Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un délégué interministériel contre le racisme et l'antisémitisme... l'islamophobie alors ?

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 16 Février 2012



Le Conseil des ministres du mercredi 15 février a décidé de la création d'un poste de « délégué interministériel » à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Le poste devrait être rattaché au ministère de l'Intérieur et « sera pourvu lors d'un prochain Conseil des ministres », a précisé le porte-parole de l'Intérieur.

La décision s'inscrit dans le cadre du plan national d'action contre le racisme et l'antisémitisme pour la période 2010-2014. Ce délégué jouera un « rôle d'impulsion, de proposition et d'évaluation », une interface entre les associations, le Défenseur des droits (ex-Halde), les administrations publiques et la Commission nationale consultative des droits de l'homme.

La question se pose de savoir quelles seront les missions exactes dévolues à ce nouveau poste et comment ces missions pourront s'articuler avec celle du Défenseur des droits, déjà dévoué à ces questions.

D'autre part, si le nombre d'actes antisémites a diminué en 2011 de 16 %, il n'en va pas de même pour les actes anti-musulmans, en hausse de 34 % sur la même période selon le CFCM. Si le délégué sera normalement chargé de « combattre toutes les formes de discriminations en raison des origines », l'intitulé de son poste ne mentionne que l'antisémitisme comme forme spécifique de racisme à combattre. La lutte contre l'islamophobie ne semble toujours pas être une véritable préoccupation de la classe politique.

Lire aussi :
Mamans Toutes Egales à l'offensive contre la loi anti-nounous voilées
CRIF : « l’antisionisme obsessionnel », source de l’antisémitisme
Dominique Baudis est le nouveau Défenseur des droits
La HALDE a signé son acte de décès




Loading