Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Norvège : pas de hijab dans la police

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 9 Janvier 2013



Les policières et les juges ne pourront pas porter le foulard islamique en Norvège. C’est la décision prise par le gouvernement lundi 7 janvier. Pourtant, un rapport remis ce même jour par un Comité d'éthique concluait en faveur de l’autorisation du hijab au motif que chacun doit pouvoir exprimer librement ses convictions.

Cependant, le gouvernement n’a pas suivi l’avis du Comité, estimant que les policiers et les juges doivent avoir une tenue neutre, contrairement aux membres de l’armée et les employés de l’administration maritime norvégienne qui ont le droit d’arborer des signes religieux.

La ministre de la Culture et des Affaires ecclésiastiques, Hadia Tajik, première personnalité politique musulmane du pays, s’est chargée de faire cette annonce, qui est une bien mauvaise nouvelle pour les femmes voilées désireuses de faire carrière dans ces domaines.

Une jeune femme d’origine algérienne, qui souhaitait suivre une formation pour devenir agent de police, avait ouvert le débat sur ce sujet en 2009, en demandant si elle pouvait porter le voile islamique. Le ministère de la Justice s’était emparé du dossier et avait laissé entendre la possibilité d’intégrer le foulard islamique à l'uniforme des policiers, ce qui avait suscité un tollé, rapporte le blog Al-Kanz.

Un an plus tard, un tribunal avait conclu à l’illégalité de l’interdiction du hijab dans la police, en ce qu’elle viole les lois sur la liberté de religion et l’égalité des chances. Aujourd’hui, c’est au tour d’un Comité d’éthique d’aller dans ce sens.

Mais, visiblement, le gouvernement travailliste ne veut rien entendre et préfère adopter une position discriminante à l’égard des femmes musulmanes voilées.

Dans un rapport, en avril dernier, Amnesty International dénonçait le fait que les femmes musulmanes sont les principales victimes des discriminations qui touchent les musulmans européens.

Lire aussi :
Norvège : les policières pourront porter le foulard
L'islamophobie en France, une réalité dénoncée par Amnesty International