Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le travail des enfants, un fléau encore vivace

Rédigé par La Rédaction | Mardi 12 Juin 2012



La Journée mondiale contre le travail des enfants est célébrée mardi 12 juin. C’est l’occasion de dénoncer un fléau encore très présent dans le monde.

« 215 millions d’enfants travaillent dans le monde, dont quelque 130 millions de garçons et de filles âgés de 5 à 17 ans dans le secteur de l’agriculture, y compris l’élevage, les pêches et la foresterie », a déploré lundi 11 juin l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’organisation internationale a demandé aux pays de multiplier les efforts pour éradiquer ce fléau.

Les enfants ne sont pas à l’abri des travaux les plus dangereux. L’organisation internationale du travail (OIT) précise en effet que plus de la moitié des enfants qui travaillent « sont exposés aux pires formes de travail des enfants comme travailler dans un environnement dangereux, comme esclaves ou autres formes de travail forcé, dans des activités illicites comme le trafic de drogue, la prostitution ou les conflits armés ».

L’OIT a lancé la première Journée mondiale contre le travail des enfants en 2002 pour mettre en lumière leur calvaire. Depuis, de nombreuses actions de sensibilisation ont été menées. En 2010, la communauté internationale a d’ailleurs adopté une feuille de route visant à éliminer les pires formes de travail des enfants d’ici 2016 mais il persiste encore fortement aujourd’hui.

Un rapport du Haut Commissariat au Plan (HCP), publié lundi 11 juin, révèle ainsi qu’en 2011, 123 000 enfants âgés de 7 à 15 ans travaillaient au Maroc, soit 2,5 % de l’ensemble des enfants de cette tranche d’âge. La mobilisation de l’Etat et de la communauté internationale a tout de même permis de faire diminuer ce phénomène dans ce pays où en 1999, près de 10 % des enfants de 7 à 15 ans, soit 517 000 enfants travaillaient.


Lire aussi :
Les fraises espagnoles produites par des Marocaines exploitées
Journée mondiale de l'eau : revenir aux sources du scandale
La FAO réclame la fin de la faim sans succès




Loading