Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Mohammed Arkoun, honoré à l'Institut du monde arabe

Rédigé par Hanan Ben Rhouma et Huê Trinh Nguyên | Lundi 11 Octobre 2010

La salle était bondée. L’hommage rendu à Mohammed Arkoun mercredi 6 octobre à l’Institut du monde arabe (IMA) a fait salle comble. Quelque 500 personnes étaient présentes pour écouter les témoignages de personnalités ayant côtoyé le penseur musulman. Reportage.



Mohammed Arkoun, honoré à l'Institut du monde arabe
C’est naturellement que l’IMA a accepté d’organiser, avec la famille de Mohammed Arkoun, un hommage « sous le signe de l'amitié » au défunt, décédé dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 septembre.

Après la diffusion d’un film d'entretien avec Mohammed Arkoun, réalisé par Rachid Benzine, un panel d’intervenants s’est présenté devant l’auditoire.

Au nom de Dominique Baudis (président de l'IMA), Mokhtar Taleb-Bendiab, directeur général, assure que la présence de celui qui « prônait le retour à l'humanisme arabe » et « militait en faveur de la complémentarité de la civilisation orientale et de la civilisation occidentale » (...) « sera toujours à l'IMA comme espace de prédilection pour faire rayonner sa pensée et son combat ».

« Il a su rester fidèle à toutes ses appartenances »

« Ce sont les mots que j'aimerais qu'on retienne de lui : son écoute, bien qu'il fut intarissable ; son amour de l'Algérie, bien qu'il fut aussi amer que moi sur son évolution », déclare Jean Daniel, écrivain et éditorialiste au Nouvel Observateur. Il salue la mémoire d’« un des plus grands réformateurs de l’islam ».

« Méconnu » par les uns, « incompris » pour d’autres, « il sera tôt ou tard reconnu des deux côtés de la Méditerranée » (…) « et de tous les côtés de la Terre », poursuit Edgar Morin, directeur de recherches émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). « Notre fraternité n'a pu se concrétiser il n'y a qu'un an au Caire, mais nous étions déjà frères spirituels par nos écrits », raconte le philosophe.

« C'est anéanti devant le cercueil à même la terre à Casablanca que la mémoire m'est revenue : cette voix qui s'insurgeait contre la pauvreté de la pensée intellectuelle » (...) « Il parlait avec douceur et pudeur, et le rire pour provoquer l'étonnement de ceux qui l'écoutaitent », se souvient Joseph Maïla, directeur du pôle Religions au ministère des Affaires étrangères. Le co-auteur, avec M. Arkoun, de l'ouvrage De Manhattan à Bagdad : au-delà du Bien et du Mal décrit « un homme complexe et un homme de complexité », « auteur d’un bouleversement qu’il dénomma "islamologie appliquée" », qu’il a su rendre « pratique par l’approche anthropologique, linguistique et historique ».

« Pour Arkoun, il n'y avait pas de sacré en soi, mais une sacralisation au fil du temps »

Les intervenants n’ont pas manqué de faire mention de son travail autour du dialogue interreligieux comme Olivier Abel, philosophe protestant et membre du Centre civique d'études du fait religieux (CCEFR) fondé par M. Arkoun, et Claude Geffré, théologien dominicain français, avec qui il avait cofondé le Groupe de recherches islamo-chrétien (GRIC). « Combien de projets de livres n'a-t-il pas eus ? », rappelle O. Abel, soulignant l'inquiétude d'Arkoun pour qui « tout conduit à la guerre des incultures, la France et l'Europe (n'étant ) pas à la hauteur ». « Je souhaite que, à travers le travail des jeunes chercheurs sur son œuvre, son murmure devienne un cri », lance Cl. Geffré.

« J'implore la mansuétude de Dieu si j'ai commis une erreur », avait rétorqué M. Arkoun à Mohammed Ghazali, dans les années 1980, qui lui avait fait remarquer qu'il considérait la théorie d'Arkoun sur « l'impensé » et « l'impensable » comme une hérésie. Tel est le souvenir de la première rencontre avec Arkoun du président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, Ghaleb Bencheikh. A la fin de son témoignage, il dédie au défunt les trois derniers versets de la sourate de L'Aube (s. 89), « bien qu'il s'insurgeait contre l'exégèse sauvage, contre l'islam pris comme mot-valise », rappelle-t-il.

« J'ai eu l'honneur de l'écouter durant 15 ans (...). Il avait toujours voulu ouvrir de nouveaux horizons d'action, de sens et d'espérance : il voulait écrire une lecture libre du Coran » ; « Je ne suis rien de sa pensée, je ne suis que sa fille (..). Puisse-t-il permettre une meilleure connaissance de l'autre et de nous-mêmes ». C'est par ces termes que Rachid Benzine, élève du professeur, et Sylvie, la fille de M. Arkoun, closent respectivement l'hommage rendu à Mohammed Arkoun.

« Une vie entièrement vouée à rapprocher les hommes »

Une heure et demie plus tard, c’est autour d’un thé de l’amitié qu’orateurs et auditeurs se sont retrouvés, invités à laisser une trace de leur passage dans le livre d’or. Bien que sous-exploité par le public, le livre s’est toutefois garni de témoignages (presque) tous aussi vibrants les uns que les autres. On y salue à la fois « un grand homme » et « un grand penseur avec une immense ambition à la mesure de l’universel ».

« Nous avons (apparemment) perdu un grand savant mais son œuvre nourrie d’universalisme unificateur va certainement mûrir et se développer avec ses jeunes disciples », écrit Emile Moatti, délégué général de la Fraternité d’Abraham à Jérusalem, qui œuvre en faveur du dialogue interreligieux.

« Le plus beau métier d’homme est le métier d’unir les hommes, écrivait Saint-Exupéry. Merci à vous, M. le Professeur d’avoir incarné cette maxime par votre témoignage de vie », lit-on quelques pages plus loin. Mohammed Arkoun ne finira d’être le centre des discussions de ses admirateurs. Une autre cérémonie d'hommage devrait prochainement être rendue au CCEFR, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis.