Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Hortefeux annonce 28 000 explusions

| Lundi 2 Juin 2008 à 22:52



Le ministre de l'Immigration Brice Hortefeux a affirmé que "pour la première fois depuis une génération" le nombre de clandestins avait "commencé à diminuer", de 6 %, ajoutant que plus de 28 000 avaient été expulsés en 12 mois, du 1er mai 2007 au 30 avril 2008.
Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Hortefeux a par ailleurs qualifié d'"extrêmement limité" le mouvement des travailleurs sans papiers en Ile-de-France et réitéré son exigence d'une régularisation "au cas par cas", renvoyant aux "critères" fixés par son ministère.
Interrogé au sur le nombre d'immigrés illégaux, donné une "fourchette entre 200 000 et 400 000". "Pour la première fois depuis une génération, le nombre de clandestins a commencé à diminuer, on l'évalue (cette baisse, NDLR) à 6 %", a-t-il assuré.
Il a indiqué que ces estimations se fondaient sur "un certain nombre d'indicateurs", dont les statistiques des refoulements, des reconduites à la frontière, et des "bénéficiaires de l'aide médicale d'Etat" (AME), "en baisse de 4 %". "Il y a un mouvement qui s'inverse", a-t-il estimé.
"Du 1er mai 2007 au 30 avril 2008, il y a eu 28778 reconduites, c'est-à-dire que les objectifs sont totalement atteignables", a ajouté le ministre, en référence à l'objectif de 28000 expulsions en 2008 fixé par le président Nicolas Sarkozy.
S'agissant des travailleurs sans papiers en Ile-de-France en grève pour leur régularisation, "c'est un mouvement qui est extrêmement limité puisqu'il y a à peu près 1000 personnes, aux alentours de 1000 dossiers qui ont été déposés", en préfecture, a-t-il déclaré, précisant qu'à la date de samedi, 260 avaient obtenu un titre de séjour.
"Je n'irai pas dans cet engrenage" de la régularisation en bloc, a-t-il prévenu. "Pour venir sur le territoire français, il faut y être autorisé", a fait valoir Hortefeux.
"Il n'est pas question qu'il y ait aujourd'hui une prime à l'illégalité", a-t-il insisté