Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

Nadia Yassine, une figure emblématique du Maroc

La Marocaine qui ébranle le Royaume

Rédigé par Youssef Chems (écrivain - à paraître « Hadj Amor » Pour l’am | Vendredi 18 Novembre 2005 à 10:01

           

Son nom siffle comme une balle aux oreilles des gardes du Palais. De chaque côté du Bou-Regreg, sous l’œil compassé des flamands roses, la vieille rivalité entre les pirates de Salé et les aristocrates de Rabat se réveille. Depuis quelques semaines tout se précipite. Testant la toute nouvelle liberté d’expression qui souffle sur le Maroc, Nadia Yassine dévoile ses convictions républicaines et se place, hidjab au vent, en première ligne du mouvement Al Adl Wa AI Ihsane (Justice et Spiritualité) du vieux et respecté sheikh Abdessalam Yassine, son père. La guerre de succession peut commencer.



sheikh Abdessalam Yassine, fondateur du mouvement Al Adl Wa Al Ihsane
sheikh Abdessalam Yassine, fondateur du mouvement Al Adl Wa Al Ihsane

Et après Sheikh Yassine ?

Le message fondateur de ce septuagénaire à la santé chancelante reste efficace et écouté. L’ancienne garde conservatrice va s’opposer au courant des jeunes. Tous les militants gardent le silence et rien ne filtre sur l’état du sheikh afin que se règle le ballet des successeurs. La base est interrogée, contacts et alliances s’établissent en fonction de l’opinion des fidèles de la première heure, de la conjoncture marocaine et enfin de la situation internationale. Abdessalam n’a désigné personne et n’a en principe pas de dauphin. Tout est ouvert, même si on chuchote qu’un testament secret attendrait son heure. Des noms apparaissent : les plus proches comme Moutawakkil, Chibani, Abbadi ou encore Souleïmani. Chacun a sa chance, mais il ne faut pas oublier Arsalane et bien sûr Nadia Yassine.

Ils ont beaucoup travaillé depuis quelques années pour installer Al Adl Wa Al Ihsane dans les médias internationaux et locaux. Et ils se considèrent tous deux, porte-parole du mouvement. L’un pour la Jamaâ, l’autre au nom de son père, et toujours dans l’esprit d’une conduite « modérée ». Arsalane plus abrupt que le « chef » fédère difficilement les jeunes (et pourtant le mouvement s’appuie avant tout sur des étudiants) et pas vraiment les vieux militants. Il privilégie l’idée d’une action basée sur un consensus intelligent avec les pouvoirs publics, même si tenu par sa fonction il prêche plus souvent les positions strictes du Conseil d’orientation (Majliss Am Irchad). Nadia Yassine considérée comme « l’égérie des islamistes » est très soutenue par les médias qui en font l’héritière toute désignée. Ce serait une première mondiale, une véritable révolution culturelle dans le monde arabo-islamique qu’une femme, qui plus est fille d’un homme aussi lourd que Abdessalam, s’empare du pouvoir. Les malékites-sunnites en principe ne peuvent imaginer, contrairement aux chiites, qu’un pouvoir d’une telle dimension spirituelle ou politique soit confié à une femme. Mais n’oublions pas que Al Adl Wa Al Ihsane n’est pas l’organisation monolithique que se plaisent à imaginer les journalistes européens. Des sensibilités nouvelles s’y manifestent et elles ne manqueront pas d’apparaître le moment venu. Alors peut-on s’attendre à une direction collégiale. Attendons un peu, il n’y a jamais de vide après le règne d’un fondateur, si charismatique soit-il !

Nadia Yassine, une figure emblématique du Maroc

Qui est donc Nadia ?

