Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Halal : le poisson bientôt nourri au porc

Rédigé par La Rédaction | Mardi 19 Février 2013



Décidément, l'industrie agro-alimentaire nous en fait voir de toutes les couleurs. En plein scandale du « Horsegate», la Commission européenne a annoncé, jeudi 14 février, qu'elle autorise de nouveau que les poissons d'élevage puissent être nourris avec des farines de porc et de volailles dès le 1er juin.

Ce mode d'alimentation avait pourtant été interdit dans l'Union européenne en 2001, suite à la crise de la vache folle. A la place, les poissons d'élevages étaient nourris avec des farines de poissons.

En France, le gouvernement s'est déclaré hostile à la décision de Bruxelles en précisant avoir voté contre l'adoption de cette mesure en juillet 2012.

« Ce n'est pas dans la logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons. C'est la même logique d'absurdité financière »que pour la viande de cheval, a déploré la ministre de l'écologie, Delphine Batho, qui a appelé, dimanche 17 février, à la création d'un label « sans farine animale ».

«Il est très important que la filière piscicole française s'organise pour qu'il y ait un label "sans farine animale" qui puisse faire son apparition sur les étalages, pour dire aux consommateurs français : le poisson que vous achetez n'a pas été nourri avec de la viande», a-t-elle expliqué.

La Fédération des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), la principale organisation syndicale chez les agriculteurs de France, s'est également montrée hostile à cette décision. « Nous ne sommes pas favorables à un retour, comme ça, sans condition ; il faudra vraiment expertiser de manière très, très précise », a déclaré son président, Xavier Beulin.

Une fois de plus, ce sont les consommateurs qui sont les premières victimes. La Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) dénonce ainsi une mesure « contreproductive et inopportune », qui intervient alors que « la confiance des consommateurs est au plus bas ». « Nous maintenons que ces matières premières, interdites suite à la crise de la vache folle, auraient dû le rester », insiste l'association de défense des consommateurs dans un communiqué.

Le consommateur musulman, non épargné, pourrait bientôt se demander si son poisson est halal.

Lire aussi :
Des lasagnes non halal au cheval : un scandale européen
Viande de cheval : du faux halal déjà vendu
Les dessous du halal : Herta, porc détecté, production arrêtée





Loading