Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 





Sur le vif

Tunisie : vers une autorisation du mariage des femmes aux non-musulmans ?

Rédigé par Benjamin Andria | Lundi 27 Mars 2017 à 18:25



Tunisie : vers une autorisation du mariage des femmes aux non-musulmans ?
Une soixantaine d’associations tunisiennes font front commun pour réclamer l’autorisation aux femmes de se marier avec des non-musulmans.

Elles ont appelé, lundi 27 mars, à l'abrogation d'une circulaire prônant une telle interdiction depuis 1973, estimant qu’elle viole la liberté de conscience et la non-discrimination entre les citoyens inscrites dans la Constitution ainsi que dans diverses conventions internationales ratifiées par la Tunisie en matière de libertés individuelles et d’égalité entre les hommes et les femmes.

En Tunisie comme dans d'autres pays à majorité musulmane, un certificat de conversion du futur conjoint délivré par le mufti de la République est actuellement exigé pour enregistrer toute union entre une femme considérée comme musulmane et un ex-non-musulman, auquel cas leur mariage ne saurait être reconnu en Tunisie, de même que les enfants qui naîtraient de l'union. Une telle formalité n’est en revanche pas exigée des Tunisiens souhaitant épouser une non-musulmane.

La loi n'est pas inscrite dans le Code du statut personnel adopté en 1956 sous l'ère Bourguiba mais elle a été formalisée au travers d'une circulaire du ministre de la Justice 17 ans plus tard. Une règle qui tire son origine d'une loi coutumière islamique à laquelle s’accorde une large majorité de jurisconsultes musulmans.

Dans le collectif, on retrouve l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), l'Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM), le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), le Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) ou encore la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH). Toutes espèrent un retrait de la circulaire d'ici novembre 2017, 44 ans après sa promulgation.

Lire aussi :
Cinq ans après la révolution, la Tunisie à la recherche d’équilibres (vidéos)
La liberté de la presse recule dans le monde sauf en Tunisie, en tête du monde arabe
Tunisie : Ennahdha annonce sa rupture avec l’islam politique
La Tunisie lance une campagne religieuse contre le terrorisme (vidéo)
La Tunisie et ses hammams mis à l’honneur à Paris




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Kesic-Ennouri Halima le 28/03/2017 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin!!!! Mariée officiellement partout sauf pour mon propre pays😡😡😡 il est temps que cela change! Pourquoi l'interdiction ne s'applique qu'aux femmes???

2.Posté par Fadhel LAALAI le 29/03/2017 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D’abord,il parait incongru que l’on s’occupe de questions qui ne concernent qu’une fraction de la population tunisienne alors que la misère frappe de plus en plus la majorité tunisienne.Cela rappelle les propos de Bourguiba que des amis français polytechniciens m’avaient rapportés avec le sourire.
Quand il y avait eu les premières grèves en Tunisie,Bourguiba dans un élan d’enthousiasme trouvait la preuve que la Tunisie était devenue aussi développée que la France,cqfd !.
Ce genre de préoccupation féministe émane des éléments de la bourgeoisie comprador,des militants franc-maçons aidés par l’Union européenne pour imposer le Nouvel Ordre Mondial.N’oublions pas que le féminisme tunisien est historiquement un féminisme d’Etat,porté par la minorité urbaine
occidentalisée et endoctrinée par des bobos parisiens
Jusqu’à présent,une Tunisienne qui désire se marier avec un non-musulman emmène son prétendant ( ou prétendu) vers un mufti devant qui il doit prononcer la chahada et le tour est joué.Il en faut beaucoup plus pour un Maghrébin pour se marier avec une Française et cela tend à s’aggraver.
Du point de vue religieux,il est d’usage dans les trois religions monothéistes que l’époux soit obligatoirement affilié à la religion de la communauté concernée .
Mais,en réalité,de plus en plus,on va avoir affaire à des dialogues de sourds ou pire à des autistes mutuels.En effet,il se creuse un fossé entre les croyants et les autres.Il ne faut pas minimiser l’intolérance et l’intégrisme profane...  

3.Posté par Khadija Nasser le 01/04/2017 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Fadhel,ce que tu dis est vrai,puisque quelqu’un de né musulman sans en être doit faire comme un païen,qui se convertit à l’islam.
Mais ,malheureusement,nos frères et nos sœurs dans l’islam doivent se résigner dans leur propre pays à vivre en dhimmis des islamophobes et des wahhabites.


4.Posté par Asrubal le 02/04/2017 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une soixantaine d'associations?Les Tunisiens ne se refusent rien !Mais,il faut déplorer que beaucoup d'OGN sont à financement bien opaque.Cela doit être le fourre-tout de tous les pêcheurs en eau trouble.Cela n'est d'ailleurs pas de nature à rendre les causes défendues nobles ou populaires.Cela sert plutôt à servir les bas intérêts politicards du bicéphale dominant!l'ex- RCD de Ben Ali (pro-colonialiste) et d'Ennahdha(pro wahhabo-sioniste).

