Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Votre revue de presse

A Marseille, un militant musulman flirte avec le Front national

Rédigé par Cléo Schweyer | RUE89 | Samedi 21 Mai 2011 à 16:00

           


Omar Djellil, secrétaire général d'une mosquée de quartier à Marseille, rêve d'une « union sacrée pour la France » avec l'élu FN Stéphane Durbec. A un an de l'élection présidentielle, l'initiative pose à nouveau la question du vote communautaire.

Le Marseillais Omar Djellil en convient volontiers : il est « plutôt provoc ». Militant au PS et à SOS-Racisme pendant dix ans, président de l'association de quartier Présence citoyenne et secrétaire général d'une mosquée, cet « activiste » affectionne les coups d'éclat.

En 2010, il avait ainsi déposé plainte contre TF1 et son présentateur vedette Harry Roselmack pour « infraction aux règles d'hygiène et diffamation à l'encontre de la communauté musulmane », après que l'équipe d'En Immersion eut tenté de faire sortir un mouton vivant d'un abattoir.

Depuis mars dernier, Omar Djellil frappe fort en médiatisant sa lune de miel avec Stéphane Durbec, conseiller régional FN. Accompagné d'un petit groupe de militants, il a rendu visite à l'élu dans les locaux du conseil régional de Paca, avant de lui offrir un exemplaire du Coran et de l'inviter à découvrir la mosquée de la porte d'Aix, quartier populaire phocéen où son association est implantée. Le tout filmé et largement diffusé sur internet, du blog associatif Good morning Marseille au site identitaire François Desouche.

Lire la suite sur rue 89




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par mohamed le 06/06/2011 21:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@9_janvier
Je ne vois rien d'anormal, il y a des gens au FN qui ne sont pas plus haineux envers les musulmans, que les gens de gauche ou de droite.
En d'autres termes, le FN ne détient pas le monopole du racisme.