Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : prison ferme pour trois Femen

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 13 Juin 2013



Trois militantes féministes du groupe Femen, emprisonnées depuis le 29 mai, ont été condamnées, mercredi 12 juin, en Tunisie, à quatre mois de prison ferme pour avoir manifesté seins nus, devant le Palais de justice, en soutien à Amina, une jeune Femen tunisienne, en détention depuis le 19 mai.

Les militantes, deux Françaises et une Allemande, devront purger une peine de « quatre mois et un jour de prison ferme pour atteinte aux bonnes mœurs et à la pudeur », a fait savoir un de leurs avocats, Souhaib Bahri, qui a précisé faire appel. Le juge a toutefois refusé la demande de constitution de partie civile de 14 associations islamiques.

Après avoir pris connaissance de cette peine, Inna Shevchenko, la dirigeante de Femen, a annoncé de nouvelles actions du groupe féministe en Tunisie. « C'est une décision politique qui confirme le caractère dictatorial de la Tunisie pour qui il est plus simple de mettre des filles en prison que de reconnaître que les femmes ont le droit de disposer librement de leur corps », a-t-elle dénoncé. « Nous sommes très en colère après ce verdict très dur et nous allons poursuivre nos actions en Tunisie, nous les préparons déjà, nous allons les élargir, les multiplier. On ne va pas s'arrêter », a-t-elle ajouté. Le groupe a déjà organisé, mercredi 12 juin, plusieurs actions seins nus en soutien à ses militantes condamnées, notamment devant le Parlement européen à Bruxelles et les ambassades de Tunisie basées en Suède et en Espagne.

Les avocats français des Femen, Patrick Klugman et Yvan Terel, ont pour leur part exprimé leur « consternation ». « C'est une condamnation extrêmement lourde. C'est une atteinte grave à la liberté d'expression, pas seulement pour ces filles, mais pour la liberté d'expression en général », ont-ils déclaré. Avant le verdict, ils avaient prévenu qu'en cas de maintien en détention des trois militantes, ils renforceraient « la mobilisation internationale surtout dans la perspective de la venue de François Hollande », dont une visite à Tunis se préparerait pour début juillet.

Lors de l’audience, leurs clientes ont assumé leur « action seins nus », la première dans un pays arabe. « Dévoiler nos seins n'est pas pour créer une excitation sexuelle, il s'agit d'une forme de militantisme », s’est défendue l'une des Françaises, Marguerite Stern. « Une femme libre préfère être affamée que de manger grâce à ses seins », a déclaré de son côté l’un des avocats des associations islamiques, citant un proverbe arabe.

Amina, la jeune Tunisienne pour laquelle les Femen avaient manifesté seins nus est également toujours en détention après avoir peint « FEMEN » sur un muret entourant un cimetière. La lycéenne a déjà été condamnée à une amende pour port illégal de gaz lacrymogène mais risque également deux ans de prison pour profanation de sépulture et six mois d’enfermement pour atteinte aux bonnes mœurs.

Lire aussi :
Tunisie : trois Femen seins nus arrêtées
Notre-Dame de Paris : des femmes aux seins nus choquent
Des femmes seins nus devant la Grande Mosquée de Paris
Tunisie : Amina, la Femen, toujours derrière les barreaux
Amina, la Femen tunisienne, risque deux ans de prison
Tunisie : Amina, la Femen arrêtée pour « gestes immoraux »
Tunisie : Amina fugue, sa mère crie à l'instrumentalisation
Amina condamne l’action des Femen devant la mosquée de Paris (vidéo)
Tunisie : fausses rumeurs sur le sort d’Amina la Femen