m’inspirent et me font aller de l’avant. »

Il n’en fallait pas plus pour réveiller l’extrême droite. « À Stains, une rue symboliquement renommée au nom de la femme du prophète Mahomet : on attend les laïcards ! », a tweeté Gilbert Collard, eurodéputé proche d’Eric Zemmour. Les réactions ont été si nombreuses qu'elles ont poussé le maire de Stains Azzedine Taïbi à publier, mardi 20 septembre, un communiqué pour dénoncer « la haine raciste sur les réseaux sociaux » et demander de stopper « l’impunité et l’indignation sélective ».

« Ce projet s'inscrit en complémentarité de l'engagement de la municipalité vers une féminisation de l'espace public de nombreux équipements ou rues portant le nom de femmes ont été inaugurés », précise l'’élu local, qui rappelle que, depuis sa réélection en 2020, la municipalité a déposé plusieurs plaintes auprès du procureur de la République « suite à des avalanches de tweets injurieux et racistes tels que celui de Gilles-William Goldnadel qui qualifiait alors la ville de Stains de "cité islamo-communiste, capitale du séparatisme islamique et de la médiocrité racialiste" ». Sans résultat concret à ce jour. Et de réclamer des mesures concrètes pour « lutter efficacement contre le racisme systémique qui gangrène notre société et qui gangrène notre société et contre celles et ceux qui attisent la violence et la haine sous couvert d'anonymat sur les réseaux sociaux ».

Lire aussi :
A Stains, une fresque en hommage à Adama Traoré, à Georges Floyd et aux victimes de violences policières




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Premier janvier le 22/09/2022 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Goldanel parle de lui et pour lui.
Il dit qui il est. Et il ne sait faire que cela.
Et pour pouvoir le faire il dit je ne suis pas.
Sauf que tout le monde est je. Je est donc forcément un autre.
C'est qui l'on est qu'il faut dire et pas qui l'on est pas.
Et ça il ne le sait pas. Autrement on ne saurait pas qui il est. Un je ne suis pas.
Lorsque l'on sait qui l'on est on ne peut être que tous les je.
Je suis une femme par exemple.

2.Posté par Rond LEDARON le 25/09/2022 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il en faut très peu pour que nos peureux ethno centrés ne s'émeuvent. Leur absence de confiance en eux, fruit d'une idéologie frelatée, couplé à leur regard figé sur le rétroviseur d'une histoire qu'ils magnifient, pour ne pas sombrer, nous gratifie d'un spectacle guignolesque.
L'ultra Ssioniste Goldanel, devant qui les médias mainstream se pâment, se permet ses outrances habituelles au nom d'une doctrine mortifére qui n'hésite pas à utiliser l'inversion accusatoire.
Imaginons un musulman évoquant "une ville judéo-républicaine (au sens du parti les Républicains), capitale du séparatisme Ssioniste et de la médiocrité communautariste. "
Quelles auraient été les réactions, les prises de positions courroucées, les manifestations demandant une mise au banc de la société et la mort sociale qui va avec.
On peut donc rajouter sur le frontons des mairies : Liberté-égalité-fraternité-double standard, (les 3 premiers mots étant sujets à caution), au regard d'une réalité qui dépasse la fiction.

3.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 26/09/2022 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une plaque à la mémoire d'Aicha aurait pu aussi s'imposer, mais la différence d'âge entre les époux était dans l'autre sens...
Qu'est-ce qu'on rigole...

4.Posté par Rond LEDARON le 26/09/2022 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il t'en faut peu pour rire,ceci dit ton ignorance légendaire aurait pu mettre en avant que la première épouse du prophète (paix et bénédictions sur lui), Khadija (Qu'Allah l'agrée) avait 15 ans de plus que lui et, qui plus est, était sa patronne, mais de cela ton ignorance ne pouvait le savoir..

5.Posté par I hard le 26/09/2022 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi avoir choisi celle ci, le prophète a eu 13 femmes ?

6.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 27/09/2022 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ledaron C'est exactement ce que je soulignais et vous n'avez pas compris ce que je disais, comme souvent.
Ne pas capter n'est pas de l'ignorance.
Pour en rajouter une couche, je dirais que le couple avec Khadija ressemble à celui des Macron, assez moderne finalement. Et je ne me permettrais pas de critiquer celui avec Aicha, autres temps, autres moeurs...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.