Erudite, issue des meilleures écoles marocaines et parisiennes elle n’a rien à envier aux poids lourds féministes et mondialistes qui accaparent revues et télévisions occidentales. Elle sait faire et, en plus de son talent, elle le fait avec un sourire, un charme évident et une certitude qui n’a d’égal que sa science de la communication et la qualité de ses réseaux en Occident. Très respectée dans son milieu, a réussi à prendre place dans les médias internationaux. Ce qui, avouons-le, est une grande première lorsque l’on sait comment sont traités journalistes et responsables culturels ou cultuels musulmans. Le discours de Nadia s’appuie sur les piliers d’une Foi fondamentaliste qu’elle revendique avec fierté. C’est avant tout une militante, une politique et une activiste rompue aux combats et aux risques quotidiens. Elle a de qui tenir.
Son message est extrêmement volontaire, « moderniser l’Islam en le féminisant ». Ce qui est d’une parfaite intelligence face aux peurs de l’Occident après le 11.09. Elle sait bien que l’Islam politique est tellement incontournable qu’il vaut mieux l’exprimer par le sourire d’une femme, même et surtout parce qu’elle est voilée, que par une escouade de barbus aux chevilles nues et aux Nike élimés.
Elle connaît comme son père la fraîcheur des prisons et certains la voit en « pasionaria du mouvement islamiste marocain ». Elle a su encore slalomer entre les tendances du mouvement paternel, particulièrement au moment de l’épisode Bachiri, le prédicateur de Casablanca, qui complota pour renverser Abdessalam. La jeune femme surnagea encore lorsque le roi enferma ce dernier dans un asile psychiatrique fin 70. Ce père qui lui a légué son sens de l’organisation, son respect du travail bien fait et surtout la courtoisie des rapports avec les frères et sœurs qui se sont engagés derrière lui. En un mot simple, on peut penser que Nadia Yassine va devenir une icône de l’islam, avec un discours qui s’inscrit aussi bien dans le respect du dogme que dans la compréhension et la défense de ses autres sœurs. Un islam fait de bienveillance et de tolérance sans laisser-aller, et surtout sans égarement. Elle deviendra sans difficulté le symbole d’une modernité parfaitement maîtrisée, très respectueuse d’un Islam plus traditionnel mais toujours présent. Elle n’est pas du genre à se cacher derrière le voile de la foi des jeunes filles sans avenir des banlieues de Casablanca, loin de là. Elle le porte haut et fier et en fait l’emblème de l’explication tolérante de l’Islam actuel.

Son Discours

Nadia Yassine l’exprime sans fard, ni retenue. Elle a dompté caméras et débats publics ou privés. Aussi à l’aise dans un forum féministe en Méditerranée que sur un plateau de télévision, elle ne sacrifie rien de son discours religieux et encore moins de ses principes démocratiques. Elle est mesurée, ne rejette rien systématiquement et connaît l’Occident aussi bien que les problèmes des femmes dans le plus reculé des douars de l’Ourika. Sciences-Po a formé son esprit de synthèse, elle sait écouter et réagir avec fermeté lorsqu’on déborde ses convictions. En un mot elle aimerait « Islamiser la modernité », c’est énorme.

Cette Marocaine parvient néanmoins en multipliant ses interventions en Occident à offrir une image différente de la femme musulmane militante dans une structure islamique. Elle se démarque aussi, tout en respectant ses lignes directrices, du mouvement de son père et parvient à s’affirmer avec un discours modéré et ses déclarations font le tour du monde. Et de ce fait la succession, qui ne sera plus réduite au cadre restreint de la seule communauté marocaine, va être largement influencée par les politiques nationales et internationales. C’est alors tout à son avantage et elle en joue avec une science consommée. Elle devra naviguer entre les bases islamistes marocaines exigeantes et les volontés de modération du vieux sheikh, son père, tout en restant ferme et décidée quant aux actions qu’elle va entreprendre sous la bannière d’Al Adl Wa Al Ihsane. La route sera difficile.

Les islamismes marocains

Le Roi a bien compris qu’il ne pouvait perdurer dans la situation qu’il venait de recevoir. Les temps changent, il doit s’adapter et vite. La poussée est forte, la situation politique et sociale du Maroc doit évoluer à la mesure des espoirs d’un peuple qui a vu en ce nouveau monarque le changement que lui annonçaient déjà les centaines de paraboles plantées sur les toits. Des attentats islamistes ont rappelé à chacun le feu dormant. Cet « islamisme d’état » représenté en particulier par le PJD d’El Khati (qui s’imagine premier parti du Maroc) ne doit pas cacher la réalité d’une situation économique et sociale plus que préoccupante, mais aussi la remontée des conflits sub-sahariens.

