Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Apartheid, inégalités... le message de Manuel Valls aux banlieues

Rédigé par Christelle Gence | Mardi 20 Janvier 2015



Apartheid, inégalités... le message de Manuel Valls aux banlieues
Il existe en France « un apartheid territorial, social et ethnique », a affirmé Manuel Valls lors de ses vœux à la presse mardi 20 janvier. Après les attentats, le Premier ministre estime urgent de lutter « avec acharnement » contre les inégalités et de refonder « la citoyenneté ».

« Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever », a soutenu le Premier ministre. La lutte contre les inégalités « est au cœur de cet enjeu fondamental qu'est la citoyenneté. C'est-à-dire ce sentiment d'appartenir à une même nation, d'avoir un destin commun, d'avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs », a plaidé le Premier ministre.

« Citoyenneté » plutôt qu’ « intégration », car c’est un concept dépassé, estime Manuel Valls. « Cette citoyenneté - ne parlons pas d'intégration, oublions les mots qui ne veulent plus rien dire - nous le sentons bien, (...) a besoin d'être refondée, renforcée, relégitimée », fait-il valoir.

Manuel Valls s’est inquiété des « fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu ». « La relégation péri-urbaine, les ghettos, ce que j'évoquais en 2005 déjà, un apartheid territorial, social, ethnique, (…) s’est imposé à notre pays », a-t-il déclaré. A la « misère sociale » s’ajoutent les « discriminations quotidiennes », poursuit le chef du gouvernement. « Nous devons combattre chaque jour ce sentiment terrible qu'il y aurait des citoyens de seconde zone ou des voix qui compteraient plus que d'autres », a-t-il assuré.

Le Premier ministre a listé des mesures prises par le gouvernement, qui doivent agir dans le sens d’une réduction des inégalités. Mais « qui peut croire un seul instant qu'il ne faudra pas une génération pour réformer en profondeur l'école, et pour réduire les profondes inégalités de nos quartiers et les quartiers populaires ? », s’est interrogé Manuel Valls, pour qui le combat à mener est « un combat de longue haleine ». Il ne peut en être autrement et la responsabilité des pouvoirs publics dans la persistance et l'aggravation des inégalités, construites par plusieurs décennies de diverses politiques, est engagée.

Lire aussi :
Hollande à l'IMA : les musulmans de France « doivent être protégés »
Valls annonce des mesures « exceptionnelles » contre le terrorisme