Connectez-vous S'inscrire






Religions

Fouad Alaoui : « Ma démission n’a rien à voir avec le CFCM »

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 7 Juin 2011

Fouad Alaoui, qui a démissionné de son poste de président de l’UOIF samedi 4 juin, a programmé son départ depuis plusieurs semaines. Contrairement aux premières affirmations délivrées par Saphirnews dans un premier temps, les élections du CFCM n’ont en rien influencé sa décision, nous a déclaré l’ex-président de la fédération. Explications.



Ahmad Jaballah (à dr.) succède à Fouad Alaoui à la présidence de l'UOIF.
Ahmad Jaballah (à dr.) succède à Fouad Alaoui à la présidence de l'UOIF.
La démission soudaine de Fouad Alaoui, samedi 4 juin, de la présidence de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) a fait naître l’hypothèse, selon certaines de nos sources, que celle-ci serait liée aux élections du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui se sont tenues envers et contre tout dimanche 5 juin. Contacté par Saphirnews, M. Alaoui a tenu à démentir cette rumeur. « Ma démission n’a absolument rien à voir avec le dossier du CFCM. J’ai présenté ma démission il y a deux mois et demi, avant même le Salon du Bourget (en avril dernier, ndlr). Elle a simplement été confirmée aujourd’hui », déclare l’ex-président de l’UOIF.

Un départ préparé de longue date

« Ce fut un honneur pour moi d’avoir eu la présidence et j’ai fait ce que j’ai pu pour l’UOIF. Je voulais qu’elle soit à la pointe des débats de société. J’ai tout fait pour que s’opère un vrai renouvellement au sein de l’UOIF et que de nouvelles générations puissent accéder aux dossiers. Mais c’est un travail de longue haleine et j’ai jugé que les conditions favorables n’étaient pas réunies pour mener à bien ma mission », nous explique-t-il sans vouloir s’étaler sur les raisons et les conditions de son départ.

M. Alaoui reste tout de même membre du Conseil d’administration de l’institution et reste « au service des idées de l’UOIF », dont il fait partie depuis de très longues années. En revanche, il ne compte surement plus s’impliquer dans un quelconque dossier lié au CFCM. « La légitimité se gagne. Le nouveau bureau ne peut pas avoir cette légitimité », tient-il simplement à déclarer.

Une mission d’envergure pour Ahmad Jaballah

Après Lhaj Thami Breze et Fouad Alaoui, Ahmad Jaballah a été élu, samedi 4 juin, par le bureau pour être le nouveau président de la fédération pour les quatre prochaines années.

Directeur de l’Institut européen des sciences humaines (IESH) et membre du Conseil européen de la recherche et de la fatwa, M. Jaballah a du pain sur la planche pour poursuivre les missions de son prédécesseur et obtenir une reconnaissance de son institution auprès des pouvoirs publics en dépit des résultats du scrutin du CFCM.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu