Connectez-vous S'inscrire






Religions

CFCM : Moussaoui réélu, Boubakeur honoré, l’UOIF absente

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 20 Juin 2011

Mohammed Moussaoui, candidat à sa propre succession au Conseil français du culte musulman (CFCM), a été réélu président dimanche 19 juin au terme d'élections très mouvementées. Sa priorité : apaiser les relations entre les fédérations musulmanes. La non-participation de la Grande Mosquée de Paris au scrutin du 5 juin n'a pas empêché cette dernière d'obtenir des sièges au sein de l'instance. Dalil Boubakeur s'est ainsi vu attribuer la présidence d'honneur du CFCM. L'UOIF pourrait bien intégrer le CFCM dans les semaines à venir.



Mohammed Moussaoui a été réélu président du Conseil français du culte musulman (CFCM) dimanche 19 juin.
Mohammed Moussaoui a été réélu président du Conseil français du culte musulman (CFCM) dimanche 19 juin.
Le président sortant du Conseil français du culte musulman (CFCM) Mohammed Moussaoui, unique candidat à sa succession, a été réélu sans surprise dimanche 19 juin à la tête de cette instance pour un mandat de trois ans. Le Rassemblement des musulmans de France (RMF, proche du Maroc), dont fait partie M. Moussaoui, est la première force en présence en son sein.

Les 52 membres du conseil d’administration, dont 41 ont été élus le 5 juin dans les régions, se sont réunis en assemblée générale à Paris pour élire leur bureau exécutif et leur président. Seuls trois se sont abstenus.

La Grande Mosquée de Paris de retour au CFCM

Interrogé par Saphirnews, M. Moussaoui, qui souligne la participation de 3 700 délégués aux élections, indique que « la représentativité des musulmans de France au sein du CFCM est une question qui a été traitée de façon disproportionnée. (…) Il faudrait dédramatiser le poids de la représentativité par rapport à la mission réelle du CFCM qui consiste d’abord à défendre la dignité et les intérêts du culte musulman. »

La fédération nationale de la Grande mosquée de Paris (FNGMP, proche de l’Algérie), qui a pourtant appelé au boycott des élections, a retrouvé sa place dans le bureau exécutif en la personne de Chems-Eddine Hafiz, désigné vice-président.

Le recteur Dalil Boubakeur a, quant à lui, reçu un titre honorifique – qu’il a accepté volontiers –, en devenant président d’honneur du CFCM en signe de reconnaissance de son travail effectué lorsqu’il fut président de l’instance de 2003 à 2008. Une résolution similaire, votée par le CA, permet également aux anciens présidents des conseils régionaux du culte musulman (CRCM) de devenir des présidents d’honneur.

Deux ex-membres de la FNGMP, dont Abdallah Zekri, président de la fédération Sud-Ouest de la Grande Mosquée de Paris, siègent également dans le conseil d’administration, mais sont considérés comme dissidents car élus le 5 juin sans tenir compte des directives de leur direction.

L'UOIF s'accorde un temps de réflexion

Le retour de la FNGMP au sein de l’instance dénote avec la position de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), qui avait, elle aussi, refusé de participer aux élections. Aucun membre de la fédération – dirigé depuis peu par Ahmad Jaballah – ne fait partie du bureau exécutif, l’UOIF ayant refusé de participer au CA ce dimanche.

Toutefois, trois sièges peuvent lui être accordés d’ici à septembre, portant le nombre de membres au CA à 58. « Un moyen de garder la famille unie malgré des désaccords sur le règlement électoral », nous indique Anouar Kbibech, président du RMF. L'attribution de sièges par cooptation de la FNGMP et de l'UOIF ne plaît cependant pas à M'hammed Henniche, président de l'UAM 93 et membre du CA. « Il faut aller vers la masse silencieuse, attirer les lieux de culte indépendants et faire qu'ils fassent partie du CFCM sans avoir à passer par les grandes fédérations », nous indique-t-il.

Des réformes concrètes sur la loi électorale sont désormais attendues. Le CFCM a annoncé la mise en place d’une coordination chargée de réfléchir sur de nouveaux modes de représentation et de proposer une réforme de l’institution « pour faire émerger des représentants du culte musulman de façon simple » à l’avenir, selon M. Moussaoui.

La lutte contre l'islamophobie, une priorité

Ce dernier a par ailleurs annoncé la création d'un observatoire des actes islamophobes, dont la direction a été confiée à M. Zekri. Cela viendra compléter la convention sur le suivi des actes anti-musulmans, dont M. Moussaoui espère une mise en œuvre plus optimale dans les régions.

« Nous continuerons à dialoguer avec la société pour faire accepter l’islam de France comme une religion à part entière dans le paysage cultuel français. Cela passe par faire valoir le droit aux musulmans d’être visibles, car des discours appellent à rendre la foi musulmane invisible. Le CFCM défendra la pratique religieuse tant que celle-ci reste dans le cadre de la République », conclut son président.

Composition du bureau exécutif du CFCM :
Mohammed MOUSSAOUI, président (RMF)
Haydar DEMIRYUREK, vice-président (CCMTF)
Chems-Eddine HAFIZ, vice-président (FNGMP)
Anouar KBIBECH, secrétaire général (RMF)
Aslam TIMOL, secrétaire général adjoint (mosquée Saint-Denis de la Réunion)
Hamadi HAMMAMI, trésorier (Foi et pratique)
Taoufiq SEBTI, trésorier adjoint (mosquée de Mantes-la-Jolie)
Assani FASSASSI, chargé de mission (FFAIACA)






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu