Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 





Ramadan

Le jeûne du Ramadan, une pratique compatible avec le Covid-19 ?

Rédigé par | Mardi 14 Avril 2020 à 11:35

Alors que la France traverse une crise sanitaire inédite, les musulmans se préparent à accomplir le jeûne du mois du Ramadan dans des circonstances exceptionnelles. Alors le jeûne est-il une pratique compatible avec le Covid-19 ? Sous quelles conditions ? Hanane Chafik, spécialiste en médecine générale, répond à nos questions et distillent ses conseils.



Pour tout savoir sur le mois du Ramadan et l'actualité du fait musulman, téléchargez notre application en un clic et recevez nos notifications.

Comment l’épidémie du Covid-19 et les mesures de confinement qui en découlent vont-elles changer la manière de vivre le mois du Ramadan ?

Hanane Chafik : D’un point de vue social, ce Ramadan sera très différent puisqu’il n’y aura pas de veillée spirituelle en dehors des foyers, ni de rupture de jeûne collective. Il faudra donc jeûner et rompre le jeûne avec vos partenaires de confinement ! Il ne faudra donc pas négliger l’impact psychologique de l’isolement pendant le Ramadan. Comptons sur l’inventivité collective pour trouver des solutions minimisant l’impact psychologique négatif de cet isolement contraignant.

D’un point de vue médical, les conseils qui sont prodigués en temps normal restent valables.

Les personnes souffrant de maladies chroniques, notamment ceux qui prennent quotidiennement des médicaments, sont dispensés par principe du jeûne. Néanmoins, si elles tiennent à jeûner, il faut préalablement demander conseil au médecin qui connaît leur état de santé et leurs traitements. Il déterminera si leur pathologie ou leur état de santé actuel permet le jeûne ou non.

Les patients qui souffrent habituellement du jeûne (brûlures et douleurs d’estomac, infections urinaires, calculs rénaux, constipation, perte de poids…) devront aussi consulter préalablement leur médecin. Celui-ci pourra leur donner des conseils et traitements préventifs si cela est possible, et les décourager de jeûner si le risque pour leur santé est important. Du fait des restrictions de déplacements liées à la crise sanitaire actuelle, ce type de consultation préventive peut se faire en téléconsultation. De plus en plus de médecins en proposent exceptionnellement.

Si ces personnes décident de jeûner et contractent le Covid-19 pendant le Ramadan, le jeûne est bien sûr à interrompre, car ces patients sont prédisposés à développer des formes graves de la maladie, et doivent bénéficier d’une surveillance rapprochée, voire même d’une hospitalisation s’ils sont très symptomatiques et isolés.

Qu’en est-il des personnes en bonne santé atteints du coronavirus ?

Hanane Chafik : Pour les personnes en bonne santé, peu de nouveautés pour ce Ramadan. Il est important de privilégier les aliments sains, non transformés, les fruits secs et crus, les légumes et légumineuses, les jus frais et smoothies maison ainsi que des soupes pour s’hydrater correctement. Il faut d’éviter les fritures et sucreries qui épuisent le métabolisme, limiter quantitativement les féculents si vous limitez l’activité physique, et manger lentement en mastiquant longuement pour faciliter la digestion. Il s’agit d’adapter son alimentation à ses efforts et de ne pas manger au-delà, surtout si l’activité professionnelle ou sportive est à l’arrêt.

Si la personne tombe malade pendant le mois du Ramadan, notamment du Covid-19, tout dépendra de ses symptômes. La majorité des patients développera peu ou pas de symptômes, le Covid-19 chez elles ne sera pas plus gênant qu’une simple rhinopharyngite.

En revanche, certains patients, même sans antécédent médical, développeront une forme plus invalidante, avec fièvre, courbatures et gène respiratoire, et nécessiteront une surveillance rapprochée par le médecin. Le jeûne ne sera pas recommandé dans ce cas. Ils devront s’hydrater tout au long de la journée et mobiliser leurs forces pour lutter contre l’infection virale, à défaut de traitement curatif efficace.

Face à l’épidémie, quels conseils préconisez-vous pour limiter au maximum les risques ?

Hanane Chafik : Avant tout, il importe de rester chez soi et de limiter ses déplacements au strict nécessaire, en respectant les gestes-barrières. C’est la meilleure façon aujourd’hui de prendre soin de soi, de ses proches, des autres et des personnels soignants qui sont en première ligne.

Lire aussi : Covid-19 : De grâce, restez chez vous !

Le jeûne du Ramadan, une pratique compatible avec le Covid-19 ?
Ensuite, chacun peut booster son système immunitaire en ces temps épidémiques. Comment ? A chacun sa recette ! Les vitamines C, D, et le zinc sont unanimement reconnus utiles et sont davantage prescrits par des médecins depuis le début de l’épidémie.

En phytothérapie, l’échinacée pourpre stimule les défenses antivirales, de même que la gelée royale. Les plantes dites anti-infectieuses sont le cyprès et le pin sylvestre. En aromathérapie, les huiles essentielles indiquées sont, entre autres, la ravintsara, l’eucalyptus radié et le pin sylvestre.

Il faudra toutefois veiller à respecter les posologies et à prêter attention aux contre-indications. Il importe de préciser qu’aucune des plantes ou des vitamines citées ne sont à considérer comme des remèdes contre le coronavirus (prévention ou guérison). Elles peuvent éventuellement aider à éviter ou à traiter des symptômes mais il n'existe à ce jour aucun vaccin et traitement reconnu contre le Covid-19. Alimentation légère et saine couplée à une activité physique régulière demeurent les meilleurs atouts santé de chacun.

Lire aussi : Ramadan : les conseils du Dr Delabos, père de la chrononutrition

Le fait de jeûner nous rend-il plus vulnérable face à ce nouveau virus ?

Hanane Chafik : On sait aujourd’hui que le jeûne (pas forcément rituel) est thérapeutique, car le repos digestif permet à l’organisme de se centrer sur les autres fonctions, notamment immunitaires.

Les conseils médicaux pour appréhender le jeûne sont sans grand changement, si ce n’est l’appel à la vigilance de chacun quant aux symptômes du Covid-19, si variables d’un patient à l’autre. Votre médecin est là pour vous conseiller, n’hésitez pas à le solliciter. Le défi de ce mois béni sera surtout de n’oublier personne afin de limiter l’impact psychologique négatif du confinement.

*En partenariat avec le numéro 73 du magazine Salamnews, spécial Covid-19.

Lire aussi : Ramadan/Coronavirus : Macron acte la prolongation du confinement jusqu'au 11 mai, après le début du jeûne

Et aussi : Ramadan : préserver sa santé, une obligation au-dessus du jeûne


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur