Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'hôtel Paris-Opéra incendié : prison ferme pour les coupables

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 23 Janvier 2014



Huit ans après l’incendie de l’hôtel Paris Opéra en avril 2005 qui avait fait 24 morts, le Tribunal correctionnel de Paris a condamné plusieurs prévenus, jeudi 23 janvier, à de la prison ferme.

Poursuivie pour homicides involontaires, Fatima Tahrour a écopé de la condamnation la plus lourde : trois ans de prison ferme. C’est par le comportement de cette dernière que le drame a pu survenir. Elle a reconnu avoir renversé des vêtements sur des bougies placées dans une chambre improvisée, lassée d’attendre le veilleur de nuit de l'hôtel qui fut son amant, resté avec des clients pour consommer alcool et cocaïne. Mais elle a déclaré n'avoir pris connaissance du drame que le lendemain.

Le veilleur de nuit, Nabil Dekali, accusé de ne pas avoir alerté les pompiers suffisamment tôt, a été condamné à deux ans de prison dont un ferme.

Quant à ses parents, les gérants de l'hôtel accusés de ne pas avoir mis leur hôtel en totale conformité, le coup est rude. La gérante est relaxée mais son mari a été condamné à trois ans de prison, dont deux ferme. Le tribunal a jugé qu'il était « parfaitement au courant de la toxicomanie de (son) fils et donc du danger de lui confier la surveillance d'un hôtel surpeuplé ».

L'établissement, suroccupé à l’époque du drame, accueillait principalement des familles africaines précaires. Le drame avait conduit à un durcissement de la législation concernant la lutte contre les incendies pour les hôtels.

Lire aussi :
L'incendie meurtrier de l’hôtel Paris Opéra au tribunal