Après les attaques américaines les islamistes locaux n’ont pas perdu de temps et ont fait connaître leurs réactions. Ce qui est en contradiction totale avec la façade trompeuse d’un angélisme politique à la marocaine où tout serait pour le mieux dans un pays pacifique et musulman, sous la protection d’un roi dans la lignée du Prophète. Une face apparente, bien aseptisée, entre tours en calèche des remparts de Marrakech et sardines grillées sur la Corniche de Casa. La réalité est autrement plus dure, même si rien n’apparaît vraiment. La nébuleuse islamiste se consolide et s’organise. Tous les leaders déclarés ou plus discrets ne sont pas tous derrière un PJD institutionnalisé ou un Abdessalam Yassine en embuscade. Mais il leur faut de temps en temps prouver leurs influences, par une démonstration de force par exemple contre la guerre d’Irak (février 91) ou une réaction au statut de la femme (mars 1999). Les étudiants, comme toujours ne sont pas en reste et n’hésitent pas à exprimer leurs attentes, éventuellement par la force.

Les grands mouvements islamistes adoptent un profil bas et soupèsent leurs troupes, pour le cas où ! Les dirigeants du pays ont encore en mémoire les soubresauts algériens et le précédent afghan, mais ils savent aussi que le Maroc n’a rien à voir avec ces deux nations, pour l’instant ! Chaque parti a ses propres islamistes et cette dispersion entretenue autorise une gestion plus laxiste de ce danger. Le fondamentalisme d’état se rassure par une culture islamique de façade et une justification du pouvoir monarchique reposant sur l’imamat.

Ces imams d’obédience islamique sont pour la plupart salariés du pouvoir par le canal du ministère des habbous dont c’est une des habituelles missions, ce qui ne les empêchent pas de prodiguer fatwas et messages politiques. Et de ce fait ils empiètent sur l’autorité du roi. Les islamistes marocains représentent enfin la seule possibilité d’évolution du processus politique d’un peuple trop longtemps étouffé par la chape de plomb d’un raïs absolu.

Les Occidentaux avec les Américains ont bien compris leur intérêt et jouent sans état d’âme cette carte dormante. Les leaders islamistes fréquentent ambassades et consulats, ils y puisent conseils, soutiens, couvertures médiatiques et pourquoi pas quelques financements. Le fruit est mûr, l’engrais ne manque pas et la cueillette peut-être proche.

La menace Takfir et Salaf

Voilà le vrai danger pour la monarchie Alaouite. Ce mouvement puise ses racines dans une idéologie fondamentaliste qui dénonce avant même que de combattre l’hégémonie américaine et le sionisme, tous les dirigeants et Etats qui s’en réclament. Les disciples, suivant leur gourou Fizazi aujourd’hui interné, prêchent sans faiblesse « le retour aux lois de Dieu et à la société prophétique de l’Islam originel », rien de moins, s’éloignant ainsi de toutes les autres tendances islamiques. La violence est leur seul credo et ils ne s’en privent pas. Les troupes se recrutent sans difficulté dans le vivier des bidonvilles en carton des zones sans loi, des anciennes carrières d’al-karyan ou plus simplement dans les quartiers de relégation sans eau, ni électricité des abandonnés de Casablanca. Aucune identité, aucune référence, impossible d’y retrouver qui que ce soit. Ils nagent dans l’eau nauséabonde de l’oubli et ne l’oublions pas se gonflent chaque jour par l’apport incessant des campagnes qui y déversent leur trop plein. Pas d’universitaires ni de jeunes cadres aux convictions lisses, engagés dans un militantisme accepté sinon toléré par le pouvoir royal. Mais des déshérités qui ne connaissent que la survie d’heure en heure dans de féroces ghettos. La médina, ils ne connaissent pas, les souks pas davantage et la grande mosquée de marbre et d’or n’est pas pour eux. Sans repère social, livrés à eux même ou à quelques « émirs » ils vont vite être repérés et servir de « chair à canon ». Ce sont des zones de non droit que la police oublie. Ils ont alors le champ libre et surtout le temps d’écouter des illuminés en se préparant au grand shahid et devenir les kamikazes d’Allah. Ce qu’ils ont fait le 16 mai 2003 en découvrant pour certains et pour la première fois le centre ville.

