Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'islamophobie en baisse après l'élection présidentielle

Rédigé par La Rédaction | Lundi 16 Juillet 2012



Les musulmans connaissent enfin un peu de répit. En effet, les actes islamophobes ont baissé après la campagne présidentielle d'après un bilan du Conseil français du culte musulman (CFCM) consulté par l'AFP le 15 juillet.

Ce bilan qui porte sur le premier semestre 2012 montre qu'en juin, les actes anti-musulmans ont baissé de sept points par rapport à juin 2011. En pleine campagne présidentielle, ils ont au contraire subi une forte hausse, de 14 points en mai et de 9 points en avril.
« Les différents débats sur le halal, les minarets, la burqa, la laïcité, l'identité nationale, l'immigration et les prières des rues ont libéré la parole des extrémistes sans compter les déclarations d'hommes politiques soucieux de se maintenir au pouvoir en déclarant que les musulmans sont un problème pour la France », a commenté à l'AFP, le président de l'observatoire national contre l'islamophobie, Abdallah Zekri.

Au total, les actes islamophobes ont augmenté au premier semestre 2012 de 14,49 %. Pour ces actes recensés et vérifiés par le ministère de l'intérieur, «  il y a eu dépôts de plaintes et de mains courantes dans les commissariats », a indiqué M. Zekri.
Mais « ces chiffres sont au-dessous de la réalité, car nombreux sont les musulmans qui ne souhaitent pas porter plainte, considérant à tort ou à raison, qu'il n'y aura pas d'aboutissement », a-t-il ajouté.

Dernièrement, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) avait déjà fait un constat alarmant en annonçant une hausse de 58,5 % des actes islamophobes en 2011 comparé à 2010.

Lire aussi :
Les actes anti-musulmans en hausse de 58 % en 2011, l'islamophobie d'Etat dénoncé (CCIF)
Les actes anti-musulmans en hausse, l’intolérance aussi
Islamophobie : la femme musulmane au cœur du conflit
Le CCIF décrète l’état d’urgence face à l’islamophobie
Islamophobie : le CCIF accrédité auprès de l’ONU
L'islamophobie en France, une réalité dénoncée par Amnesty International