Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mali : le saccage de la tombe d’un saint soufi provoque l’indignation

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 10 Mai 2012



Des hommes armés appartenant, selon l’AFP, aux groupes islamistes Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine ont saccagé et brûlé le mausolée de Sidi Mahmoud Ben Amar, l’un des saints les plus vénérés de Tombouctou, au Mali, vendredi 4 mai. Les Maliens sont encore sous le choc.

Les membres d’Aqmi et d’Ansar Dine ont brisé les fenêtres et le portail en bois de la tombe du cheikh puis y ont mis le feu. Les Maliens habitués à prier sur cette tombe « sacrée » sont choqués. Dans un communiqué lu à la télévision nationale, le gouvernement malien a exprimé son « indignation » et condamné « avec la dernière énergie cet acte inqualifiable qui foule au pied les préceptes de l'islam, religion de tolérance, et le respect de la dignité humaine ».

Cette profanation fait d’autant plus mal aux Maliens que la ville de Tombouctou surnommée « la cité des 333 saints » est inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1998 pour ses trois grandes mosquées et ses dizaines de milliers de manuscrits. Une chose qui ne veut rien dire pour Aqmi et Ansar Dine.

Depuis mars, ces deux groupes occupent tout le nord du Mali, dont la ville de Tombouctou. Ils souhaitent instaurer la charia dans tout le pays. Le saccage de la tombe de Sidi Mahmoud Ben Amar (mort en 1547) n’est qu’une démonstration d'une conception de l’islam qu’ils veulent imposer aux Maliens. Bon nombre de ces derniers pratiquent un islam soufi et vénèrent les dignitaires à leur mort. Leurs tombes sont recouvertes de mausolées et les fidèles viennent s'y recueillir. Une pratique que veulent éradiquer les membres d’Aqmi et d’Ansar Dine pour lesquels la vénération des morts est « haram » (interdite). C’est la première fois qu’ils commettent un tel acte mais ont promis de recommencer. En Somalie, la profanation des tombes de saints par le groupe islamiste des Shebab est devenue monnaie courante.


Lire aussi :
Patrimoine islamique : des manuscrits de Tombouctou dérobés, l'Unesco donne l'alerte
Manuscrits de Tombouctou : un patrimoine culturel islamique de près de mille ans
Mali : un coup d’Etat militaire renverse le président Touré






Loading