Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Psycho

Mourad : « Je veux être polygame mais je sens une trahison dans mon acte »

Rédigé par Sabah Babelmin | Mercredi 11 Décembre 2019 à 08:00

           


Mourad : « Je veux être polygame mais je sens une trahison dans mon acte »
Je suis entre le marteau et l'enclume.

Je suis originaire de Côte d'Ivoire. J'ai connu une fille d'origine différente que moi en 2005. En 2010, mon pays traversa une crise identitaire (qui engendra des conflits inter-ethniques, ndlr) et je perdis mon père. Sous la pression de ses parents, nous nous sommes séparés sans mot dire. Après quelques années de déceptions amoureuses, je me suis remis avec elle en 2016. Dans le plaisir de la chair, nous avons eu une fille.

J’ai voulu me marier à elle mais ma mère s'y est opposée en pensant à cette crise traversée par notre pays. 2018 a été une année de rupture, mais cette fois-ci par la faute de ma famille, bien que la fille ait décidé de se convertir à l’islam.

Pendant ces six mois de rupture, mon cœur a été regagné pas une autre sœur. Et encore, par ce même plaisir de la chair, j’ai eu encore un autre enfant. Mon cœur ne cesse de battre pour elle. Je me suis mariée avec la seconde fille car je ne pouvais attendre, vu mon instabilité en désir sexuel. Mais je continue à aimer l'autre et cela hante ma vie.

Apres plusieurs négociations avec maman, elle s'est adoucie. J'ai donc proposé à la première d'être ma seconde épouse, chose qu'elle a acceptée après plusieurs démarches vers elle et ses parents, qui sont chrétiens et qui voient cela d'un aspect négatif. Elle veut même se convertir en islam pour donner une éducation islamique comme je le veux à mes enfants.

Je me suis marié avec elle en 2019. Mais je sens une trahison dans mon acte, je sens d’avoir abandonné, blessé, frustré, choqué quelqu'un… Je veux être polygame pour avoir la quiétude.

Sabah Babelmin, psychanalyste

Cher Mourad,

Pour être honnête avec vous, je ne sens pas beaucoup de respect dans votre manière de traiter les femmes. J’ai l’impression que vous les prenez pour assouvir votre désir sexuel sans aucun projet, ni effort de les connaître, et tout en étant sous le total contrôle de votre maman comme vous l’écrivez, « après plusieurs négociations » avec elle.

Soit cette première femme a des sentiments sérieux pour vous, soit elle est désespérée, et ne peut pas faire face seule avec sa fille, votre fille. Non seulement elle veut se convertir à l’islam pour être en accord avec vous, votre religion et celle de vos parents mais elle n’a pas pris en compte l’avis ni le refus de ses parents. Elle a agi comme une adulte responsable de ses choix et de ses actes et non comme un adolescent qui a besoin encore de l’aval de ses parents pour choisir ! Non seulement elle a fait preuve de maturité mais aussi de responsabilité vis-à-vis de vous, ce qui n’est pas votre cas me semble-t-il.

C’est tout à fait normal que vous vous sentiez coupable car vous n’avez pas agi de manière équitable ni responsable vis-à-vis d’elle. Vous la prenez, vous la laissez comme un objet, et elle accepte toutes vos conditions. Elle est la plus forte car c’est une femme amoureuse et responsable. Et c’est elle qui a gagné à la fin ! Enfin, à moitié car vous avez épousé l’autre d’abord. Et, comme vous l’avouez, vous faites un enfant à la première puis à la deuxième.

« Mon cœur ne cesse de battre pour elle. Je me suis mariée avec la seconde fille car je ne pouvais attendre, vu mon instabilité en désir sexuel. » Il ressort beaucoup d’instabilité et d’immaturité de ce comportement, un être humain qui pense et décide ne peut se permettre d’être l’esclave de ses pulsions sexuelles. L’islam recommande la sagesse, la patience et la modération, et même l’abstinence quand un homme ou une femme est seule et ne rencontre pas la personne qui convient !

Les enfants ne peuvent être conçus de cette manière. Ce ne sont pas des jouets, ce sont des sujets qui ont besoin d’être désirés, attendus et qui requièrent votre attention et votre amour, il y va de leur propre « désir de vivre » comme enfant et, ensuite, comme adulte.

Vous pensez qu’en épousant les deux, vous allez avoir de la quiétude, je ne le pense pas, car il me semble que vous aimez la première femme… Quand vous dites « Je continue à aimer l'autre, cela hante ma vie », c’est que la deuxième devait juste être un objet sexuel pour vous, vous l’avez épousé, comme vous dites, pour calmer votre appétit sexuel.

