Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L’UOIF et la Grande Mosquée de Paris affichent leur union pour réformer le CFCM

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 30 Mai 2012



Une délégation de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), emmenée par son président Ahmed Jaballah, s’est rendue mardi 29 mai au siège de la Grande Mosquée de Paris (GMP). Autour d’un déjeuner avec le recteur Dalil Boubakeur, les deux organisations musulmanes ont pu échanger sur la situation de l’islam de France et à travers le monde.

Dans le cadre d’une relation de « solidarité », l’UOIF et la GMP se sont mis d’accord sur le fait « que le culte musulman en France ne peut être organisé que dans le strict respect des règles républicaines, et notamment du principe de séparation de l’Etat et des Eglises », indique t-ils dans un communiqué.

Sur l’organisation du culte musulman, ils affichent deux principes communs. D'une part, ils déclarent que « toute organisation du culte musulman ne peut s’effectuer que par les musulmans eux-mêmes, sans ingérence aucune et ne peut être dans sa forme qu’une structure légère et de coordination selon le principe de la concertation (choura) entre toutes les composantes qui constituent l’Islam de France »., D'autre part, l’UOIF et la GMP, qui souhaitent que le racisme et la xénophobie doivent être combattus, « appellent solennellement les autorités à ce que les mosquées de France soient protégées et que l’islamophobie soit dénoncée ».

Des déclarations de bonnes intentions qui n'engagent rien de leur part à ce jour. Les deux organisations ont tout de même annoncé l’organisation des Assises de l’Islam de France, qui auront lieu dans « les meilleurs délais pour l’émergence d’une véritable représentativité regroupant l’ensemble des composantes musulmanes, sans exclusion aucune ».

L’UOIF avait contesté, en juin 2011, les dernières élections du Conseil français du culte musulman (CFCM), jugeant que le scrutin n’était pas « représentatif de la totalité des musulmans de France et des mosquées ». L’UOIF avait d’ailleurs refusé de participer aux élections tout comme la GMP qui avait fini par faire marche arrière : elle avait finalement salué la victoire de Mohammed Moussaoui et Dalil Boubakeur avait accepté le titre de président d’honneur du CFCM.

La représentativité du CFCM faisant toujours débat, un projet de réforme du CFCM avait été finalisé en février sous l’égide du ministère de l’Intérieur par la GMP et le Rassemblement des musulmans de France (RMF). L’UOIF et plusieurs organisations musulmanes non impliquées dans les discussions avaient alors regretté cet accord et appelé à la tenue des Assises de l’Islam de France pour œuvrer en « coordination » à la mise en place d’une réforme « pour sauvegarder un CFCM crédible et indépendant ».

Lire aussi :
Des Assises de l'Islam de France pour discuter de l’avenir du CFCM : vraiment ?
CFCM : Moussaoui réélu, Boubakeur honoré, l’UOIF absente
Elections du CFCM : l’UOIF boycotte, la Fédération de la Mosquée de Paris incertaine