Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

Qu’est-ce que le féminisme musulman ?

Colloque à l'Unesco

Rédigé par Nora K. | Mardi 26 Septembre 2006 à 23:51

           

Lundi 18 et mardi 19 septembre 2006 s’est tenu à Paris au siège de l’UNESCO le colloque « Qu’est ce que le féminisme musulman ? ». Initiés par l'Association "Commission Islam et laïcité" en collaboration avec l'UNESCO, différentes intervenantes venant de différents pays s'y sont rencontrées pour débattre.



Qu’est-ce que le féminisme musulman ?
Le féminisme musulman, apparu dans les années 90, commence à s’étendre autour de débats, rencontre et analyse.

En octobre 2005, s’est tenu le premier congrès international du féminisme musulman à Barcelone, organisé par la Junta Islamica Catalan avec le soutien du Centre UNESCO de Catalogne. Militantes de terrain et intellectuels s’étaient pour la première fois rassemblés devant un public pour exposer leurs situations pour échanger leurs expériences, pour expliquer leur stratégie « Nous n’acceptons plus qu’on parle à notre place, qu’on décide de ce que nous pouvons faire ou pas ».

Et tout récemment s’est tenu à Paris au siège de l’UNESCO un colloque sur « Qu’est ce que le féminisme Musulmans ?». Françaises, Malaisiennes, Américaines, Marocaines…se sont donc réunies lundi 18 et mardi 19 septembre autour de cette question.


Margot Badran, chercheuse au centre Alwaleed bin talal for Muslim-Christian Understanding
Margot Badran, chercheuse au centre Alwaleed bin talal for Muslim-Christian Understanding

Dire que le féminisme est une idée occidentale qui ne peut concerner l’Islam révèle une grande ignorance

« À l’aube du XXIe siècle, une population de femmes musulmanes instruites, éclairées et autonomes a émergé. Elles ont posé des questions fondamentales sur l’Islam, les femmes et leurs droits ; ces questions peuvent aider à concrétiser une justice fondée sur le genre, faire évoluer les lois musulmanes et permettre des sociétés musulmanes modernes et égalitaires », observe Valentine Moghadam, sociologue et chef de la section « Egalité des genres et développement » à l’UNESCO.

Elle est l’auteure d’une étude sur le féminisme islamique en Iran (Signs, 2002). En 1994, son ouvrage Identity Politics and Women : Cultural Reassertions and Feminisms in International Perspective était le premier à examiner les fondamentalismes de manière comparative et à travers les cultures.

« Dire que le féminisme est une idée occidentale qui ne peut concerner l’Islam révèle une grande ignorance ou sert à dénigrer l’Islam et les Musulmans », précise Margot Badran, chercheuse au centre Alwaleed bin talal for Muslim-Christian Understanding à l’Université de Georgetown.

Déconstruire ces schémas réducteurs de l’Islam

Alors qu’on pourrait penser que la religion musulmane est incompatible avec des valeurs défendues par certaines féministes, dans un discoure intitulé « Féminisme musulman, féminisme islamique ou féminisme en terre d’Islam : exemple du Maroc », Nouzha Guessous, souligne que même les féministes qui se disent laïques ont compris très tôt que le référentiel de l’Islam n’est en aucun cas en contradiction avec leurs revendications et qu’il est absolument indispensable pour l’aboutissement de leurs doléances.

Pour la membre de la Commission consultative chargée de la révision de la Moudawana au Maroc, l’aboutissement des revendications d’égalité et d’équité envers les femmes reste tributaire de l’ijtihad (effort d’interprétation religieuse) et de l’investissement du champ religieux.

Mme Gessous a mis l’accent sur la nécessité d’élaborer un projet de réforme global des sociétés musulmanes afin de déconstruire ces schémas réducteurs de l’Islam synonyme de violence ou djihad, affirmant que cette réforme est l’unique démarche pour le féminisme musulman ou les Musulmans féministes de contribuer efficacement à l’amélioration la situation des femmes dans le monde musulman et à la déconstruction de la diabolisation de l’Islam.

Amina Wadud, professeure d'études islamiques aux Etats-Unis
Amina Wadud, professeure d'études islamiques aux Etats-Unis

Croyante avant d’être féministe

Les féministes musulmanes réclament leur droit à l’ijtihad, tout comme le droit de mener la prière. C’est le cas d’Amina Wadud, Imam d’un jour, qui a prononcé la prière du vendredi devant une assemblée mixte, dans une salle du synode de la cathédrale Saint-John de New-York en mars 2005. Professeure d'études islamiques aux Etats-Unis et auteure de la première interprétation du Coran faite par une femme « Qur’an and Woman » se dit « croyante avant d’être féministe ».

