Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un maire FN attaqué en justice par des commerçants musulmans

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 30 Juillet 2015



Julien Sanchez, maire FN du Beauvaire, est attaqué en justice par des commerçants musulmans pour des arrêtés municipaux jugés discriminatoires.
Julien Sanchez, maire FN du Beauvaire, est attaqué en justice par des commerçants musulmans pour des arrêtés municipaux jugés discriminatoires.
Le maire FN de Beaucaire (Gard) Julien Sanchez est attaqué en justice par des commerçants de confession musulmane. Ces derniers accusent l'édile de pratiques discriminatoires après que deux arrêtés municipaux visant à fermer les magasins dans certains quartiers et rues de la ville pendant la nuit aient été pris en juin, la veille du mois du Ramadan.

L'Observatoire national contre l'islamophobie, rattaché au Conseil français du culte musulman (CFCM), a annoncé, mercredi 29 juillet, s'être porté partie civile dans cette affaire.

« Les mesures prises par ce maire visent à asphyxier l’activité économique de ces commerçants, en raison de leur appartenance à la religion musulmane », a déclaré Abdallah Zekri, président de l’Observatoire, dans un communiqué. « Je déplore et je m’indigne qu’un maire qui est le premier magistrat de sa commune, puisse méconnaître nos valeurs républicaines qui sont "Liberté, Egalité, Fraternité". »

Une citation à comparaître devant le Tribunal correctionnel de Nîmes a été adressée à Julien Sanchez. L'audience est prévue le 1er septembre.

Mise à jour mercredi 2 septembre : Le procès du maire au Tribunal correctionnel de Nîmes a été fixé à la date du 7 janvier 2016 après une audience de conciliation le 1er septembre.

Le tribunal administratif de Nîmes avait débouté le 26 août les commerçants de leur demande de remboursement de 3 000 euros de frais de justice, en raison des deux arrêtés municipaux émis en juin jugés discriminatoires par les plaignants. Sur ce plan, le tribunal a constaté le non-lieu à statuer, dans la mesure où ces arrêtés ont été abrogés et remplacés par des textes similaires le 19 août. Rien n'est terminé pour autant puisque le processus judiciaire se poursuit avec le tribunal correctionnel de Nîmes.


Lire aussi :
La France en guerre contre l’islam : l’analyse foireuse d'un élu FN
Avec le FN à la mairie, triple galère pour bâtir une mosquée
Un livre pour répliquer aux mensonges de l’extrême droite (et d'autres)
Les villes dirigées par l’extrême droite, victoire symbole du FN à Marseille
Un maire FN écrit sa haine de l'islam, comparé au nazisme
Islam et musulmans, une diabolisation permanente au FN (vidéo)