5.Posté par Khadija Nasser le 02/04/2017 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vraiment affolant et indécent de voir ces chères bourgeoises BCBG mobiliser tant d'associations pour un problème marginal et résolu en pratique.Et alors?Quand Est-ce que l'on va nous envoyer l'OTAN avec l'argent des émirs du pétrole?

6.Posté par Asdrubal le 02/04/2017 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est révoltant que des dévergondées et leurs complices téléguidés par les Occidentaux fixent nos priorités selon leurs hormones.Il est possible aussi que le gouvernement veuille faire diversion pour occulter ses insuffisances et ses incompétences comme cela se passe en France avec le voile et le burkini.D'autre part,il faut se méfier de ceux qu'on appelle naïvement les islamistes d'Ennahdha,qui ne sont là que pour rouler les mécaniques et se remplir les poches.Avec des disciples comme eux,l'islam n'a pas besoin d'ennemis.

7.Posté par Asdrubal le 06/04/2017 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ERRATUM:Il faut lire ONG et non OGN.Autrement,Ennahdha et ONG,c'est kif-kif pour l'opacité.Donc,c'est blanc-bonnet et bonnet-blanc !

8.Posté par Faouzia le 07/04/2017 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Malgré leur statut hérité de la connivence Bourguiba-BenAchour,des femmes tunisiennes ne trouvent pas mieux que de s’attaquer à l’islam et de reprende comme des perroquets l’islamophobie d’Outre-Méditerranée avec des relents de haine et de vengeance.Jusqu’à présent,ces femmes n’arrêtent pas de se plaindre de l’oppression islamiste alors qu’elles n’ont plus aucune contrainte à subir de l’islam.Le statut bourguibiste donné auparavant a cassé l’autorité parentale et de la cellule familiale et leur permet de s’adonner sans retenue aux « plaisirs » de Vénus et de Bacchus,au vu et au su du proche et du lointain..Après les événements de la « révolution »,on a vu des Tunisiennes exalter à visage découvert avec fierté et sans vergogne leur « liberté sexuelle ».Rien ne leur interdit de copuler comme elles veulent, quand elles veulent et avec qui elles veulent.On a entendu leurs appels s.o.s aux associations féministes surtout françaises, sans oublier à la fameuse lesbo-féministe Caroline Fourest ,amie de Valls et soutien des Femen,pour les « délivrer de l’islam »,comme si on les obligeait à en suivre les rites avec un revolver sous la tempe.Cela nourrit les fantasmes gaulois sur l’islam qui se serait imposé avec le sabre ,contrairement au christianisme,religion d’amour(dites-le donc aux Amérindiens ,par exemple et j’en passe) !
Un gynécologue tunisien a donné le chiffre de 20% en parlant des femmes arrivées vierges au mariage,une bonne partie du reste se font recoudre l’hymen .D’aill...  

9.Posté par Fadhel LAALAI le 08/04/2017 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le féminisme dans le monde arabe était développé par des hommes,surtout des écrivains comme Tahar Al Haddad en Tunisie et d’autres en Egypte..L’argument était surtout économique.Ce sont certains religieux qui ont mal ressenti une émancipation de la femme.Il y avait un livre écrit contre Al Haddad qui était intitulé :«Al hidâd ala mraatil Haddâd »(Le deuil sur la femme d’Al Haddâd).Au début,on demandait seulement des droits basiques comme l’instruction que l’islam n’aurait pas du tout renié.On voit mal une vraie musulmane ne pas apprendre le Coran ,la Sunna et des règles de l’islam qui ne s’inventent pas.Aîcha n’était-elle pas le symbole de la femme érudite de l’islam ?Or,certains religieux sont sortis de l’épure en donnant des arguments profanes qui ne tiennent pas la route.Par exemple,si on apprenait à la femme musulmane à lire et à écrire,elle en profiterait pour écrire à ses amants.
Bourguiba a joué la carte de la femme contre l’islam,étant d’une formation franc-maçonnique.Il engagea une lutte sans merci contre la Zitouna,à l’époque la meilleure université islamique du monde,avant même Al Azhar.Il réussit à se servir du cheikh Fadel Ben Achour comme alibi pour donner un statut juridique à la femme tunisienne,vite utilisé contre l’autorité parentale et familiale et devenue de la discrimination à rebours.En effet,dans un conflit entre un homme et une femme,les juges et les policiers devaient systématiquement se prononcer pour la femme.L’émancipation de la femme a cessé d’a...  







Publi-information

Isla Délice et Knorr s’associent pour soutenir l'Association ANDES avec un don de 40 000 produits halal








Votre agenda