Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com

Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss




Société

Le 11-Septembre, 10 ans de bouleversement pour les musulmans

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Samedi 10 Septembre 2011

Qui ne se souvient pas de sa journée du 11-Septembre ? Ce souvenir tragique, gravé dans la mémoire collective, est ravivé à l’occasion du 10e anniversaire des attentats qui a coûté la vie de milliers de personnes et a changé la face du monde. Comme la vie des musulmans. Retour sur une décennie qui a bouleversé les relations entre les communautés.



Le 11-Septembre, 10 ans de bouleversement pour les musulmans
Le 11-Septembre a plongé le monde dans l’ère du soupçon à l’égard des musulmans. Ignorés avant 2001, ils deviennent du jour au lendemain une menace pour les démocraties occidentales, saisies par la crainte de ne plus pouvoir contrôler cette population.

Cette peur, accentuée par la méconnaissance qu’ont les non-musulmans de l’islam, va très tôt modifier les discours. Tantôt qualifiés de « terroristes » ou d’«intégristes », les personnes réellement musulmanes ou perçues comme telles – les Arabes dans leur globalité - deviennent des cibles faciles d'attaques pour des populations en mal de savoir, des politiques en manque de popularité et des médias en quête d’audience. Ces derniers ont trop vite oublié que 10 % des victimes du 11-Septembre étaient de confession musulmane.

Les musulmans d’Occident, victimes collatérales du 11/09

Avec l’adoption sans difficulté du Patriot Act en octobre 2001, qui autorise des perquisitions, des écoutes téléphoniques et des détentions arbitraires sans preuve, les gardes à vue se multiplient et les prisons se remplissent.

Guantanamo devient la prison officielle des musulmans soupçonnés de terrorisme. Mais la plupart se révèlent être des innocents. L'un des plus emblématiques est le journaliste d’Al Jazeera Tayseer Allouni, qui a eu le « tort » d’avoir interviewé Ben Laden et d’avoir couvert la guerre en Afghanistan et en Irak… Le profilage racial se normalise et de larges plans de surveillance sont mis en place sans que personne n’y trouve à redire. Plus encore, après les attentats de Madrid en mars 2003 et de Londres et juillet 2005.

De nombreuses règles en matière de transport aérien sont actées pour renforcer la sureté. Transfert des données relatives aux passagers dès 2001, interdiction de transporter en cabine des produits sous forme liquide et des objets pouvant se transformer en arme dès 2006, généralisation des passeports biométriques et des scanners corporels ne sont que quelque unes d’entre elles.

L’islamophobie banalisée

Depuis 2001, les discriminations et les actes anti-musulmans sont en constante augmentation et les groupes d’extrême-droite se sont durablement implantés des deux côtés de l’Atlantique.

Les discours populistes, auparavant antisémites, apparaissent empreints d’une rhétorique islamophobe et s'infiltrent au sein de la classe politique traditionnelle. En France, la laïcité devient dès 2003 un thème qui se fonde en opposition avec tout ce qui touche de près ou de loin l’islam : voile, barbe, pratique religieuse... tout y passe désormais.

Paradoxalement, le nombre de conversions à l'islam a grimpé en flèche dans le monde. Se faire une opinion sur la religion musulmane a conduit un nombre conséquent de personnes à l'embrasser. D'autre part, une majorité d'Américains musulmans s’estiment largement intégrés et satisfaits de leur vie aux Etats-Unis, selon le dernier sondage du Pew Research Center, et disent être de plus en plus épanouis ces deux dernières années malgré les discriminations.

A l’aube d’une ère nouvelle

A l’ère de la méfiance, se succède désormais l’ère de l’espoir suscité par les soulèvements populaires dans le monde arabe. Tunisie, Egypte, Libye, puis bientôt la Syrie et le Bahreïn… jamais autant de régimes n’auront été autant contestés à la fois en 2001 par les peuples. Le « printemps arabe » et la mort de Ben Laden a enclenché l’espoir pour les musulmans, qui n’ont pour la majorité jamais soutenu Al-Qaïda ou le terrorisme, d’être mieux considérés qu’ils ne l’ont été auparavant.

Loin d’être épris de l’islam politique, les peuples ont souhaité prendre leur destin en main pour lutter contre les dictatures, longtemps soutenues par les Etats-Unis et leurs alliés au nom de la lutte contre le terrorisme. La vague de sympathie à l’égard des Américains au lendemain du 11-Septembre fait place à une croissante impopularité dans le monde arabe. La présence de l’OTAN en Afghanistan est aujourd’hui de plus en plus contestée, y compris en Occident, et l’échec irakien, qui a poussé les troupes étrangères à se retirer progressivement, démontre l’impossibilité pour les forces occidentales d’imposer leur démocratie.

Toutes les leçons du 11-Septembre n’ont pas encore été tirées et dix ans après, l'évènement continue de hanter la vie des musulmans. Les relations entre ces derniers et les autorités publiques ont indubitablement changé. La perception de l'Autre envers le musulman ne sera plus jamais neutre.



Hanan Ben Rhouma


Société | Religions | Economie | Monde | Culture & Médias | Votre revue de presse | Politique


Inscription à la newsletter




Loading




L'actu vue par Yace