Je vous invite à aller consulter un sexologue ou un thérapeute qui pourrait vous aider à comprendre ce comportement compulsif et gérer ces accès pulsionnels qui peuvent vous nuire sérieusement à la longue. Bon courage.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par kozz le 23/12/2019 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci au Dr Sabah Babelmin, merci, merci de recadrer les choses.

Les femmes ne sont pas des poupées sexuelles.

Qu'Allah nous guide.

2.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 27/12/2019 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, et surtout la polygamie est interdite en France.
De quoi s'agit il ? De la possibilité pour un homme d'assumer légalement (et cela va très au delà de l'injonction morale) et aussi religieusement (l'islam n'interdit pas formellement la polygamie) ce qui est considéré en Europe comme inacceptable et honteux.
Pour les femmes qui accepteraient un tel esclavage, pour les hommes qui se drapent de religion pour en profiter.

Dans les sociétés de liberté, on ne fait semblant d'être pieux pour baiser. On assume. Le monsieur est un lâche et un faux cul.

3.Posté par Hijaz le 29/12/2019 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je souhaiterais repondre a francois qui se trompe lourdement en accusant le frere polygame d etre lache et de ne pas assumer.
C est tout l inverse !
Le mariage polygame c est justement assumer ses responsabilités envers ses epouses. La culture laique volage qui consiste a jetee les "partenaires" quand on n en veut plus, voila la vraie lacheté

4.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 30/12/2019 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Hijaz: je vous sens simultanément de deux manières différentes: comme un troll provoquant déjanté et aussi comme un alien prétentieux à l'écart du monde civilisé, au point dans les deux cas d'avoir foutrement envie de vous jeter égoïstement hors des frontières de mon bon gout.

5.Posté par Khaled le 31/12/2019 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@François :
M. Mourad est visiblement en Côte d'Ivoire pas en France, vu justement qu'il s'est marié une seconde fois.
Ce qui est considéré en Europe comme inacceptable et honteux à savoir la polygamie, ne l'est pas dans d'autres cultures pas que musulmanes.
Ce que fait ce M. avec des relations hors mariage est considéré comme inacceptable et honteux dans les sociétés musulmanes.
Il n'est pas lâche puisqu'il assume et souhaite régulariser la situation en se mariant aux 2 femmes.
Sur ce point je suis d'accord avec @Hijaz , la culture du libertinage sans aucun droits pour les femmes, qui se drape sous la valeur de liberté , içi sexuelle, pour "baiser" sans responsabilité c'est ça la lâcheté.
L'Affaire Gabriel Matzneff est l'illustration de cette idéologie sans morale qu'a été la libération dites "sexuelle" dans laquelle la pédocriminalité a été minimisée dans le milieu littéraire français.
La polygamie de François Mitterrand en est un autre exemple.
Donc assumez votre idéologie déviante et arrêtez de donner des leçons néocoloniale aux musulmans d'Afrique et d'ailleurs...

6.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 02/01/2020 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il se trouve que la polygamie est interdite en Cote d'Ivoire depuis 1964...

Puisque vous ne semblez pas un troll déjanté, je confirmerais mon mépris pour la pratique, qui inclut mon mépris total pour les pratiques corrompues du président Mitterand (il utilisa mon argent de contribuable pour élever ses batards) et bien sur pour les littératures pédophiles.

D'autre part, que ce soit la corruption ou la pédophilie, elles sont toutes les deux poursuivies par les lois, et la lenteur ou la réticence des juges à les traiter causées par elles...

L'excuse du libertinage "à la Strauss Kahn" pour encourager la saine polygamie est bien entendu tout à fait inacceptable, tout comme le mariage d'une heure qui permet à certains islams (en Iran je crois, mais pas que) de justifier religieusement la prostitution, sans parler de la pédophilie caractérisée (vous n'allez pas y couper,désolé) du polygame fondateur de la religion musulmane, auteur comme Matzneff de littératures admirées en rapport.

Si vous tenez à y ramener des pratiques du même ordre, caractéristiques de bien des tiers mondes, et alors qu'en fait elles sont profondément dégradantes pour les femmes et leurs enfants et pour les mêmes raisons, qu'elles sont responsables de souffrances indicibles et aussi partiellement du sous développement économique et humain des sociétés qui les promeuvent, et bien libre à vous. Mais pas en France, ni en Cote d'Ivoire !