Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Villeurbanne : le FN accuse les « milieux musulmans » dans l’agression antisémite

Rédigé par La Rédaction | Lundi 4 Juin 2012



L'extrême droite n'est jamais avare de mots quand il s'agit de taper sur les musulmans. Le vice-président du Front national Louis Aliot est allé loin, lundi 4 juin, en mettant en cause sur les « milieux jeunes » et « musulmans » dans l'agression antisémite de Villeurbanne samedi 2 juin. « Depuis 2001, il y a aujourd'hui en France une recrudescence des actes antisémites provenant, mais ça personne ne le dit, des milieux jeunes », a affirmé tout d'abord M. Aliot sur BFMTV-RMC.

Le journaliste Jean-Jacques Bourdin l’a repris en l’interrogeant sur la signification des « milieux jeunes » ? « C'est-à-dire des milieux on va dire... musulmans qui s'identifient au conflit israélo-palestinien et qui prennent dans les rues des jeunes juifs pour cible », a répondu le conseiller régional de Languedoc-Roussillon, candidat dans la 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales.

« On le sait depuis longtemps, mais on voit qu'il y a une hésitation du pouvoir qui ne veut pas appeler un chat par son nom », a-t-il affirmé, en dénonçant « l'importation d'un conflit étranger sur notre sol ». Ses accusations ne se basent que sur un profil dressé des agresseurs présumés, qui seraient d'origine « maghrébine », mais c'était largement suffisant pour M. Aliot d'en tirer ses propres conclusions, de lier l'agression au conflit israélo-palestinien et d'accuser les musulmans des faits.

Lire aussi :
Les musulmans condamnent l’agression antisémite de Villeurbanne
Législatives : des faux tracts associant Mélenchon à l'islam et aux Arabes circulent
L’Amitié judéo-musulmane fait son tour de France mais oublie l’islamophobie
Toulouse : les musulmans pris en otage par Mohamed Merah, la campagne électorale vire au tout-sécuritaire
Un délégué interministériel contre le racisme et l'antisémitisme... l'islamophobie alors ?
CRIF : « l’antisionisme obsessionnel », source de l’antisémitisme