Le risque est là, pas chez sheikh Yassine ou au PJD. Le Roi l’a vite compris et avec intelligence il se fait un rempart des partis islamiques modérés ou un peu plus affermis. Et ils sont nombreux, alors autant leur donner une légalité plus ou moins institutionnelle afin de mieux les « contrôler ». C’est çà aussi faire de la politique.

La montée significative des islamistes en cravate lors des dernières élections n’est pas un hasard. C’est le résultat d’un lent travail bien pensé et surtout parfaitement suivi et toléré. Désormais ils haussent le ton et se découvrent davantage. Sous prétexte de moralisation, ils s’engouffrent dans la brèche béante des laxismes et facilités que l’Occident propose comme modèle. Ils savent encadrer les populations défavorisées, les jeunes et les fonctionnaires, les proches banlieues…pas les autres. Ils proposent une alternative et ne lâchent pas prise (alphabétisation, entraides sociales, mariages et obsèques islamiques…). Tout est discret, souple et finalement très efficace. La partie reste encore à jouer, elle ne fait que commencer…




Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

79.Posté par Aouabi le 12/11/2006 08:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Maroc : " Nous considérons que cette situation préoccupante dans le fond exprime la faiblesse des institutions de contrôle et d'exécution et l'absence de critère objectifs exclusifs lors de la prise des décisions et l'ineffectivité et le détournement des lois ainsi que l'absence d'une justice indépendante",déclara-t-il l' IPC 2006 Transparency International .

POUR MAQUILLER LE VISAGE DE NOTRE VIEILLE ADMINISTRATION : QUI DIT MIEUX MESSIEURS LES MAQUILLEURS ?

Le journal marocain L'OPINION publie : La Banque Mondiale appuie le renforcement de l’efficacité de l’administration publique marocaine)

Approbation du PARL II

Second prêt pour la réforme de l’administration publique

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le 23 mars un prêt d’un montant de 120 millions de dollars, second prêt pour la réforme de l’administration publique (PARL II), visant l’appui des efforts du gouvernement marocain pour l’amélioration de la gestion des ressources publiques, une étape cruciale pour accélérer la croissance et la réduction de la pauvreté.
Selon la Banque mondiale ce porogrammedu PARL II vise trois objectifs : (a) l’amélioration de l’efficacité des dépenses budgétaires par la déconcentration des dépenses et la responsabilisation, grâce à une plus grande flexibilité des administrations régionales et à l’introduction d’un système de mesure de performance ; (b) la poursuite du processus de réforme de la fonction publique basé sur l’amélioration de l’efficacité et de la qual...  

78.Posté par Aouabi le 11/11/2006 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Indice de perceptions de la corruption 2006
de Transparency International

Une situation marquée par la stagnation*

Les résultats de l’indice de la perception de la corruption (IPC) 2006 viennent d’être publiés. Pour le Maroc, les résultats ont utilisé 6 sondages différents réalisés par des organismes indépendants en consultant les milieux d'affaires, des analystes de risques-pays, des diplomates et des universitaires.

En 2006, le Maroc occupe la position 79 parmi 163 pays et obtient la note moyenne de 3,2 point sur 10, dans l’échelle de la transparence (variant de 2.9 et 3.5). Il occupe le même rang que des pays comme le Burkina Faso, Lesotho, Moldovia ou le Trinidad. Sept pays ont une note qui dépasse 9 points dont : (Finlande (9.6), Icelande (9.6), Suède (9.4).

L’évolution du classement du Maroc au cours des dernières années n’a cessé de s’aggraver en passant de la position 52 en 2002, 70 en 2003, 77 en 2004, 78 en 2005 et le rang 79 en 2006.

Face à cette situation, Transparency Maroc demande aux pouvoirs publics et toutes les parties concernées de saisir la gravité de la situation et ses implications néfastes sur l’économie et la société marocaines et l’accès aux services publics ainsi que l’impact de ce classement sur l’image du pays et de ses institutions. Nous réaffirmons également que la prolifération de la corruption constitue un obstacle grave face aux ambitions et tentatives de réforme sur le plan économique et social. Nous considérons que cette situation préoccupa...  