Le débat a également porté sur l’interprétation du Coran par les femmes. Pour Asmaa Bekada, productrice des programmes de la chaîne Al Jazeera, « l’interprétation du Coran (tafsir coran al karim) est un champ ouvert aux hommes et aux femmes …à la seule condition de faire preuve de compétence, d’objectivité et de rigueur scientifique

À la question le féminisme peut-il être qualifié d’islamisme ? Mme Bekada dénonce que « le féminisme est essentiellement individuel alors que la solidarité homme-femme a pour but de protéger le droit de la famille et d’assurer l’harmonie du couple ».

« La richesse de ces journées ont permis de montrer qu’il y a une grande diversité, il y a des points de vue différents et en même temps une espèce de rencontre qui se fait entre les femmes qui utilisent le référentiel universel et les femmes qui apportent une priorité sur le référentiel musulman » a conclu Alain Gresh, un des particpants fondateur de la commission "islam et laïcité".

Et on pourrait se demander si définir un « féminisme musulman » ne suppose pas qu’il existe un autre féminisme, celui de l’occident par exemple ?

Rappelons que le colloque a vu l’absence de Nadia Yassine, qui a été déclarée persona non grata au siège de l’UNESCO à Paris. L’Unesco a précisé qu’elle a pour tradition de mener des consultations avec les pays d’origine des personnalités invitées. Celles-ci n’ont pu être menées dans le cas de Nadia Yassine.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par femme point barre !!!! le 26/09/2006 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aux dires de certaines femmes ayant assisté à ce colloque ,
c'est un véritable fiasco !!! aucune des intervenantes n'a pu expliqué en quoi consiste le "Féminisme musulman" si ce n'est "communautariser" encore davantage les femmes musulmanes qui n'en ont nullement besoin, qui souffrent plus d'injustices sociales, de précarité, de promotions !! cette dérive est nons sans gravité pour elles. Et cela fait le lit des politiques qui se sentiront totalement dédouanées des vrais problèmes d'injustice sociale à l'encontre de ces femmes.

2.Posté par Deçu le 26/09/2006 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"faire évoluer les lois musulmanes et permettre des sociétés musulmanes modernes et égalitaires"; quand ces gens parlent de faire evoluer les lois musulmanes elles dirent, pourquoi une femme ne peut diriger la priere devant des hommes, pourquoi doit elle se voiler ? nous sommes en 2006! c'est retrograde... Pour ce qui est d'avoir des sociétés égalitaires dans les pays DIT musulmans je suis d'accord mais là je me demande pourquoi ce colloque se tient en France et pas à Alger, Rabah ou Tunis (ha non là bas le voile est interdit).
En tout cas je m'interroge vraiment de plus en plus sur Saphrinews...

3.Posté par Samira le 27/09/2006 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est vrai que je ne suis pas féministe, mais j'aprouve Saphir de nous faire parvenir des informations concernant de prés ou de loin notre religion.



4.Posté par wrisya le 27/09/2006 07:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Il aurait fallu expliquer l'absence de Nadia Yassine... Passer sous silence les raisons de celle-ci me paraît assez "politiquement correct", comme pour ne pas froisser les sensibilités... Il est normal que les consultations dans les pays d'origine par l'UNESCO aient provoqué cette absence : Nadia Yassine est déjà persona non grata au sein de son propre pays le Maroc, accusée à tort ou à raison j'en sais rien de faire le lit de l'islamisme (terme teeeeeeeeelllement à la mode qui finalement veut dire de moins en moins qq chose de clair, vrai et pertinent...) Bref, article sans intérêt car tout gentillet, mais il ne répond pas aux questions auxquelles on aurait pu s'attendre : la vision de cette élite féminine sur les enjeux de l'avenir : la place de la femme au sein de l'islam...

Bref, du bla bla pour rien finalement... Si ce n'est se caresser dans le sens du poil.

Cdt

5.Posté par fath le 27/09/2006 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour wrisya,


Si tu connais les vrais raisons de l'absence de Nadia Yassine, peut-tu nous les faire partager? (car à part la raison dites officielles, je n'ai rien trouver d'autre).

merci d'avance

6.Posté par Aouabi le 28/09/2006 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UNESCO: quelle crédibilité ?
L’organisation internationale cède à la censure et à l'arbitraire des Etats.*

Par la rédaction, 21-09-2006

Comme annoncé précédemment, Nadia Yassine a été déclarée persona non grata au siège de l’UNESCO où elle devait intervenir le Mardi 19 septembre 2006 sur le thème : « les femmes musulmanes interprètent les textes », dans le carde du colloque :"Qu'est ce que le féminisme musulman?".


