Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Mali : des associations musulmanes réclament l'application de la peine de mort

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 31 Janvier 2019



A Bamako, des milliers de personnes ont répondu à l'appel à rassemblement d'un collectif d'associations musulmanes qui appellent à l'application de la peine au mort au Mali. © Maliweb
A Bamako, des milliers de personnes ont répondu à l'appel à rassemblement d'un collectif d'associations musulmanes qui appellent à l'application de la peine au mort au Mali. © Maliweb
« Imam Yattabaré, tes sacrifices ne seront pas vains. » « Non au moratoire sur la peine de mort. ». Tels sont les slogans brandis lors du meeting réunissant des associations musulmanes du Mali, samedi 26 janvier, au Palais de la Culture de Bamako. Le but de cette rencontre : interpeller le gouvernement sur la nécessité de l’application de la peine capitale dans le pays face à l’insécurité grandissante et aux meurtres ciblés, comme celui dont a été victime l’imam Abdoulaziz Yattabaré, secrétaire général adjoint du Haut conseil islamique, samedi 19 janvier.

La peine de mort existe toujours dans le Code pénal malien, mais elle est inappliquée depuis 1980. Sans jamais prendre la décision de l'abolir afin de ne pas se mettre à dos une partie de l'opinion publique, tous les gouvernements ont choisi d'adopter un moratoire renouvelable tous les cinq ans pour ne pas la mettre en application.

C’est ce que dénonce le Collectif des associations musulmanes du Mali présidé par Mohamed Kimbiri, qui estime qu’il y va du respect de la sacralité de la vie humaine. « Celui qui aura porté atteinte à cette vie, par ce fait même, désacralise sa propre vie et justifie ainsi d’en être privé pour garder à la vie son caractère sacré », a-t-il avancé devant les milliers de personnes présentes au Palais de la Culture.

Justifiant la nécessité de l’application de la peine capitale, il a plaidé que « l’homicide volontaire est impardonnable et doit être sanctionnée par la peine de mort, afin d’assurer une sanction proportionnelle à la faute, une justice équilibrée gage de stabilité sociale ». Dans sa déclaration, le président du collectif a martelé que le gouvernement ne peut pas pardonner au tueur à la place des victimes et ayants-droits directs. Et quand bien même le coupable écoperait d'une peine d’emprisonnement à vie, cela ne rendra pas justice aux proches de la victime, a-t-il ajouté.

Mohamed Kimbiri a ainsi appelé le peuple malien à « se mobiliser et s’unir contre l’abolition déguisée de la peine de mort par un moratoire » et a interpellé « la société civile du Mali d’organiser à travers des mécanismes d’alerte et d’anticipation des actions de sensibilisation et de mobilisation pour son application ».

Les associations de défense des droits de l’homme ont refusé d’admettre que la peine capitale soit la solution au problème de l'insécurité ou encore la corruption sévissant au sein du système judiciaire malien. « Il faut plutôt une justice qui fait bien son travail », a soutenu le président de la Commission nationale des droits de l’Homme, Malick Coulibaly. Ce dernier a également argumenté que « le Sénégal, le Burkina ou encore la Guinée ont tous aboli la peine de mort et nous (le Mali, ndlr) ne sommes pas plus confrontés à l’insécurité que ces pays ». En ce sens, il a insisté sur le fait que la solution serait la mise en place d’une « justice implacable avec aucun sentiment d’impunité envers ceux qui sont en infraction ».




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Berlherm le 28/03/2019 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Un argument simple contre la peine de mort
La raison fondamentale contre la peine, quelle qu’elle soit et la peine de mort en particulier, est tellement évidente qu’il faut se demander pourquoi personne ne semble la voir.
Cette raison est que personne n’a demandé à exister.
Nous existons parce que nos parents nous ont désirés. Nous sommes tous des hôtes de cette planète. Pourtant, nous sommes là pour les servir, comme eux ont servi leurs parents. Ils nous ont fabriqué avec l’accord social, c’est-à-dire que la société a autorisé, et même a fortement incité nos parents à nous fabriquer.
Nous existons sans l’avoir demandé, et nous existons avec un corps et un intellect que nous n’avons pas demandé. Nous n’avons pas plus demandé à être éduqués de telle ou telle manière. D’ailleurs nous naissons absolument vierges de toute connaissance culturelle. Nous intégrons la culture dans laquelle nous baignons, quel que soit le lieu géographique et quelle que soit la période. Nos yeux sont des caméras, nos oreilles des micros, notre peau une surface tactile, et notre système nerveux un intégrateur automatique de signaux. Cette culture nous imprègne parce qu’on nous y contraint. Nous n’y sommes pour rien, c’est ainsi.
Nous sommes tels que nous sommes parce que la société nous a faits tels que nous sommes, intelligents ou stupides, fragiles et mortels, victimes ou criminels. Si vous voulez porter plainte, c’est contre la société, mais pas contre les individus. Si un criminel est sur votre rout...