Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Riposte Laïque coupable de provocation à la haine envers les musulmans

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 23 Mars 2012



Deux responsables du site islamophobe Riposte Laïque ont été reconnus coupables de provocation à la haine raciale à l’encontre des musulmans vendredi 23 mars par le tribunal correctionnel de Paris.

Si les peines de prison n’ont pas été retenu contre eux, le président-fondateur du site, Pierre Cassen, et Pascal Hilout, un des rédacteurs, ont été respectivement condamnés à 4 000 euros et à 1 500 euros d'amende pour avoir diffusé sur leur site deux articles, intitulés « Pourra-t-on vaincre l'offensive islamiste par les seuls moyens démocratiques ? » et le second « Occupation : bien sûr que les prières dans la rue, les voiles, le halal et les mosquées sont des symboles d'occupation et de conquête ».

Les deux hommes devront aussi verser à la Ligue des droits de l'Homme (LDH) 1 500 euros de dommages et intérêts, ainsi que 2 000 euros de frais de justice. Ils devront enfin verser un euro à titre de dommages et intérêts et 800 euros au titre des frais de justice à chacune des associations qui se sont portées parties civiles : le Colectif contre l’islamophobie en France (CCIF), SOS Racisme, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap).

La condamnation devra être publiée sur la page d'accueil du site dans les 15 jours et ce, durant trois mois. Pierre Cassens a annoncé son intention de faire appel de la décision.

Dans une vidéo postée sur la Toile, le responsable de Riposte Laïque n’a pas hésité à instrumentaliser le drame de Toulouse pour critiquer le verdict et affirmer sans sourciller que leurs écrits à propos de l'islam et des musulmans se sont « révélés dramatiquement justes ». « Nous aurions pu penser (…) que cet évènement avait peut-être ouvert les yeux à quelques personnes dont celles qui rendent la justice au nom du peuple français », déclare-t-il.

Pour sa part, la LDH s’est félicité de cette décision « qui rappelle que nul ne saurait s’en prendre, sous couverte d’une fausse laïcité, à la liberté de conscience et prôner l’exclusion ».

Lire aussi :
Toulouse : les musulmans pris en otage par Mohamed Merah, la campagne électorale vire au tout-sécuritaire
Justice : Riposte Laïque sur la sellette
Les « Asisses de la haine » pour « casser du musulman » maintenues




Loading