Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

L’islamophobie, ça suffit ! La peur de l’islam, ça suffit ! Les amalgames, ça suffit !

Par Mohammed Moussaoui*

Rédigé par Mohammed Moussaoui | Vendredi 30 Avril 2010

Plus de 500 personnes se sont réunies devant la mosquée d'Istres afin d'exprimer leur indignation face à l'acte de vandalisme perpétré à coups de Kalachnikov dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 avril. Voici le discours prononcé par le président du Conseil français du culte musulman lors de ce rassemblement, vendredi 30 avril, en présence de nombreux élus locaux, mais en l'absence de représentants du gouvernement.



Mohammed Moussaoui : « Je lance un appel solennel à tous nos concitoyens épris de paix et de justice à joindre leurs efforts pour faire barrage à l’intolérance et au repli identitaire. »
Mohammed Moussaoui : « Je lance un appel solennel à tous nos concitoyens épris de paix et de justice à joindre leurs efforts pour faire barrage à l’intolérance et au repli identitaire. »
Notre rassemblement d’aujourd’hui à Istres, devant ce lieu de prière, de recueillement et de paix, est à la fois pour exprimer notre forte indignation après le lâche mitraillage de cette mosquée Ar-Rahma (Miséricorde) et manifester notre profonde et légitime inquiétude face à une montée incompréhensible de l’islamophobie et de l’intolérance.

Mais ce rassemblement de fraternité est aussi pour dire haut et fort notre confiance totale dans les valeurs et les principes qui régissent notre pays, les valeurs d’égalité, de fraternité, d’humanisme et de respect qui fondent son socle, dont celui de la liberté de culte et le droit de pratiquer sa religion dans un climat de sécurité et de sérénité.

Nous avons entendu des voix s’élever pour démentir toute stigmatisation des musulmans de France et affirmer que ce sentiment n’est que le fruit de notre imagination. Hélas, non !

Permettez-moi de vous donner quelques exemples de cette atteinte à notre liberté de pratiquer sereinement notre religion.

13 décembre 2009, à Castres. Des inscriptions racistes et des symboles nazis ont été tracés sur la façade de la mosquée, et des pieds de cochon suspendus à sa porte.

12 janvier, à Strasbourg. Un véhicule stationné devant le domicile privé d’un responsable de la future Grande Mosquée de Strasbourg a été recouvert de croix gammées, de croix celtiques et des inscriptions anti-minarets, anti-islam et anti-immigrés.

17 janvier, à Béziers. Une croix gammée d’une hauteur de deux mètres a été découverte, peinte sur le mur d’enceinte de la mosquée de Béziers.

1er février, à Crépy-en-Valois. Des inscriptions « Islam hors d’Europe » et « Islam dehors », et une croix celtique ont été peintes sur les murs de la mosquée.

8 février, à Saint-Étienne. Près d’une dizaine d’inscriptions racistes et anti-musulmanes ont été inscrites sur des murs de la Grande Mosquée de Saint-Étienne: « Pas d’Arabes ici » ou encore « Heil Hitler ». Des croix gammées ont été aussi découvertes par les fidèles venus accomplir la première prière de la journée.

13 février, à Obernai. Quatre jeunes gens, montés sur le toit, ont tordu le support du croissant, symbole de l’islam qui surplombait le bâtiment.

14 février, à Sorgues. Les fidèles arrivant pour la prière du matin découvrent des tags « Les Arabes dehors » ainsi qu’une croix gammée sur les murs de la mosquée.

23 mars, à Toulon. Les mêmes inscriptions racistes ont été peintes sur le mur de la mosquée.

25 avril ici, à Istres. Dans la nuit de samedi à dimanche, des individus ont mitraillé la façade de la mosquée. Pas moins d’une trentaine d’impacts de balles ont été retrouvés.

Non loin, une boucherie halal du 15e arrondissement de Marseille a été, elle aussi, la cible, le jour même, de tirs de Kalachnikov. 23 impacts de balles ont été retrouvés.

Des églises et des synagogues ont connu également des actes de profanation et de dégradation.

Ainsi, la gendarmerie nationale a dressé un triste état des lieux des profanations en France, révélant que pas moins de 184 faits ont été recensés en 2009 et pour lesquels des plaintes ont été déposées.

Les chiffres du début de l’année 2010 sont également inquiétants.

Il est de devoir des pouvoirs publics de tout mettre en œuvre pour arrêter et punir les coupables comme il est de leur devoir de mettre fin à cette triste série de profanations.

Il est aussi de devoir de chacun de dénoncer ces actes insupportables.

Dans le Saint Coran (sourate 22, verset 40), nous pouvons lire : « (…) Si Dieu ne repoussait pas certains hommes par d'autres, des ermitages auraient été démolis, ainsi que des synagogues des oratoires et des mosquées où le Nom de Dieu est souvent invoqué. »

À ce propos, je tiens à saluer l’esprit de responsabilité dont ont fait preuve les musulmans de France qui, au lieu de céder aux provocations, ont privilégié le dialogue et l’apaisement.

La montée de cette haine irrationnelle n’est que le fait d’individus qui se nourrissent de polémiques perverses et du refus de l’Autre. Ces islamophobes dénient aux musulmans le droit de pratiquer leur religion au grand jour dans des lieux de culte dignes.

Faut-il rappeler que nous en avons fini avec l’islam des caves ? Mais, apparemment, certains éprouvent de la nostalgie pour cette époque et veulent nous y renvoyer !

La multiplication des actes de profanation est préoccupante parce qu’elle est une véritable menace pour le vivre-ensemble et la cohésion nationale, auxquels nous sommes attachés de toutes nos fibres.

Jusqu’où va-t-on laisser prospérer de telles agressions, de tels actes odieux ? Faudra-t-il des victimes pour qu’enfin les consciences se réveillent ?

L’islamophobie, ça suffit ! La peur de l’islam, ça suffit ! Les amalgames, ça suffit ! Nous sommes Français et musulmans et nous n’accepterons jamais, je dis bien jamais, que certains, ouvertement ou insidieusement, mettent en doute cette appartenance pleine et entière à la République.

Je lance un appel solennel à tous nos concitoyens épris de paix et de justice à joindre leurs efforts pour faire barrage à l’intolérance et au repli identitaire.

Les musulmans de France sont dans leur immense majorité des citoyens responsables qui respectent le pacte civique, ne portent pas atteinte à l’ordre public et adhèrent totalement aux valeurs qui régissent notre pays. La crainte de l’intégrisme ne doit pas se transformer en un rejet de l’islam et des musulmans. C’est là de la stigmatisation.

L’islam, deuxième religion de France, n’a aucun problème avec la laïcité. La laïcité protège la liberté de culte et la considère avec une égale dignité.

En quoi disposer de carrés musulmans dans les cimetières ou de mosquées et lieux de culte décents constitueraient-ils une menace pour la République ?

Les actes de profanation des mosquées et des cimetières ne sont malheureusement que les signes d’une instrumentalisation et d’une diabolisation de l’islam, religion de paix et de juste milieu.

Des pyromanes et autres adversaires du vivre-ensemble font des musulmans les boucs émissaires de tous les maux dont souffriraient la France.

Je le redis, ce n’est pas à travers le prisme d’une poignée d’intégristes qu’on peut juger l’islam, cet islam des lumières qui portent des valeurs de paix, de tolérance et qui participe paisiblement de la vie de la nation.

Nous savons ce que nous devons à la République mais nous savons aussi ce que nous lui apportons.


* Mohammed Moussaoui est président du CFCM (Conseil français du culte musulman).