Connectez-vous S'inscrire






Religions

Les élections du CFCM jouées d’avance

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Dimanche 5 Juin 2011

Quelque 3 700 délégués représentant environ 700 mosquées en France ont été chargés d’élire leurs représentants dans le cadre des élections du Conseil français du culte musulman (CFCM) et de ses 25 Conseils régionaux dimanche 5 juin. Sans surprise, c’est le Rassemblement des musulmans de France (RMF), proche de l’Etat marocain, qui rafle la mise dans la plupart des régions.



Les élections du CFCM et des CRCM se sont déroulées envers et contre tout dimanche 5 juin. A ce titre, les 371 délégués de Paris et de sa petite couronne devaient se rendre au gymnase Picpus, dans le 12e arrondissement de Paris (photo).
Les élections du CFCM et des CRCM se sont déroulées envers et contre tout dimanche 5 juin. A ce titre, les 371 délégués de Paris et de sa petite couronne devaient se rendre au gymnase Picpus, dans le 12e arrondissement de Paris (photo).
Le boycott de l’UOIF – nouvellement présidée par Ahmad Jaballah après la démission de Fouad Alaoui - et de la Grande Mosquée de Paris n’aura rien changé au calendrier électoral. Le renouvellement du CFCM et de ses antennes régionales se sont tenues comme prévu dimanche 5 juin.

Les délégués désignés et inscrits pour élire les membres des CRCM se sont déplacés à cet effet en nombre. Joint par Saphirnews, Driss Ayachour, président sortant du CRCM Alsace, a annoncé un taux de participation de 77 %. Quant à Gul Erhan, président du CRCM Auvergne, ce taux passe à 96 %.

Et pour cause : dans les deux régions, à l’instar du Nord/Pas-de Calais, de la Basse-Normandie et de bien d’autres, seule une liste, conduite généralement par le Rassemblement des musulmans de France (RMF) et/ou par les fédérations proches de la Turquie (Ditib et CCMTF), avait été présentée.

Paris et sa région, une exception

Les 371 délégués de Paris et de sa petite couronne, qui comptent pour un tiers du CRCM Ile-de-France- Centre et dont le nombre a été calculé en fonction de la surface des 71 mosquées inscrites, étaient invités à se rendre au gymnase Picpus, dans le 12e arrondissement parisien, pour choisir entre cinq listes. Une exception qui confirme la règle de la mainmise du RMF sur ces élections. Mohamed Moussaoui, président sortant du CFCM et vice-président de la fédération, a d'ailleurs obtenu 77,5 % des voix en PACA contre 22,5 % pour la liste indépendante conduite par l’imam Ghoul de la Grande Mosquée de Marseille.

La Fédération nationale des musulmans de France (FNMF), dissidente du RMF, résiste toujours et a présenté sa propre liste contre celle du RMF, des Turcs, de la Fédération Française des Associations Islamiques d'Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA) et de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93), la seule liste réunissant les mosquées dites « indépendantes » de la région.

« Ce sont des élections sans intérêt, indignes de la République », nous confie M'hammed Henniche, président de l’UAM 93. « Mais nous préférons quand même y participer pour arrêter cette machine sans queue ni tête de l’intérieur », indique-t-il.

Le discours plaît puisque l'UAM 93 a obtenu 23,7 % des voix, la mettant en troisième position derrière le RMF (25 %) et le FNMF, qui résiste au grand dam de son adversaire marocain, avec 34,3 %.

Boycott ou non, les mosquées désintéressées des élections

Le nombre de mosquées inscrites a baissé dans toutes les régions par rapport à 2008, constate-t-on. En Bourgogne, 16 mosquées sur les 43 de la région se sont présentées. Si beaucoup pensent que l’appel au boycott a fait son effet, selon M. Henniche, celui-ci « ne pèse rien » car la plupart des mosquées qui ne participent pas au processus électoral ne voient pas ce que peut leur apporter le CFCM.

Un désintérêt criant doublé d’un problème de financement pour les lieux de culte indépendants : la cotisation qui donne droit au droit de vote est en effet passée de 10€ en 2008 à 70€ actuellement par délégué, ne favorisant ainsi que les mosquées affiliées aux grandes fédérations, qui tirent leur argent en partie des aides octroyées par des Etats étrangers.

Les bureaux des CRCM ne se constitueront qu’après l’élection du bureau exécutif national le 19 juin prochain par les délégués régionaux élus ce dimanche. Ce sera sans suspense.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu