Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Journée internationale de l’alphabétisation : les femmes, grandes oubliées de l'éducation

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Lundi 8 Septembre 2014



Journée internationale de l’alphabétisation : les femmes, grandes oubliées de l'éducation
Le 8 septembre correspond à la Journée internationale de l’alphabétisation. Cette édition 2014 prend pour thème « Alphabétisation et développement durable ».

« L’alphabétisation est l’un des principaux éléments nécessaires pour promouvoir le développement durable, car elle donne aux individus les moyens de prendre les bonnes décisions dans le domaine de la croissance économique, du développement social et de l’intégration environnementale », explique l’UNESCO, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

Aujourd’hui, un trop grand pan de la population reste analphabète. 781 millions d’adultes à travers le monde ne savent ni lire ni écrire. Ce qui correspond à 16 % de la population adulte mondiale note l’UNESCO, qui précise que les deux tiers des analphabètes sont des femmes.

Du côté des jeunes, 122 millions sont touchés. Là encore, les jeunes femmes (60,7 %) sont les plus concernées. Face à ce constat, l’UNESCO a choisi de mettre l’accent sur les femmes pour cette édition 2014. « L’alphabétisation et l’éducation des filles et des femmes : fondements du développement durable », titre ainsi la Conférence internationale organisée le 8 septembre, à Dhaka, en coopération avec le gouvernement du Bangladesh.

40 % des hommes et 65 % des femmes sont analphabètes en pays musulmans

Dans les pays musulmans, les taux d’analphabétisme oscillent « entre 40 % parmi les hommes et 65 % parmi les femmes, avec un taux supérieur de plus de 10 % en milieu rural qu’en milieu urbain », rapporte l’ISESCO. L’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture, qui regroupe 52 pays, déplore que « seulement un faible nombre d’Etats membres ont pu éradiquer l’analphabétisme ou le réduire à un taux très faible ».

La question de l’analphabétisme touche à « la sécurité nationale de l’Etat », souligne l’ISESCO, d’autant plus qu’« une société dont la moitié de la population est analphabète sera incapable de se lever ni de se libérer du joug de la pauvreté, de l’ignorance et de la précarité. Elle ne saura pas non plus préserver ses acquis, défendre ses droits ni protéger sa souveraineté », prévient l’Organisation.

Des associations pour l'alphabétisation des femmes primées

La Conférence internationale organisée à Dhaka a été l’occasion de remettre des prix d’alphabétisation à ceux qui « démontrent le rôle central que joue l’alphabétisation dans la promotion des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la résolution des conflits et de la diversité culturelle ».

Parmi les lauréats 2014, on compte le ministère de l'Education de l'Équateur, dont le projet d’éducation de base des jeunes et des adultes a bénéficié à près de 325 000 personnes. L’Association pour la promotion de l’éducation non formelle du Burkina Faso qui s’attaque à l’analphabétisme des femmes a également été primée. Dans ce pays, où 82 % des femmes sont analphabètes, le travail d’une telle association, qui, à ce jour, a touché 18 000 femmes, est primordial. Autre lauréat : l’Association algérienne d’alphabétisation IQRAA (Lire) pour son programme sur « l’alphabétisation, la formation et l’intégration des femmes ». Plus de 17 000 personnes ont bénéficié de ce programme jusqu'à maintenant.

De telles actions permettent à l’analphabétisme de reculer. L’UNESCO estime que 84 % de la population mondiale actuelle sait lire et écrire, contre 76 % en 1990. Mais l’objectif d’une alphabétisation à 100 % de la population mondiale n’est pour autant pas encore gagné. Avec « 58 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire qui ne sont pas scolarisés, et 63 millions d’adolescents en âge de suivre un enseignement dans le premier cycle du secondaire qui ne peuvent pas non plus exercer leur droit à l’éducation, le risque est de voir grandir une nouvelle génération d’analphabètes », se désole l’UNESCO.

« Cette situation inacceptable constitue un frein aux efforts déployés pour réduire la pauvreté et promouvoir le développement humain », déplore la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.


Lire aussi :
Maroc : les mosquées participent à la lutte contre l’analphabétisme
Agir contre la misère, un forum contre la pauvreté
Trop d'enfants pauvres dans les pays riches
Combattre la pauvreté dans le monde : un devoir religieux de tout-e musulman-e
Un sommet mondial contre l'excision et les mariages forcés




Loading