Connectez-vous S'inscrire






Bien-être

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 30 Mai 2018

Le 30 mai est la Journée internationale de la sclérose en plaques (SEP), une pathologie neuro-dégénérative qui touche aujourd’hui près de 100 000 individus en France, avec 5 000 nouveaux cas recensés chaque année, selon les données de la Fondation ARSEP pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques. Zoom sur cette maladie et son traitement.



Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?
La sclérose en plaques est une pathologie touchant le système nerveux central, lui-même constitué par l'encéphale (cerveau, cervelet, tronc cérébral) et la moelle épinière. La maladie s’attaque à la myéline, une gaine protectrice et nourricière des cellules nerveuses, et, par voie de conséquence, aux axones, les prolongements des neurones chargés de la transmission de l’influx nerveux.

C'est une réaction inflammatoire qui va dégrader la gaine de myéline et occasionner des difficultés dans la transmission des informations entre le cerveau et le reste du corps. Ces dysfonctionnement sont à l’origine des symptômes « par poussées » de la maladie, comme des troubles de la vision, la faiblesse des membres, les sensations de picotements, la perte d’équilibre ou encore la fatigue extrême. A plus ou moins long terme, ces troubles peuvent provoquer un handicap irréversible. En parallèle, la démyélinisation entraîne une souffrance de l'axone puisque celui-ci n'est plus protégé, entraînant là une dégénérescence.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune chronique qui dérègle le système immunitaire au point où celui-ci, considérant la myéline comme un corps étranger à combattre, empêche la remyélinisation.

Quel traitement de la sclérose en plaques ?

La SEP, dont le début des symptômes sont souvent diagnostiqués vers l'âge de 30 ans, est une maladie multifactorielle causée par des facteurs endogènes selon le profil génétique et le métabolisme de l'individu, et des facteurs exogènes liés à l’environnement dans lequel il vit. Il n'existe à ce jour pas de traitement de la maladie ni même de diagnostic spécifique du fait que la SEP est extrêmement hétérogène d'un individu à un autre.

Cependant, au fil des années, des progrès dans le recherche médicale sont faits en la matière. Le traitement existant contre cette pathologie neuro-dégénérative permet de réduire la fréquence des poussées, de retarder l'évolution du handicap et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Près de 100 000 individus en France - des femmes pour les trois quarts - sont touchés par cette maladie (2.3 millions dans le monde), avec 5 000 nouveaux cas recensés chaque année selon les données de la Fondation ARSEP pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques. Celle-ci, labellisée par le Comité de la Charte du don en confiance; en appelle à la générosité du grand public afin d'encourager la recherche scientifique, médicale et thérapeutique sur la sclérose en plaques.