Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Islamophobie latente : un nouveau « délit de jupe longue » dans le Val-d'Oise

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 29 Mars 2012



Une nouvelle histoire de jupe longue fait grand bruit dans un lycée du Val d’Oise, jeudi 29 mars. Khadidja, 18 ans, scolarisée en terminale professionnelle au lycée Edmond-Rostand de Saint-Ouen-l’Aumône, s’est vue refuser l’accès aux classes au motif qu’elle porterait « une tenue à connotation religieuse » et sujette à « provocation ». En cause, sa jupe longue « de gitane ».

La proviseure du lycée dément toute exclusion « pour une tenue vestimentaire particulière », même si elle reconnaît « des remarques ». « Mais cela fait partie de l’éducation de faire des remarques aux élèves dont la tenue est provocante, comme pour une jeune fille qui vient à l’école le ventre à l’air. Ici, c’est plutôt une tenue qui rappellerait une croyance. Cela fait aussi partie du rôle de l’Education nationale de rappeler un certain nombre de principes comme la décence, le respect des personnes, qui nécessitent une tenue correcte. C’est vraiment dans un but éducatif », se justifie-t-elle dans le Parisien.

Convoquée au lycée de sa fille, la mère de Khadidja n’en revient pas de cette « histoire de jupe ». « Si j’étais entrée au lycée avec le voile, j’aurai compris. Mais là, j’ai quand même le droit de mettre une jupe gitane. D’autres viennent en hippie ou en gothique sans que ça pose problème », poursuit la jeune fille.

Face à cette polémique, l'inspecteur d'académie du Val-d'Oise, Jean-Louis Brison, a assuré qu'il n'y a pas d'exclusion mais considère que la tenue de la jeune fille est inadaptée à l'école publique, même si « elle enlève son voile avant d'entrer dans l'établissement ». Il a néanmoins estimé que l'élève pouvait « continuer à s'habiller comme elle veut, (...) il n'y a aucune prohibition aussi longtemps que la tenue est décente ».

Le débat est en tout cas surprenant, à partir de combien de centimètres, une jupe peut-elle être considérée comme une « provocation religieuse », les couleurs et formes des vêtements peuvent-elles (et doivent-elles) aussi être réglementées ? Autant de question soulevées par cette nouvelle affaire, un an après les « jupes longues » du lycée de Saint-Ouen (93).

Lire aussi :
Robes longues : le rôle de l'école dans les fantasmes sur l'islam
Délit de robe longue : le nouveau scandale islamophobe