Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Déchéance de nationalité : la France et la raison du loup

Rédigé par | Mardi 22 Décembre 2015



Déchéance de nationalité : la France et la raison du loup
« Si ce n’est toi, c’est donc ton frère. »
« Je n’en ai point. C’est donc quelqu’un des tiens »
(1)
C’est l’histoire du loup qui, sûr de sa puissance, présente son injustice comme une justice, quitte à succomber à l’absurde.

« Nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou un acte de terrorisme, même s’il est né français, et je dis bien même s’il est né français, dès lors qu’il bénéficie d’une autre nationalité », déclarait le président français au congrès réuni à Versailles. Il aurait dû ajouter : « Dusse-t-elle être supposée ou n’exister que sur le papier. »

Depuis, on glose, et le rythme va crescendo, sur la nécessité d’inscrire dans la Constitution française la possibilité de déchoir un binational ayant commis un acte de terrorisme de sa nationalité française et ainsi pouvoir le renvoyer dans le pays dont il possède l’autre nationalité. Ce pays n’est généralement que celui dont sont issus ses parents ou ses aïeux et dont il a hérité la nationalité, des fois à son insu ou malgré lui (2).

Les circonstances étant ce qu’elles sont, dans la majorité des cas si ce n’est la totalité, il ne pouvait s’agir que de ressortissants français issus de l’immigration maghrébine, africaine ou arabe. Un Français dont les racines sont « judéo-chrétiennes » ne saurait être concerné par ce projet de réforme de la Constitution.

Se débarrasser des démons de l’intérieur ?

Que la France se défende contre le terrorisme c’est son droit que lui confère son devoir de protéger ses ressortissants paisibles contre ses propres démons de l’intérieur et ses ennemis de l’extérieur. Tout le monde s’accorde sur le fait que les démons de l’intérieur, dans le contexte actuel, sont ces mauvaises graines que l’immigration a suppurées. L’immigration, c’est cet arbre dont la qualité des fruits est fonction de l’environnement où il pousse et les soins appropriés ou non qui lui sont apportés.

L’humanité entière a soutenu la France dans les épreuves qu’elle traverse et continue à la soutenir dans sa traque des terroristes et sa lutte contre le fléau du terrorisme. Ceux qui se seraient réjouis ou restés indifférents à l’égard des événements tragiques qui l’ont secouée le 13 novembre 2015 se sont exclus d’eux-mêmes et volontairement de l’humanité. Celle-ci ne saurait cautionner ou même rester distante par rapport à des actes qui contredisent son principe fondamental qui est le droit à la vie de tout humain.

Partant de ce principe d’égalité dans la vie et face à la vie de tout individu appartenant à l’humanité, on en déduit que les groupes, les pays, les nations en jouissent tout autant de par le fait même que ces entités appartiennent à cette communauté humaine, qui renferme en elle-même le droit de chaque individu et partant de chaque entité à laquelle il appartient de jouir de la paix et de la justice au même titre et dans la même mesure que les autres entités nationales. Il n’y a pas d’individus ni de peuples qui méritent plus de paix, de sécurité que d’autres.

Bien plus, les principes de la justice et de la morale universelle ne tolèrent pas que des pays soient plus protégés au détriment d’autres ni que quelques-uns parce que plus puissants puissent se débarrasser de leurs mauvaises graines sur d’autres sous prétexte que celles-ci partagent des caractéristiques entre les deux catégories de pays.

Ne pas se défausser de sa responsabilité

Vouloir déposséder des terroristes reconnus coupables et condamnés, donc représentant un danger réel pour le milieu où ils évoluent, de leur nationalité française pour pouvoir les renvoyer comme un produit toxique dans un autre pays supposé être leur pays d’origine ou comme espace géographique codéterminant de leur identité, ne relève ni de la morale humaine ni de la justice.

Ces fruits gâtés que l’arbre de l’immigration a produits sur le sol français selon ses recettes sociales, culturelles, économiques et politiques, lui appartiennent dans leur intégralité. Un arbre appartient au sol sur lequel il pousse et se développe, quel que soit l’endroit où il plonge ses racines. Quand ses fleurs et ses fruits sont magnifiques et qu’ils irradient alentour leurs bienfaits, c’est le milieu qui le contient qui profite de sa solennité. L’eau souterraine dont les racines se seraient nourries ne pèse rien au regard des soins et efforts que l’agriculteur aurait prodigués à son arbre pour qu’il réalise ses souhaits. A contrario, il ne peut se défausser de sa responsabilité en cas d’échec de son entreprise.

Les pays d’origine ne sont pas des dépotoirs

Se prévaloir d’une formalité administrative (le fait que la nationalité d’origine n’a pas été supplantée par la nationalité française) pour se débarrasser d’un terroriste au détriment d’un pays supposé être ‒ par le miracle administratif ‒ le sien au même titre que la France, qui en a fait ce qu’il est, est une injustice que le bon sens, celui d’un esprit pétri de justice et de la nécessité d’une démocratie universelle, ne peut que condamner.

On a beau dire que le monde a évolué vers plus de justice, et d’égalité et que l’ordre injuste du colonialisme et de l’impérialisme est révolu à jamais. Chasser le naturel par les discours, il reste fort et prégnant dans les faits et actes.

Les pays d’origine ne sont pas les dépotoirs des rebuts de la société française ni une prison, une réserve où l’on parque tous les éléments à risque et malfaisants de tout acabit, malvenus en France. Selon une telle logique, bientôt ces pays se verront renvoyer tout ce que la France juge comme perturbateur de son équilibre social, économique, culturel et environnemental. Alors le Maroc, à titre d’exemple, sera mis au pied du mur d’accueillir tous ces individus nuisibles qui nuisent à la sécurité et à la tranquillité du Français et, chemin faisant, un jour on lui demandera de récupérer tous les déchets et débris de ses exportations vers la France.

Que la France, en décidant de priver ses propres ressortissants de leur nationalité, quand bien même seraient-ils pernicieux, renie un principe fondamental de la démocratie est, certes, un fait déplorable. Cependant, son peuple est le seul et unique juge de cette décision. Qu’elle déverse ses éléments toxiques dans d’autres pays sous un prétexte fallacieux, c’est de la pure injustice et donc une pratique antidémocratique. C’est purement et simplement l’illustration de la fable du loup et de l’agneau.

Notes
1. La fable du loup et de l’agneau de Jean de La Fontaine.
2. Au Maroc, par exemple, le citoyen ne peut choisir de renoncer à sa nationalité, seul le conseil de gouvernement est habilité à l’en déchoir, ce qui ne peut intervenir que lorsqu’un citoyen commet un acte portant atteinte à l’Etat ou à sa souveraineté.

****
Ahmed Abdouni est un ancien diplomate marocain.

Du même auteur :
Le sacré et le profane : la part du temporel dans l’intemporel
Le sacré recèle l’infini
Maroc : Éric Laurent et Catherine Graciet, la tentation était trop forte
La fable de Si Soughane, des loups, des chèvres et du justicier
Et si nous changions l’esprit dans lequel nous lisons le Coran ?
Du sacré… et de la liberté d’expression
Islam : conjuguer la foi et la raison



Ahmed Abdouni est un ancien diplomate marocain. En savoir plus sur cet auteur