Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

De l’autre côté du voile

Rédigé par Bensilmane Hafida | Lundi 21 Mars 2005

« Le voile humilié » de Louisa Hendaz est un autre regard sur le voile. Un regard autre que celui porté par la société française. Il évoque la souffrance de filles qui subissent la loi antifoulard. Les appréhensions, les suspicions et même le rejet dont elles sont l’objet au sein de leur pays au motif qu’elles portent un voile sur la tête.



« Le voile humilié » de Louisa Hendaz est un autre regard sur le voile. Un regard autre que celui porté par la société française. Il évoque la souffrance de filles qui subissent la loi antifoulard. Les appréhensions, les suspicions et même le rejet dont elles sont l’objet au sein de leur pays au motif qu’elles portent un voile sur la tête.

 

Ce livre soulève, pour un moment, le voile qui s’est glissé au fil du temps entre les immigrés qu’on appelle souvent les musulmans et la France. L’histoire de la France a tendance à être « oubliée » mais les musulmans ne peuvent l’oublier. Ils ne peuvent oublier qu’ils ont contribué à l’émergence de nombreuses sciences. Ils ne peuvent oublier qu’ils ont aussi contribué à « construire » la France. La France n’accepte pas que les musulmanes prennent la liberté de porter le voile. Elle préfère que ces femmes soient ridiculisées et classées au rang d’objets malgré le discours courant sur l’égalité hommes-femmes. « Le voile humilié » rend compte de cette contradiction.

  

La question du voile, donnera mission à la commission Stasi de nous préparer à la loi. On peut se demander pourquoi la commission Stasi n’a auditionné que deux filles voilées sur une centaine d’auditions. On peut se demander pourquoi, dans le rapport établi (rapport Debré), la croix est citée deux fois, la kippa est citée cinq fois et le voile plus d’une centaine de fois. Et l’on nous répète malgré tout qu’il ne s’agit pas d’une loi visant une religion particulière. « Le voile humilié » pointe ces contre-vérités.

 

Les mots voile et les musulmans sont les nouveaux synonymes de terrorisme et de dérive. Une distorsion amplifiée et véhiculée par les médias.  Il en résulte une image tronquée à laquelle les musulmans se sentent étrangers. Le livre de madame Hendaz est à l’image de cette parole confisquée par les médias. Une parole de musulmane de la religion musulmane, de sa religion.

 

Elle dénonce le renvoie systématique du voile à un signe d’aliénation, de soumission, d’incompétente. Ce qui laisse le droit d’insulter ces filles dans la rue. Et, parce qu’elles portent un morceau d’étoffe sur la tête on leur interdit l’accès à l’éducation. Qui sont donc les responsables de la déscolarisation ? Qui laisse donc ces filles au ban de la société? Dans leur solitude, elles crient une souffrance qui monte depuis leurs entrailles. Une souffrance tant physique que morale. Au détour des pages de « Le voile humilié », le lecteur qui prête l’oreille entendra ces gémissements.

 

Il y a ces politiques qui crient aux loups du communautarisme. Certaines associations leur font échos et réussissent à focaliser notre attention sur un faux problème. Rien qu’un voile, rien qu’un vêtement ? Soit ! Si demain, par miracle, toutes les sœurs retirent leur voile, notre pays aura-t-il résolu un problème ? La violence conjugale aura-t-elle cessé ? Non ! La question de la femme mérite qu’on la regarde sous un angle différent. Et le voile semble l’arbre qui veut cacher la forêt. « Le voile humilié » voit la forêt et ne s’arrête pas à l’arbre. Musulmane elle l’est. Mais elle ne demande qu’à être respectée en tant que citoyenne à part entière. Mais peut-être l’on voudrait la classer citoyenne à part. Se donner le droit, parce qu’elle porte un voile, de la réduire à son voile pour pouvoir l’humilier.

Livre disponible à l'adresse de l'éditeur : editions_marjane@yahoo.fr