Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Islamophobie : une baisse en 2014 ternie par une explosion début 2015

Rédigé par Christelle Gence | Vendredi 23 Janvier 2015



Islamophobie : une baisse en 2014 ternie par une explosion début 2015
Entre l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier et le 20 janvier, 128 actes islamophobes repartis entre 33 actions et 95 menaces ont été comptabilisés en France, hors région parisienne, soit presque autant en deux semaines que sur l’ensemble de l’année 2014, a annoncé vendredi 23 janvier l’Observatoire national contre l’islamophobie, qui dévoilait les chiffres de l’année passée. En plus du nombre record, les actes ont atteint un nouveau degré de gravité. « C'est la première fois qu'il a été enregistré des jets de grenade ou des tirs par arme à feu », fait-il ainsi savoir.

En 2014, les actes antimusulmans étaient « en nette baisse » en France : 133 ont été recensés, contre 226 en 2013, soit une diminution de 41,1 %. Ces actes étaient répartis entre 55 actions et 78 menaces. Une embellie qui doit cependant être relativisée, ces chiffres ne reflétant « pas la réalité ».

« Nombreux sont les musulmans qui ne souhaitent pas porter plainte systématiquement lorsqu’ils sont victimes d’actes xénophobes, convaincus qu’il n’y aura aucune suite, ce qui est très souvent hélas la réalité », souligne l’Observatoire. Le bilan 2014 ne tient pas non plus compte de « la cyberhaine », qui augmente fortement via les réseaux sociaux, prévient l’organisme rattaché au Conseil français du culte musulman (CFCM).

Quelle que soit l’ampleur réelle de la diminution des actes antimusulmans observée l’an dernier, elle est de toute façon ternie par l’explosion de l’islamophobie observée depuis les attaques terroristes. « Les actes islamophobes ont atteint un sommet dans la haine à l’égard des Français de confession musulmane, jamais enregistré », déplore l’Observatoire, pour qui il est « désolant que la classe politique n’ait pas dénoncé ces actes ignobles ni apporté un soutien rassurant à l’égard des citoyens, musulmans certes, mais membres de la communauté nationale ».