Connectez-vous S'inscrire






Politique

Laïcité : après Hollande, un quinquennat Macron meilleur pour les musulmans ?

Rédigé par | Vendredi 19 Mai 2017



Laïcité : après Hollande, un quinquennat Macron meilleur pour les musulmans ?
Dix jours après son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron a installé son pouvoir, après la nomination du Premier ministre et du premier gouvernement qui animera le début du quinquennat.

Sans surprise, une majorité d'électeurs de confession musulmane ont voté en faveur du fondateur du mouvement En Marche face à l’extrême droite, incarnée par le Front national et Marine Le Pen. Selon un sondage Ifop pour La Croix et Pèlerin, le candidat élu a même remporté l’adhésion de 92 % des musulmans parmi ceux qui ont glissé un bulletin dans les urnes. A noter, le taux d’abstention s’est tout de même élevé à 38 % au sein de cette population.

Vers le respect du droit à « l’indiférence » ?

Un fait cependant : l’adhésion des citoyens musulmans à Emmanuel Macron est plus élevée que celle notée dans d’autres groupes religieux. Ceci s’explique, en partie, du fait qu’il n’a effectivement pas fait des questions identitaires un thème de campagne, contrairement à plusieurs de ses rivaux comme Marine Le Pen ou encore François Fillon, chantre du mal nommé « totalitarisme islamique ». Emmanuel Macron a effectivement rassuré, sur ce point, de nombreux citoyens de confession musulmane qui cherchent, depuis longtemps, un droit à « l’indifférence » face à l’instrumentalisation constante de la laïcité et de la lutte contre l’insécurité et le terrorisme pour attaquer les musulmans, leurs pratiques et leur présence en France.

Par ailleurs, le candidat devenu président a déclaré, à diverses reprises, que la laïcité n’est pas une arme contre l’islam et les musulmans et qu’il est opposé à de nouvelles lois d’interdiction du voile. « Trop de Français confondent la laïcité et l’interdiction des manifestations religieuses – et certains font de cette confusion leur fonds de commerce », est-il souligné dans son programme. « Demain, nous redonnerons son sens à la laïcité comme source de liberté. La liberté est la règle, et l’interdiction l’exception », lit-on. La loi de 2004 sur les signes religieux à l’école reste maintenue mais aucune nouvelle extension n’est au programme, notamment à l’université.


Laïcité : après Hollande, un quinquennat Macron meilleur pour les musulmans ?

Sa position sur les arrêtés anti-burkini en test

« Dans l’espace public (rues, plages), l’expression des convictions religieuses doit bien sûr rester libre à condition de ne pas porter atteinte à l’ordre public », indique-t-on. Allusion faite aux arrêtés anti-burkini pris en été 2016. Emmanuel Macron s’y était opposé en déclarant en septembre que, du point de vue de la laïcité, il s’agissait d’« une formidable défaite » mais a commis une bévue en estimant que certains arrêtés étaient « justifiés (…) pour des raisons d'ordre public » quand ils ne l’étaient pas vraiment.

S’opposera-t-il publiquement à une telle interdiction si elle est de nouveau prononcée à Nice par exemple ? Cette ville est en effet dirigée par Christian Estrosi, qui a témoigné de sa proximité avec Emmanuel Macron durant la campagne. Le test viendra cet été 2017 si de nouveaux arrêtés sont pris. Pour Asif Arif, avocat spécialisé sur les questions de laïcité, « l’alliance politique ne signifie forcément une alliance idéologique. Emmanuel Macron ne devrait pas faire l’erreur de relancer le débat ».

En attendant, la démarche, en apparence, d’Emmanuel Macron semble revêtir de beaux habits en matière de laïcité et de libertés individuelles. Il ne prône pas d’interdiction des signes religieux dans l’entreprise, « régie par le principe de liberté religieuse dans la limite du bon fonctionnement », indiquant dans son programme que « il ne faut pas confondre l’expression paisible de convictions personnelles et le prosélytisme, agressif ou non ».

Après Valls, de meilleures perspectives en vue ?

Ne pas faire de la laïcité un outil liberticide : des déclarations bienvenues, surtout après un quinquennat marqué par la forte présence, dans l’appareil d’Etat, de Manuel Valls, qui irrite une grande partie des communautés musulmanes par sa conception d’une laïcité qui n’a rien d’apaisée vis-à-vis d’elles.

Désormais, il s’agira de voir s’il continuera à tenir cette ligne durant tout le quinquennat face à des pressions politiques de toute nature. Plus encore si un ralliement à l’ex-Premier ministre, aujourd’hui diminué, est acté au sein d’une majorité présidentielle, qui pourrait naître des suites des élections législatives le 18 juin.

« Emmanuel Macron et Manuel Valls sont opposés sur les questions de laïcité. (…) On espère ne pas assister à un acte II de la présidence Hollande avec un Valls bis (qui émergerait en Macron, ndlr). Mais je pense que ce ne sont pas ces questions qui le motive et qu’il a tiré les constats de ce qui n’a pas marché avec François Hollande », estime Asif Arif. Aussi, « tout dépendra si le gouvernement va se comporter comme un gouvernement de rassemblement et, dans ce cas, celui de tous les Français et non contre les musulmans ».


« Les musulmans devront rester attentifs »

Emmanuel Macron était inconnu du grand public jusqu’en 2014, date à laquelle il est devenu ministre de l’Economie. Désormais élu aux plus hautes fonctions (le premier mandat électif de sa vie), personne ne sait vraiment encore comment il va gouverner, ni comment il va gérer les questions d’islam dans le fond. Il devrait toutefois être dans la continuité des actions entreprises durant le quinquennat de Hollande avec l’instance de dialogue avec l’islam. Entre le nouveau président et les organisations musulmanes, les relations devraient pouvoir être apaisées, ces dernières ayant toutes appelées à voter Macron au second tour.

Est-ce pour autant que les relations entre lui et les citoyens musulmans vont être bonnes ? C’est une autre affaire. Pour Asif Arif, « les musulmans devront rester attentifs » car « on n’est jamais à l’abri d’un débat sur le voile. Si la situation économique se détériore et que l’équipe évoluant autour de Macron se trouve en difficulté, il pourrait y avoir un rabattement sur des questions identitaires ».

« Il ne faudra pas ne pas être dans une logique d’attentisme et réitérer les erreurs commises pendant la présidence Hollande. Il faudra parler avec Emmanuel Macron, d’autant qu’il est plus proactif dans les affaires intérieures que François Hollande », ajoute l’avocat. Le nouveau président a encore beaucoup à prouver auprès des Français, et pas uniquement musulmans, du fait, entre autres, qu’il a été élu en grande partie grâce à des votes non de conviction sur son programme mais par défaut pour contrer le FN.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Loading














Recevez le meilleur de l'actu