Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Législatives 2017 : le visage raciste et islamophobe des candidats FN exposé

Rédigé par Imane Youssfi et H. Ben Rhouma | Mercredi 7 Juin 2017



Législatives 2017 : le visage raciste et islamophobe des candidats FN exposé
Parmi les 573 candidats investis par le Front national dans le cadre des élections législatives, une centaine d’entre eux « poste, aime ou partage des contenus homophobes, antisémites, islamophobes ou racistes », fait valoir Buzzfeed dans une enquête publiée lundi 5 juin. Le média, qui a scruté les activités de tous les candidats sur les réseaux sociaux, précise que les informations révélées émanent de profils publics et que rien n'a été piraté.

Une fois les comptes Facebook et Twitter des candidats passé au peigne fin, « nous avons gardé une centaine de candidats dont les propos sont les plus outranciers. Bien souvent, ce déversement de haine tombe sous le coup de la loi. Il nous éclaire en tout cas sur ce qu’est le Front national en 2017. Les réflexions racistes, les sorties antisémites, les traits d’humour homophobes de ces candidats dessinent au crayonné la réalité de l’extrême droite aujourd’hui », fait-on savoir, et ce alors que le Front national a assuré qu'il fera le nécessaire pour ne pas investir de candidats aux propos sulfureux. Chassez le naturel, il revient au galop.

Le partage de Claudie Cheyroux, candidate du FN aux législatives dans les Pyrénées-Atlantiques.
Le partage de Claudie Cheyroux, candidate du FN aux législatives dans les Pyrénées-Atlantiques.

Des candidats en roue libre

La religion musulmane et l'immigration dont ils sont nombreux à dénoncer, comme Christian Lechevalier (Ille-et-Vilaine), le prétendu « envahissement » et « grand remplacement », font partie des cibles favorites des candidats, constate-t-on. C'est le cas de Liliane Pradier (Hauts-de-Seine), qui « entretient une passion pour le site islamophobe Riposte Laïque », plusieurs fois condamné pour provocation à la haine contre les musulmans ou encore de Patrice Vella (Seine-Saint-Denis), qui alimente les intox sur Ali Juppé, Philippe Lambilliotte (Oise) qui pense que la France sera envahie par les niqab en 2050.

On peut encore citer Claudie Cheyroux (Pyrénées-Atlantiques), qui partage un dessin (à droite) qui vient lister les « richesses que l'islam nous a apporté (sic) : pédophilie, viol, décapitation, brûler les vivants, mutilations sexuelles, prise d'otages, mauvais regard, esclavage, oppression des femmes, meurtres religieux ». Dans la même famille politique, voici Marie-Mauricette Martinez (Gironde) qui partage un article titré sur l'islam encourageant « la pédophilie, même avec des nourrissons », Michel Bergougnoux (Dordogne) qui partage une pétition pour « l'interdiction de la secte qui se nomme islam », et Pascal Prince (Nord), auteur de cette envolée raciste : « C’est bon les Banania. Le Banania, c’est très bon eux (sous-entendu les étrangers), mais il faut penser aux Français ».

Citons aussi Olivier Monteil (Hautes-Pyrénées), qui a diffusé une fausse note de police avec des adresses de migrants car « des terroristes peuvent se cacher parmi eux », Caroline Sicard (Bouches-du-Rhône) pour qui il faut dire « non au génocide des Blancs » et Philippe Vardon (Alpes-Maritimes), qui n'est autre que le cofondateur du Bloc Identitaire.

Autant de propos et faits d'armes qui vient rappeler combien le racisme est banalisé au sein du FN. Invité sur France Inter, le sénateur-maire frontiste de Fréjus David Rachline a estimé que cette enquête n’était pas « honnête », ajoutant que, « s'il y a des propos inacceptables avérés, alors ces gens-là seront traduits dans des commissions de conflits qui les verront probablement exclus de notre mouvement politique ». BuzzFeed a répondu aux propos de l'élu de Fréjus, assurant notamment avoir appelé les candidats cités par l'enquête pour obtenir leur version. Certains ont même répondu pour confirmer les informations révélées comme Claudie Cheyroux pour qui l'image sur les « richesses de l'islam » comme les autres ne viennent que « résumer des pratiques et des faits malheureusement indiscutables ». La campagne de dédiabolisation du FN pour les législatives est ratée.

Lire aussi :
De l'islamophobie à la xénophobie, les constats d’un journaliste algérien au défilé FN (vidéo)
Du 21 avril 2002 au 23 avril 2017, les dessous de l'inexorable montée du Front national





Loading














Recevez le meilleur de l'actu