77.Posté par français le 08/11/2006 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Posté par youssef dadda atta le 06/09/2006 18:13
DIEU seul a la parfaite connaissance de ce qui es bien pour le maroc et la umma des musulman ,bref le debat sur l'islamisme au maroc me parrait des fois sterile ,quen t la grande partie de la population de ce pays est ignorant .
ignorant de jeu politique ,certaines des islamistes pensent qu 'avec eux les chose s'améliore parfaitement .
en fait al adel oilihssan comme toutes tendance de l'islam politique a le droit de dire son point de vue sur la chose publique,mais d'une grande necessité fallait bien penser que le maroc ,avec toutes ses couleurs socailes,amazigh berbére ,politique ,proche de pouvoir ou contestataire ,n'aura le cahnse de sortir de ses zones sombre qu avec une education bienequilibrer des ses jeunes.
cette education ne sera bien réaliser qu avec un democartisation de la richesse de ce pays ;qui reste malgres une publicité sur les changement au maroc moderne ,sous le monopole de la monarchie et une mafia politique'la bourgoisie fassi et autre ...
vaut bien lire l'histoire de maroc afin de pouvoir comprende celui depresent et anticper celui de demain.
from nancy.

76.Posté par Aouabi le 07/11/2006 02:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FALSIFICATIONS ET ENJOLIVEMENTS MAKHZENIENS ... ; PETITES REMARQUES SUR DES EXTRAITS DU DISCOURS DU MINISTRE DE FINANCES ET DE PRIVATISATION DU MAROC , OUALAOU , AU SUJET DE LA PRESENTATION DU PROJET DE LOI DE FINANCES 2007 DEVANT LE PARLEMENT ... SUITE :

"15 : Taux d'ouverture : ce taux , qui traduit le degré d'intégration de l'économie nationale dans son environnement international , est passé de 49,5 % à 60 % en 2005 en raison de l'entrée en vigueur des Accords d'associations et de libre Echange conclus avec l'Union Européenne , les Etats-Unis d'Amérique et des pays méditerranéens " 4 .

Voir la réponse lancé par Ikbal Bassiouni du 01/09/2006 , sur www.aljamaâ.com , archives : affaires nationales , page 3 : L'accord du libre échange entre le Maroc et les Etats-unis d'Amérique : immoler la vie du pays à la vie de la statue de la mondialisation ;

"16 : Recettes touristiques : ces recettes sont passées de 13,8 milliards de dirhams en 1997 à 51 milliards de dirhams en 2006 " 5 .

Quelle réforme trouve-t-on pour réorienter notre tourisme , trop hardi , où on ne voit ni moralité religieuse respectée ni valeur humaine honorée et que tout le monde confirme son abus aux inviolabiltés du peuple marocain l'originel , et aussi gaspillant trop de l'argent public propre pour de sales fortunes ... ?!

"17: Transferts des résidents marocains à l'étranger : le montant de ces transferts est en accroissement constant passant de 18 milliards de dirhams en 1997 à 46 milliards de dirhams en 2006 ;
1...  

75.Posté par Aouabi le 05/11/2006 00:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FALSIFICATIONS ET ENJOLIVEMENTS MAKHZENIENS ... SUITE :

" 11: Taux de déficit budgétaire : ce taux a été ramené à 2,7 % du PIB en 2006 contre 3,2 % prévus initialement , le taux moyen étant resté limité à 3,2 depuis sept ans " 1 .

Ni des budgets locales ont pu identifier les vrais problêmes et les besoins de la commune , ni le gouvernement central procède à réorienter les sommes des budgets ministériels selon les vraies priorités de chaque ministère ... , ni des mains gouvernantes propres et capables de céer un état de veille , ni des réformes administratives fermes face au pillage de l'argent public ... , et , où sont-ils allés les principes de notre gouvernement libéral ou socialiste ou social-démocrate ou ou ou , et où il est ici l'état-providence régulant les deséquilibres de l'économie , ou disons qu'on vit vraiment sous un état gendarme de vue et de fond ... ! ;

" 12 : Recettes fiscales :ces recettes ont connu une tendance structurelle à la hausse dans le taux est passé de 2,8 % sur la période 1996-2000 à 5,5 % sur la période 2000-2005 ;
13 : Capacité de faire face aux aléas : le renforcement de cette capacité a été démontré par la résorption des répercussions de la séchresse , des catasrophes naturelles et des hausses virtigineuses intervenues dans les cours du pétrole , passés de 28 $ à 76 $ , ce qui s'est traduit par la détérioration de la situation de la balance commerciale et l'alourdissement des charges budgétaires afférentes à la compensation passées de 2,5 millia...  

