Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Cologne : l'écrasante majorité des agresseurs ne sont pas des réfugiés

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 12 Février 2016



D'après les premiers témoignages, un millier d'hommes alcoolisés avaient déferlé autour de la cathédrale et la gare centrale de Cologne (ici en image) pour y agresser des femmes lors de la nuit du Nouvel an.
D'après les premiers témoignages, un millier d'hommes alcoolisés avaient déferlé autour de la cathédrale et la gare centrale de Cologne (ici en image) pour y agresser des femmes lors de la nuit du Nouvel an.
Nouveau rebondissement dans l’affaire des agressions de la nuit du Nouvel an à Cologne, en Allemagne.

Alors que les réfugiés syriens et irakiens avaient été largement vilipendés et accusés d’avoir agressé sexuellement des femmes, le procureur de Cologne Ulrich Bremer annonce vendredi 12 février dans les colonnes du journal allemand Die Welt que sur les 58 personnes arrêtées, seules trois proviennent de zones de guerre. Parmi ces 58 suspects se trouvent 25 Algériens, 21 Marocains, trois Tunisiens, trois Allemands, deux Syriens, un Irakien, un Monténégrin, un Libyen et un Iranien. Si les origines des suspects sont précisées par le procureur, la responsabilité est uniquement individuelle.

Le procureur a aussi annoncé que la police analysait plus de 590 heures de vidéos et des échanges téléphoniques. Plus de 300 personnes ont d’ores et déjà été interrogées. Le détail des motifs des 1 054 plaintes indique que 600 d’entre elles concernent des cas de vols et 454, des cas de violences sexuelles. Die Welt publie sur son site une description détaillée, infographies à l’appui des diverses plaintes enregistrées.

À l’issue du carnaval de Cologne la semaine dernière, 66 plaintes pour agressions sexuelles ont été déposées contre 18 lors de l’édition 2015. Les autorités locales ont estimé que les victimes ont été plus enclines à témoigner qu’en temps normal.

La révélation des agressions de Cologne a déclenché depuis un peu plus d’un mois des débats enflammés sur la politique migratoire européenne, remettant en cause celle défendue par la chancelière allemande Angela Merkel.

Lire aussi :
L'appel de Pegida contre les réfugiés fait un bide en Europe
Agressions à Cologne : les réfugiés refusent d'endosser une responsabilité collective
Pegida se radicalise avec l'accueil massif de migrants en Allemagne
Allemagne : Merkel à l'offensive contre l'islamophobie et la haine
Aider les réfugiés : les initiatives se multiplient, à vous de choisir !