Connectez-vous S'inscrire






Religions

Gérard Collomb choisit Lyon pour son premier iftar de ministre

Rédigé par | Mercredi 14 Juin 2017

Le ministre d’État Gérard Collomb se rendra jeudi 15 juin à la Grande Mosquée de Lyon pour la rupture du jeûne (iftar) et y prononcera son premier discours en tant que ministre en charge des cultes. Le point avec Kamel Kabtane.



Pour son premier iftar (repas de rupture du jeûne du Ramadan) en tant que ministre de l’Intérieur en charge des cultes, Gérard Collomb choisit Lyon, sa terre d’élection, où il se rendra à la Grande Mosquée le jeudi 15 juin. Ici, avec les responsables religieux de la région lyonnaise (le cardinal Philippe Barbarin, le rabbin Haïm Korsia, le recteur Kamel Kabtane…), lors de la rencontre « Concorde et solidarité », à l’hôtel de ville de Lyon, le 14 mars 2017. (photo : pic.twitter.com/zfBXiN2E4j)
Pour son premier iftar (repas de rupture du jeûne du Ramadan) en tant que ministre de l’Intérieur en charge des cultes, Gérard Collomb choisit Lyon, sa terre d’élection, où il se rendra à la Grande Mosquée le jeudi 15 juin. Ici, avec les responsables religieux de la région lyonnaise (le cardinal Philippe Barbarin, le rabbin Haïm Korsia, le recteur Kamel Kabtane…), lors de la rencontre « Concorde et solidarité », à l’hôtel de ville de Lyon, le 14 mars 2017. (photo : pic.twitter.com/zfBXiN2E4j)
Contrairement à la tradition qui a vu les ministres de l’Intérieur honorer de leur présence d’abord l’iftar (repas de rupture du jeûne) du Conseil français du culte musulman (CFCM) puis celui de la Grande Mosquée de Paris (GMP), le ministre d’État Gérard Collomb, également sénateur-maire de Lyon et président de la métropole lyonnaise, se rendra, jeudi 15 juin, à la Grande Mosquée de Lyon (GML).

« Le rendez-vous était pris depuis longtemps avec M. le Maire », affirme Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon et président du futur Institut français de civilisation musulmane (IFCM), qui refuse de se prévaloir d’une quelconque concurrence avec les autres instances islamiques. « Depuis 20 ans, nous organisons chaque année un iftar avec toutes les autorités de la ville. Entre-temps, le maire est devenu ministre. Et c’est sans doute lui qui a voulu privilégier la mosquée de Lyon… », explique le recteur qui dit connaitre Gérard Collomb depuis une trentaine d’années. « On a presque commencé notre carrière ensemble ! », évoque-t-il avec un brin d’humour. « Moi, je me battais pour la construction de la mosquée ; lui se battait pour la mairie ! »

Comme à l’accoutumée, une cinquantaine de personnalités est invitée (autorités religieuses lyonnaises catholiques, protestantes et juives, édiles locaux, représentants du conseil régional du culte musulman de Rhône-Alpes, consuls de pays musulmans et des États-Unis, représentants du bureau des cultes du ministère de l’Intérieur…).

Un maire qui « s’est battu à nos côtés »

Au programme de Gérard Collomb, la visite de l’Institut français de civilisation musulmane, actuellement en cours de construction, que la ville et la métropole de Lyon ont contribué à financer à hauteur de 1 million d’euros chacune, pour un budget total de 6,6 millions d’euros HT, suivi des discours du ministre et du recteur.

Kamel Kabtane aura à cœur de rappeler « les bonnes relations » que la Grande Mosquée de Lyon entretient avec la ville, en louant la création de l’instance Concorde et solidarité, à l’initiative du maire de Lyon, « une structure unique en France », qui existe depuis 15 ans, rassemble les responsables de « toutes les communautés religieuses, qui se parlent, s’écoutent, échangent » et se réunit deux ou trois fois par an et à chaque fois que nécessaire notamment pour dénoncer les attentats et appeler au bien vivre-ensemble.

Gérard Collomb choisit Lyon pour son premier iftar de ministre
Le recteur rappellera à son invité d’honneur « ce qu’on a pu faire ensemble », notamment l’IFCM pour lequel le maire « s’est battu à nos côtés pour faire face aux oppositions très fortes, notamment de la part des identitaires, mais aussi au refus du président du conseil régional Laurent Wauquiez ».

Au nouveau ministre de l’Intérieur le recteur souhaiterait lui dire, lors de son discours, combien il importe de « travailler au niveau local et départemental », car c’est cela « faire vivre la démocratie, y compris s’agissant de l’islam », estimant que si l’instance de dialogue avec l’islam, initiée par Bernard Cazeneuve, a le mérite d’exister, elle ne se limite qu’à échanger que durant une journée alors que « le dialogue doit se faire continûment, à la base, au niveau local ».

Kamel Kabtane invite donc Gérard Collomb à dupliquer ce qu’il a réussi à établir sur le plan régional : « La philosophie et l’expérience qu’il a mises en œuvre à Lyon, c’est bon aussi pour la France. » Tout en émettant quelques points d’alerte sur l’islamophobie toujours prégnante lors des périodes électorales et sur l’évolution de la Fondation de l’islam qui « est là pour construire et pas pour détruire l’islam, pour aider les musulmans et pas pour essayer de dévoyer les discours sur l’islam ».

Pendant cette période de Ramadan 2017, la Grande Mosquée de Lyon accueille en moyenne 2 000 à 3 000 fidèles pour les prières de tarawih, avec une pointe d’affluence qui va jusqu’à 4 000 personnes lors de la prière du vendredi. Chaque dimanche après-midi du Ramadan, perpétuant sa tradition d’ouverture interreligieuse, la mosquée organise des conférences à plusieurs voix (protestante, catholique, musulmane…).

Une « conception apaisée de la laïcité »

Pour sa part, Gérard Collomb ne manquera pas d’affirmer qu’il entend, en tant que ministre en charge des cultes, « défendre le droit pour chacune et chacun de vivre librement selon ses convictions et de pratiquer son culte dans la dignité ». « C’est cette conception apaisée de la laïcité, conforme à l’esprit de la loi de 1905, que je continuerai à promouvoir comme ministre de l’Intérieur », avait-il assuré dans une lettre adressée le 30 mai au recteur pour lui souhaiter ses « vœux les plus chaleureux pour ce mois de Ramadan ».

« Poursuivre le dialogue qu’à Lyon nous avons engagé depuis de nombreuses années avec l’ensemble des représentants religieux m’apparait plus fondamental encore en un temps où la défiance, l’intolérance et le refus des différences sont parfois lourdes de menaces pour l’unité de notre communauté humaine », écrivait-il. « Vous pouvez compter sur ma détermination à combattre les discours et les actes appelant à la haine de l’autre et à œuvrer à vos côtés pour cultiver la concorde et la solidarité », avançait-il.

Au-delà des déclarations d’intention, les actions concrètes du ministère relatives au dossier « islam de France » (création de départements d’islamologie dans les universités françaises, financement de bourses de formation civique et civile des aumôniers et des imams, financement des projets culturels portés par les musulman-e-s…) sont fermement attendues.






Loading











Recevez le meilleur de l'actu