74.Posté par Aouabi le 03/11/2006 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
EXTRAIT DU DISCOURS DU MINISTRE DE FINANCES ... A SUIVRE :

"_ de la nécessité d'instaler un climat de sérénité grace à la réorganisation de l'espace religieux sur la base de l'unité de la doctrine malékite et sous l'Egide de Sa majesté le Roi en sa qualité d'Amir Al Mouminine " 2 , ( voir la réplique lancée contre cet enjolivemant makhzenien , de Mr.Abelali Majdoub du 18 octobre 2006 sur www.aljamaa.com : la matraque de ( la doctrine malékite ) .

" Monsieur le Président ,
Mesdames et Messieurs les Honorables Représentants .
... Le présent exposé sera présenté selon trois axes :

I : les indicateurs du développement économique et social ;
II : la diversité des programmes de réformes et les relations entre leurs différentes composantes ;
III :le contenu et les dispositions du projet de Loi de Finances ." 3

VITE , LES JEUX DU " CIRQUE " VONT COMMENCER !

" I : INDICATEURS DU DEVELLOPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL

... Sur plus de deux cents indicateurs disponibles , je me contenterais d'en présenter cinquante .
Monsieur le président ,
Les principaux indicateurs se résument comme suit :
1 : Produit intérieur brut : le taux de croissance du PIB s'est élevé en moyenne à 4,7 % au cours de la période 2001-2006 contre 1,8 pour la période de 1995-2000;
2 : PIB non agricole : cet indicateur a connu un taux de croissance moyenne de 5% au cours de ces dernières années , ce qui confirme l'apparition de nouvelles locomotives de la croissance " 4 .

Chose réalisée grace à l'aventure de la vente du pays au détail...  

73.Posté par siosraeli le 03/11/2006 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FALSIFICATIONS ET ENJOLIVEMENTS MAKHZENIENNES DEMENTIS PAR DES DRAMES POPULAIRES SE MANIFESTANT PAR LES ECARTS ENORMES ENTRE L' ELITE GOUVERNANTE ET REVEUSE ET LE PEUPLE DEPOUILLE DE SES RICHESSES , IGNORANT ET DISSUADE

EXTRAIT D'UN COMMUNIQUE DU CERCLE POLITIQUE DE L'ASSOCIATION JUSTICE ET SPIRITUALITE ( MAROC ) DU 31 OCTOBRE 2006 CONDAMNANT LA REPRESSION DU MAKHZEN ET SES COMPLICES CONTRE LA JAMAA D'AL ADL WAL IHSSAN :

" le régime marocain a connu ces derniers temps une agression contre l'association Al Adl Wal Ihssan ( Justice et Spiritualité ) : des poursuites imaginaires et figuratives et des accusations fabriquées , l'on a vue avec le professeur mohammed Abbadi et ses frères et continue maintenant contre les professeurs nadia Yassine et mounir Regragui et contre les autres frères membres et dirigeants ...
Nous avons vécu cette intensification dans un contexte social dramatique de la grande majorité des marocains : de chomage , de pauvreté , de précarité , de maladie , d'injustices des impôts , d'horible hausse des prix , de crise économique et fiscale asphyxiante et dont on vend le pays en détail et au premier venu , de corruption administrative de sans espoir malgré le raccommodage du " départ volontaire " à la retraite et malgré les autres mesures ratées , de défaite du dit " l'ère nouveau " , d'impuissance devant la mafia de la contrebande et de la drogue et devant l'épuisement de l'argent public , de normalisation des rapports et d'aplatissemant devant l'occupant l...  

