Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Polémique autour d’un tournoi de basket féminin intermosquées

| Jeudi 19 Juin 2008



Le gymnase de Vigneux dans l’Essonne devait accueillir dimanche 29 juin un tournoi de basket féminin intermosquées, dont l’accès devait être interdit aux hommes selon son affiche. Mais le maire UMP de la ville qui avait accepté de prêter pour l’occasion un bâtiment municipal a fait machine arrière, expliquant avoir découvert après coup les conditions d'organisation du tournoi. L'association des musulmans de Vigneux estime de son côté que tout est parti d'un malentendu : l’accès au tournoi ne devait pas être interdit aux hommes mais le tournoi lui-même réservé aux femmes.
Sur l’affiche du tournoi de basket féminin intermosquées prévu le 29 juin à Vigneux dans l’Essonne, il était précisé "réservé aux femmes exclusivement". Mais selon les organisateurs, l’association culturelle des musulmans de Vigneux, il ne s’agissait que de réserver le tournoi aux femmes, pas d’en interdire l’accès aux hommes. La polémique sur la laïcité les a rattrapés. Le maire UMP de la commune, Serge Poinsot, qui avait dans un premier temps accepté de prêter un gymnase municipal pour accueillir l’événement sportif, a annulé cette décision. Face à une très large polémique, qui a rapidement dépassé les frontières de Vigneux.
"On n’a jamais été communautaristes. Au contraire, on est très ouverts. C’est un malentendu, une erreur de communication, la vague est partie on ne l’arrête plus" explique le vice-président de cette association. Selon lui, il n’a jamais été question d’interdire les hommes pour ce rendez-vous sportif.
Le maire de la ville, Serge Poinsot, explique de son côté avoir prêté le bâtiment municipal sans savoir que l’événement serait réservé aux femmes. "Dès le moment où j’ai su que c’était discriminatoire, j’ai interdit le prêt du gymnase. Je suis choqué et un peu en colère. C’est vraiment une tempête dans un verre d’eau. Nous avons de très bonnes relations avec les religieux quels qu’ils soient et ils connaissent mon discours : les lois républicaines" a-t-il expliqué sur Europe 1, récusant l’idée d’avoir fait "volte face".
Selon Serge Poinsot, la polémique a été activée par un conseiller socialiste municipal d'opposition. Pour Patrick Finel, ce tournoi constituait un "renvoi d'ascenceur", envers la communauté musulmane après la réélection du maire. Dépêché sur les lieux, Bernard Laporte, le secrétaire d’Etat aux sports a rappelé l’importance de la mixité dans le sport. Avant d’inviter les politiques à ne pas attiser les tensions entre les communautés.





Loading