Le colloque

Cette manifestation culturelle a été organisée par la commission Islam et Laïcité (CIL) à l’UNESCO les 18 et 19 du mois courant. Une pléiade de chercheuses réputées pour leurs études sur l’Islam, les droits de la femme et particulièrement le féminisme musulman, a été invitée pour prendre part aux deux tables rondes du colloque dont l’objectif était de « Déconstruire les stéréotypes et comprendre le discours et le mouvement émergent du féminisme musulman. »(1)
Nadia Yassine a reçu l’invitation de la CIL au mois de juin dernier et a confirmé sa participation début juillet.



Censure et cafouillage

Le vendredi 15 septembre 2006, Nadia Yassine, déjà arrivée en France, apprend par Pierre Sané, sous Directeur Général de l'UNESCO pour les Sciences Sociales et Humaines et ancien secrétaire général d’Amnesty International, l’annulation de son invitation pour « pressions trop fortes excerçées sur l’UNESCO ».

Cette décision a surpris les organisateurs qui ont continué tout au long de la journée du samedi et du Dimanche à confirmer à Nadia Yassine sa participation ;...  

7.Posté par deçu le 29/09/2006 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est cet article (posté par Aouabi) qu'on aurait aimé voir sur saphir et pas un truc qui nous dit que c'etait génial et que tout s'est bien passé !

8.Posté par Samir le 29/09/2006 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam,

Je suis tout à fait d'accord avec deçu; Mais je pense "quand même" que nous raconter se qui s'est dit au colloque est auss interessant.

C'est comme si on ne devais parler que de ce qui fait polémique, ok mais il n'y a pas que ça.

Salam,
Samir

9.Posté par à mow le 29/09/2006 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mow a proposé l'autre opinion et il a raison de le provoquer .. la lapidation y'en a encore des gens qui la pronent .. voila

10.Posté par chemin faisant... le 29/09/2006 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Y'en a qui changent de nom, y'en a qui changent d'idée.
Le féminisme musulman existe, un exemple : regarder le travail qui se fait au maroc.(Aoubi, vous en dirait plus, il connait le maroc et J&S mieux que moi). L'islam est la solution pour sortir de l'impasse. Au temps de la société modele qui a vu le jour quelques siecles depuis l'arrivée de l'Islam, la femme a connu sa Place et sa Valeur que cette Religion Noble lui confere au rang de l'homme. Il y avait des femmes Libres, savantes, guides....
Certes aujord'hui, Ya un travail colossal à faire pour remuer les consciences pour qu'un jour l'idée de la femme musulmane engagée et militante face sa place et soit reconnue.

11.Posté par Aouabi le 30/09/2006 01:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au Maroc , ils ont essayé de réviser le code de la famille , ont ajouté quelques reformes qui touchent le mariage , le divorce , etc , mais des fois restent une arme à double tranchants .. par exemple le femme a obtenu le divorce par la discorde / " Achchiqaq " et le juge divorcera la femme de son mari par le divorce à la discorde . Cett discorde , ds l' absence de la vraie justice et ds un milieu corrompu comme celui de la justice au Maroc, dépouille l'homme de ses droits aux enfants quand la femme veut le divorce sans aucune raison ou vu des causes faibles que tous les couples en vivent .. Chez nous les juges se soumettent aux avocats qui payent le mieux ET la justice céde à la volonté politique , à l'argent et au patronage .. Des chiffres incroyables de divorces à la discorde aprés la dernière réforme du code familial et je peut dire plus de 50% par rapport à l'ancien code .. Hélas , des familles au vagabondage !! Cherchons encore , et le rapprochement par l'etablissement des lois en faveur de la femme n'est pas toujours la bonne solution mais par aussi le retour à éducation de l'homme et de la femme et vu les 2 bases spirituelles et coraniques : l'homme soutien de famille / " qiwam ahlih " et la femme garde de famille / " hafidhat baytiha " .. " Al qiwama " et "Al hafidhiyat " 2 concepts coraniques et prophétiques en ont embrassé de vastes connaissances nous suffit juste de bien lire pour définir les objectifs.. Et n'exagérons pas ..

Bonne rupture du jeûne .....