72.Posté par siosraeli le 01/11/2006 19:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça suffit de dire mensonges sur le maroc , ce maroc qui augmentent salaires de ses enfants ne les batonent plus ... mais il va les reveiller un certain jour pour un tas de ... banalités ... on doit pas être loin ... par l'enfer ! on dirait que quelqu'un creuse au-dessus de ma tête ! Bueno ! Il faut élargir le trou à présent ... la monarchie ou la république ?? Mais en creusant les hommes font faire tomber un gros morceau de gravats qui va s'abattrre sur le sol !! Allez le temps presse ! pas de panique ! ça suffit de dire mensonge sur maroc !!On les suit ? Diablo ! Le trou donne sur les égouts !La-bas les gens vivent le paradis ... mais bon sang j'ai rien compris ! qui est le paradis et qui est l'égout ?? JE CHERCHE ... Je sais ! ... mais je dois rentrer !

71.Posté par youssef dadda atta le 26/10/2006 18:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ca se suffit de raconter tous les mensonges sur le maroc ,est varaiment neccaire de dire que le maroc est pays musulamn,?c'est pas vari ,le maroc est un pays amajorité de musulmans,mais le pouvoir qui es mis à la téte de ce pays depuis l'independance se ressemble au paratique de moyen age ,d'ou l'idée que le maroc est musulman par ses fétes de ranmadan et l'aid ,mais pas complétement musulamn.
en afit la question qui se pose ,c'est de savoir si les islamistes au maroc sont prés psychologiquement de refaire une lesture de leur réflexion plitique , car donner dans de garanties qaunt il s'agit de la politique de l'argent et des femmes les islamistes connaisse bien la réponse!!!!!!!!!
en fin entant que musulman de maroc je sui trés proche d'une philosophie quie le modele de la monarchie islamique amazigh est le plus adequates a un maroc de moderne de démocrtaie et de respect des libertés publique et de vdroits de l'homme.
from nancy

70.Posté par Aouabi le 18/10/2006 04:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et encore ... Le gouvernement marocain , par ce projet de loi de finance de 2007 adopté par le conseil de gouvernement mardi 12/10/06 , favorisant par une augmentation mensuelle de 45 dh ( 4,5 euros ) les salariés touchant moins de 2800 dirhams ( soit 280 euros ) suite à leurs éleminer l'IGR , se fout " kaytanzou " de la majorité des salariés . Voire il se moque de la dignité du marocain quand ils prétendent que c'est une " loi sociale " et que c'est aprés avoir maitrisé les grands équilibres , élevé les investissements , en avoir attiré plus et aprés avoir diminué la DETTE EXTERIEUR !! Et plus que ça nos gouvernants demandent au secteur privé d' augmenter le smic jusqu'à 3000 dh quant au public le smic en restant au 1800 dh leurs plait !!!
Ils ont dit que cette loi de finance va augmenter le budget de l'investissement public jusqu'à 21% pour arriver au 26 milliards de dirhams . Notons que dernierement , le lendemain d' aprés avoir fini ses explications au Roi concernant les futurs projets de la commune de Casablanca ( tramway , 2 ponts de routes, extentions de boulevards , espaces verts , etc ) , le président de la comune urbaine de Casa , et aprés des disputes , a été obligé de rendre les dossiers de marchés aux sociétés concernées à cause du petit délai de travaux de quatre ( 4 ) ans promis et que ces sociétés voulaient l'augmenter jusqu'à l'arrivée de pas mal de budgets publics ( soit dix ans au moins ) , jusqu'à l'arrivée du " budget de marchés soumis à l'article 27 pa...  

69.Posté par Aouabi le 11/10/2006 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assalam cher samir . En bref peut-on dire face à cette situation politique au Maroc que la crise est du type de l'éducatif avant tout et au sens spirituel vu " la spiritualité /" alihssan" : votre acte est de traiter Dieu ou les gens avec égards par crainte de Dieu " ...
Corruption et tragedies
Le roi Mohammed VI : ou il gouverne à la façon des rois de l' Europe et que ça soit suite à un référendum , ou on va se soummettre à un peuple serait sur la paille .
Le gouvernement : l'anonymat vis-àvis le vol de l'argent de l'état et la politique de l'accablement du pain quotidien de la classe des pauvres .
L'argent du peuple : est entre l'obscènité des politique gouvernementales et celle des chefs de municipalités et ceux de services , escrocs des fonds de l'état qui font passer les matérieaux , machines , engins , grands appareils electriques , etc , publics vers leurs sociétés pour les vendre aprés qu'ils falsifient les rapports face à la loi . Et qui passent encore des marchés de grande importance par de l'argent et de la clientèle , des marchés de la bétise du teléphone portable aux entrepises des gens de l'autorité grands et petits .
Les partis : ( les présidents des arrondissements et des municipalités , etc .) sont entre l'achat des postes de maires ,etc , par des millions et des dizaines de millions pour le poste et entre le rejet du flux islamiste hors de la scene , Casablanca et Rabat le grand exemple.
La femme : à la tête d'une préfecture pour la 1ere fois au Maroc . Il est...  

