Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Racisme : les appli Google « Make Me Asian »/« Make Me Indian » supprimés

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 23 Janvier 2013



Sous la pression, Google a décidé de retirer, jeudi 17 janvier, ses applications « Make Me Asian » (Rends moi Asiatique), et « Make Me Indian » (Rends moi Indien).

Comme son nom l’indique, l’appli « Make Me Asian » permettait à l’internaute de se transformer en Asiatique. Pour cela, sur une photo de son choix, il pouvait se brider les yeux, se jaunir la peau ou encore s’affubler d’un chapeau chinois. Quant à l’appli « Make Me Indian », elle permettait de prendre les traits et caractéristiques des Indiens d’Amérique avec des attributs comme de longs cheveux noirs et des peintures de guerre sur le visage.

Le caractère grotesque de ces applications est évident. En réponse, Peter Chin, un pasteur de Washington a décidé de lancer en ligne une pétition dans laquelle il demande à Google de retirer ces applications « qui sont racistes et véhiculent de fausses et offensantes stéréotypes qui ont heurté les communautés asiatiques et indiennes ».

« J’ai vu des caractérisations de ce type auparavant mais je trouve que c’était particulièrement dangereux que cela soit une appli de Google. J’avais peur que ces caractérisations soient banalisées plus que je ne l’aurais voulu », a-t-il déploré au site Mashable.

Sa pétition a recueilli près de 10 000 signatures. Celle lancée par le groupe activiste 18 Million Rising, regroupant des Asiatiques des Etats-Unis qui ont en parallèle lancé le hashtag #makemeracist sur Twitter, a également obtenu 10 000 signatures.

Face à cette mobilisation, Google n’a pas eu d’autres choix que de retirer ses applications. « Nous ne commentons pas les applications individuelles. Nous avons supprimé ces applications qui violent nos règles de Google Play», a indiqué à CNN la firme internationale, qui fera plus attention aux contenus qu'elle offre à l'avenir.

Lire aussi :
L’ONU dit stop aux messages racistes sur le Web
Google assigné en justice pour le mot « juif »
Google et associations antiracistes coopèrent sur le mot « juif »
Les groupes de la haine s’implantent durablement sur Facebook