68.Posté par samir le 08/10/2006 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pouquoi l'auteur , dans :"les plus proches ( de A.Yassine ) comme Moutawakkil, Chibani, Abbadi ou encore Souleïmani. Chacun a sa chance, mais il ne faut pas oublier Arsalane et bien sûr Nadia Yassine" , n'a pas voulu ajouter le nom" ALAOUI " à Souleimani ... est-ce que parce que y'a une partie d' alaouites ui est avec al adl walihssan ??

67.Posté par Aouabi le 30/09/2006 01:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au Maroc , ils ont essayé de réviser le code de la famille , ont ajouté quelques reformes qui touchent le mariage , le divorce , etc , mais des fois restent une arme à double tranchants .. par exemple le femme a obtenu le divorce par la discorde / " Achchiqaq " et le juge divorcera la femme de son mari par le divorce à la discorde . Cett discorde , en l' absence de la vraie justice et ds un milieu corrompu comme celui de la justice au Maroc, dépouille l'homme de ses droits aux enfants quand la femme veut le divorce sans aucune raison ou vu des causes faibles que tous les couples en vivent .. Chez nous les juges se soumettent aux avocats qui payent le mieux ET la justice céde à la volonté politique , à l'argent et au patronage .. Des chiffres incroyables de divorces à la discorde aprés la dernière réforme du code familial et je peut dire plus de 50% par rapport à l'ancien code .. Hélas , des familles au vagabondage !! Cherchons encore , et le rapprochement par l'etablissement des lois en faveur de la femme n'est pas toujours la bonne solution mais par aussi le retour à éducation de l'homme et de la femme et vu les 2 bases spirituelles et coraniques : l'homme soutien de famille / " qiwam ahlih " et la femme garde de famille / " hafidhat baytiha " .. " Al qiwama " et "Al hafidhiyat " 2 concepts coraniques et prophétiques en ont embrassé de vastes connaissances nous suffit juste de bien lire pour définir les objectifs.. Et n'exagérons pas ..

Bonne rupture du jeûne .....  

66.Posté par samir le 30/09/2006 01:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le makhzen est en état d'eparpillement ..

65.Posté par Aouabi le 20/09/2006 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOUJOURS "NIJUS " ET CETTE FOIS PAR L'INTERVENTION DE LA TETE DE LA DST MAROCAINE DE FRANCE ET SES PETITS : NADIA YASSINE INTERDITE DE PARTICIPER AU COLLOQUE DE L'UNESCO SUR " QU'EST-CE QUE LE FEMINISME MUSULMAN " DU 18 ET 19 SEP. A PARIS , ET A LA METHODE DE L'INTERDICTION DE TARIQ RAMADAN CONFERENCIER DES UNIVERSITES FRANCAISES ..

Peut-on dire que pour repondre à ces actes non responsables de la part des organisateurs , porteurs des slogans de la culture des droits de l'homme et de la femme , notre titre suffit . Donc désolé de notre côté de voir l'organisateur vaincu face à cet acte et alors nous pouvons dire en peu de mots que cette interdiction :
_ fortifie l'opinion attaquant la crédibilité de l'organisation de l'ONU et son agence spécialisée l'UNESCO ..
_ fait du mal aux bons organisateurs du colloque, voire à l'agence et à la france pays de la liberté d'expression , à cause de certaines personnes n'appartenant guère aux notions de la justice , de la loi , des droits de l'homme et des libertés que prône l'UNESCO ..
_ est un acte se jetant sur la continuation des injustices vis-à-vis la femme Nadia Yassine , grande militante dans ce domaine et une représentante de la femme musulmane , l'islamiste modérée , grande majorité de l'islamisme ..

Enfin voila l'UNESCO de : " .. sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations unies reconnaît à tous les peuples " ..

1 2 3 4 5 » ... 7